🔥 Des choix d'actions premium alimentés par l'IA sur InvestingPro Jusqu'à -50 %PROFITER DES SOLDES

Bilan De La Saison Des Résultats Du T3 2017 : Les Gagnants Et Les Perdants

Publié le 22/11/2017 13:25
US500
-
DJI
-
INTC
-
MRK
-
AMZN
-
NVDA
-
WMT
-
GE
-
AMD
-
DX
-
FSLR
-
CMG
-
UAA
-
FL
-

Par Clement Thibault

Une autre saison des résultats s’achève. Les S & P 500 et Dow Jones ont été propulsés à de nouveaux sommets et, sur la base des résultats du troisième trimestre, les bénéfices des entreprises sont en hausse. Selon nos données, deux fois plus de gains que de pertes ont été observés.

Alors que certaines entreprises se sont extraordinairement bien comportées, d'autres ont sérieusement déçu. En règle générale, les analystes ne s'attendent pas à un nombre particulier, mais plutôt à une fourchette. Donc, tant que les résultats restent dans cette fourchette, le titre réagit normalement. Cependant, lorsque les entreprises surprennent, que ce soit à la hausse ou à la baisse, ou mieux encore, un dirigeant prédit des performances futures au cours d'un appel de bénéfices, c'est alors que les étincelles s’allument réellement.

Pour clore la saison des résultats du troisième trimestre, voici les cinq plus grands gagnants et perdants. Notre liste suit un ordre croissant:

Les gagnants

5. Foot Locker

Clôture avant le bénéfice – 31,8 $ ; après le bénéfice – 40,8 $, +28,1%

Foot Locker (NYSE:FL), le détaillant de chaussures et de vêtements de sport, a été l'un des moins performants de l'année, passant de 77 $ par action en avril à moins de 30 $ en novembre. L’énorme progression après les résultats, n’était pas surprenante, un rallye de soulagement « pas aussi mal que prévu ». Les ventes comparables ont chuté de 3,7%, les revenus ont baissé de 0,8% sur l'année, et même ce chiffre relativement faible est dû à un changement de devises favorable sur un dollar affaibli. Sans cette aide du taux de change, les revenus auraient baissé de 2,3%. Quand un titre recule si vite, les investisseurs s'accrochent parfois à n'importe quelle bonne nouvelle, l'utilisant pour remonter le cours. Cette fois-ci, un gain de revenus de 40 millions $ (1,87 milliard de dollars contre 1,84 milliard de dollars attendu) a fait l'affaire, et l'action a grimpé en flèche. « Pas aussi mal que prévu » est généralement considéré comme une bonne chose. Peut-être ... pour un jour ou deux. Mais dans l'ensemble, Foot Locker reste dans une situation très précaire. En tant qu'investisseurs, nous resterions à l'écart.

4. Amazon

Clôture avant le bénéfice – 972$ ; après le bénéfice – 1100$, +13.1%

Lorsque les actions d'une entreprise qui valent déjà des centaines de milliards de dollars augmentent de 13%, vous savez que quelque chose de gros arrive. Tout d'abord, Amazon (NASDAQ:AMZN), le poids lourd de la vente au détail en ligne, affiche un chiffre d'affaires de 43,7 milliards de dollars ce trimestre, et ceci est impressionnant, même pour une entreprise en place de monopole.

Ce chiffre était bon pour une croissance de 34% au cours de la dernière année, 29% sans l'acquisition de Whole Foods. Amazon Prime Day a également eu lieu au cours du trimestre, et la saison des vacances est en vue, de sorte que l'opération de détail tire sur tous les cylindres. AWS, le segment de services cloud d'Amazon, a généré 1,2 milliard de dollars de revenus d'exploitation, compensant la perte de 900 millions de dollars du segment International d'Amazon.

Tant que AWS continue de croître à un taux supérieur à 40%, Amazon est robuste.

3. Intel

Clôture avant le bénéfice – 43,1$ ; après le bénéfice – 44,4$, +7,5%

Un bon trimestre d'une société sous-évaluée comme Intel (NASDAQ: INTC) est toujours un bon facteur pour booster une action. Ce qui est précisément ce qui est arrivé. Le prix d'Intel a été maintenu en repli par des soucis liés à l'environnement concurrentiel parmi les fabricants de puces. Plus succinctement, deux choses sont préoccupantes: NVIDIA (NASDAQ:NVDA) et Advanced Micro Devices (NASDAQ:AMD). En dépit de la concurrence, le géant des semi-conducteurs a prouvé sa capacité à croître malgré la concurrence, affichant un bénéfice de 16.1 milliards de dollars et un BPA de 1.01 $ contre les prévisions de Wall Street d’un bénéfice de 15,7 milliards de dollars et un BPA de 0,8 dollar. Le chiffre d'affaires du Data Center est en hausse de 7%, le chiffre d'affaires de l'Internet des Objets en hausse de 23% et les revenus liés à son segment de mémoire sont en hausse de 37%. Tout cela était déjà bon, et avec une hausse des prévisions pour le quatrième trimestre, les actions Intel ont bondi de plus de 7% le jour du rapport.

2. First Solar

Clôture avant le bénéfice – 47.9$ ; après le bénéfice – 57.6, +20.2%

FSLR Daily

Le saut de 20% de First Solar (NASDAQ:FSLR) a beaucoup à voir avec un résultat impressionnant. Son chiffre d'affaires a bondi de 59% et le résultat net a augmenté de 37% par rapport à l'année dernière. Le BPA était de 1,95 $ lorsque Wall Street s'attendait à 0,83 $, ce qui représente un énorme gain pour la société d'énergie solaire d'Elon Musk. Cependant, il convient de noter que certains revenus du trimestre prochain sont imputés au trimestre en cours, créant ainsi un rythme plus soutenu. First Solar bénéficie d'un changement de sentiment global concernant l'énergie verte, ainsi que d'une proposition de politique du président américain Donald Trump visant à imposer des tarifs sur les panneaux solaires, ce qui pourrait renforcer l'attractivité du produit de First Solar.

1. Walmart

Clôture avant le bénéfice – 89.8$ ; après le bénéfice – 99.6, +10.9%

WMT Daily

Ceux qui réclament la disparition du secteur de la vente au détail de briques et de mortier sous-estiment largement la détermination des participants du secteur à rester dans le jeu, peut-être plus particulièrement celle du géant Walmart (NYSE:WMT). Les ventes comparables, la mesure clé pour les entreprises ayant des emplacements physiques, ont augmenté de 2,7%, le meilleur chiffre en huit ans. Walmart a battu le consensus en termes de bénéfice de plus de 2 milliards de dollars, soit 123,2 milliards de dollars, contre 121 milliards attendus. De plus, Walmart a annoncé un bond de 50% des ventes en ligne, prouvant au monde qu'il peut et va s'adapter à la nouvelle réalité du commerce électronique. Ces gains ont propulsé les actions de Walmart à un nouveau sommet historique, de sorte que l'on s'attend à un léger recul, ce qui pourrait constituer un bon point d'entrée.

Les perdants

5. Merck

Clôture avant le bénéfice – 61.9$ ; après le bénéfice – 58.2$, -5.9%

Alors que les actions de Merck (NYSE:MRK) ont clôturé le jour de la publication de son rapport à 58,2 $, les actions du géant pharmaceutique mondial ont chuté le jour suivant à 55 $, réduisant de 5% la valorisation de l'entreprise. Merck a rate le consensus en matière de revenus, rapportant 10,3 milliards de dollars au lieu des 10,5 milliards de dollars attendus. Merck dispose de quelques médicaments de premier choix, tels que Zepatier (VHC) contre l'hépatite chronique, ainsi que d'une variété de médicaments contre le diabète, qui seront tous touchés par la concurrence. Peut-être plus significatif, Merck a annoncé des retards dans les résultats de son médicament contre le cancer du poumon Keytruda et a retiré une demande de commercialisation du médicament dans l'Union européenne. Cette nouvelle a provoqué une avalanche de révisions à la baisse des actions de plusieurs banques d'investissement, ce qui a entraîné une baisse importante du cours de l'action de Merck.

4. Chipotle Mexican Grill

Clôture avant le bénéfice – 324$ ; après le bénéfice – 277$, -14.5%

Depuis que des problèmes sanitaires ont commencé à frapper Chipotle (NYSE:CMG) en 2015, la chaîne de restaurants mexicains n’est plus la même. L’épidémie d’E.coli dans ses grils, qui a été rendue publique il y a deux ans, continue d'avoir un effet défavorable sur le prix de l'action de Chipotle, et l'entreprise continue de lutter pour retrouver sa place comme une destination attrayante pour les consommateurs. Le chiffre d'affaires de 1,13 milliard $ rapporté par la société a été inférieur aux attentes des analystes, qui se sont élevées à 1,14 milliard $. Ce 1,13 milliard de dollars est également inférieur au résultat de 1,2 milliard de dollars rapporté avant le fiasco d'e-coli. Cela signifie, bien sûr, que même deux ans plus tard, l’entreprise n'a toujours pas réussi à revenir au point où tous les problèmes ont commencé, et encore moins à grandir. De plus, les prévisions d’ouvertures de restaurants ont été revues à la baisse pour le reste de 2017 et 2018.

3. AMD

Clôture avant le bénéfice – 14.2$ ; après le bénéfice – 12.3$, -12.1%

Le problème avec Advanced Micro Devices est très simple: les investisseurs attendaient beaucoup trop du fabricant de puces, qui est sur la voie du retour depuis début 2016. AMD est-il de retour pour de bon? Peut-être. Il mérite certainement plus que le prix de l'action de 2 $ qu'il arborait au début de l'année dernière. La société surpasse le consensus et a enregistré un chiffre d'affaires de 1,64 milliard de dollars par rapport aux prévisions de 1,51 milliard de dollars. Cependant, lorsque les attentes sont élevées, même un rythme de croissance soutenu ne suffit pas. De plus, la société n'a que légèrement relevé ses prévisions pour le trimestre à venir, ce qui a fait craindre aux investisseurs une baisse de croissance, ce qui a entraîné une baisse du cours des actions. Généralement, nous ne sommes pas des fans de sociétés dans le rouge qui ont de grandes prévisions sur les « bénéfices futurs ». Lorsqu’AMD commencera à publier une véritable prestation trimestrielle, nous reviendrons sur ce point.

2. Under Armour

Clôture avant le bénéfice – 14.7$ ; après le bénéfice – 11.5$, -21.7%

UAA Daily

Under Armour (NYSE:UAA), la chaîne spécialisée dans l'habillement et la chaussure, est en grande difficulté. Son plus grand segment est l'Amérique du Nord et, malheureusement, les perspectives de l'environnement de vente au détail de vêtements de sport ne sont pas optimales en ce moment, les consommateurs américains freinant leurs dépenses sur les géants Nike-Adidas déjà établis depuis longtemps. Les ventes ont chuté de 12% en Amérique du Nord au cours du troisième trimestre. Dans l'ensemble, la société a manqué des estimations de revenus, puisqu'elle a déclaré 1,4 milliard de dollars par rapport aux 1,49 milliard de dollars attendus. Pire encore, les prévisions pour l'ensemble de l'année ont été réduites de 10% à un vague (et troublant) « nombre à un chiffre ». Nous ne prévoyons pas que le climat des affaires changera beaucoup au cours des prochains trimestres, de sorte qu'il pourrait falloir un an ou plus à Under Armour pour se renforcer. Il est fort possible que nous n'ayons pas encore vu les plus bas du titre.

1. General Electric

Clôture avant le bénéfice – 23.5$ ; après le bénéfice – 23.8$, +1.2%

GE Daily

Il n'y a aucun moyen d’écrire cela de façon plus douce : General Electric (NYSE:GE) a été un désastre chaotique au cours des derniers mois. Les dirigeants clés - y compris le président de l'entreprise – quittent l’entreprise subitement, les résultats déçoivent même ceux qui n’attendaient pas grand-chose, et peut-être la cerise sur le gâteau dysfonctionnel, une réduction de dividende qui a réduit de moitié le paiement de 0,96 $ il y a une année, à 0,48 $. Les résultats du troisième trimestre ont été particulièrement mauvais: GE a déclaré un BPA du troisième trimestre de seulement 0,29 $ contre 0,49 $ attendu. Les perspectives pour l'ensemble de l'année ont ensuite été ramenées d'environ 1,6 dollar par action à seulement 1,1 dollar par action. L'entreprise internationale d'infrastructures et de technologies, qui subit une restructuration substantielle qui comprendra la cession de segments sous-performant sous la direction de John Flannery, nouvellement nommé PDG, est tout sauf un bon investissement en ce moment. Attendez de voir à quoi ressemble la dernière version allégée de l'entreprise avant même d'y penser.

Derniers commentaires

Chargement de l'article suivant...
Installez nos applications
Divulgation des risques: Négocier des instruments financiers et/ou des crypto-monnaies implique des risques élevés, notamment le risque de perdre tout ou partie de votre investissement, et cela pourrait ne pas convenir à tous les investisseurs. Les prix des crypto-monnaies sont extrêmement volatils et peuvent être affectés par des facteurs externes tels que des événements financiers, réglementaires ou politiques. La négociation sur marge augmente les risques financiers.
Avant de décider de négocier des instruments financiers ou des crypto-monnaies, vous devez être pleinement informé des risques et des frais associés aux transactions sur les marchés financiers, examiner attentivement vos objectifs de placement, votre niveau d'expérience et votre tolérance pour le risque, et faire appel à des professionnels si nécessaire.
Fusion Media tient à vous rappeler que les données contenues sur ce site Web ne sont pas nécessairement en temps réel ni précises. Les données et les prix sur affichés sur le site Web ne sont pas nécessairement fournis par un marché ou une bourse, mais peuvent être fournis par des teneurs de marché. Par conséquent, les prix peuvent ne pas être exacts et peuvent différer des prix réels sur un marché donné, ce qui signifie que les prix sont indicatifs et non appropriés à des fins de trading. Fusion Media et les fournisseurs de données contenues sur ce site Web ne sauraient être tenus responsables des pertes ou des dommages résultant de vos transactions ou de votre confiance dans les informations contenues sur ce site.
Il est interdit d'utiliser, de stocker, de reproduire, d'afficher, de modifier, de transmettre ou de distribuer les données de ce site Web sans l'autorisation écrite préalable de Fusion Media et/ou du fournisseur de données. Tous les droits de propriété intellectuelle sont réservés par les fournisseurs et/ou la plateforme d’échange fournissant les données contenues sur ce site.
Fusion Media peut être rémunéré par les annonceurs qui apparaissent sur le site Web, en fonction de votre interaction avec les annonces ou les annonceurs.
La version anglaise de ce document est celle qui s'impose et qui prévaudra en cas de différence entre la version anglaise et la version française.
© 2007-2024 - Fusion Media Ltd Tous droits réservés