📖 Votre guide pour les résultats T2 : Découvrez les actions choisies par l'IA ProPicks pour leur potentiel post-résultatsLire plus

Pétrole : 4 nouveaux risques potentiellement déterminants à court et long terme

Publié le 23/01/2020 15:03
CVX
-
BP
-
SHEL
-
LCO
-
CL
-
PETR4
-

Maintenant que les prix du pétrole se sont complètement remis de la menace d'une escalade de l'agression entre les États-Unis et l'Iran, voici quatre nouvelles questions importantes qui influenceront les prix du pétrole et la dynamique du marché à court et à long terme :

1.Le Brésil pourrait rejoindre l'OPEP en 2021

Le ministre brésilien de l'énergie, Bento Albuquerque, a annoncé que le pays envisageait sérieusement de rejoindre l'OPEP en 2021 et qu'il entamerait des discussions lors de sa prochaine visite en Arabie Saoudite en juillet.

Apparemment, les producteurs de pétrole brésiliens ont exprimé leurs inquiétudes quant à l'adhésion à l'OPEP en 2020 car cette décision impliquerait de réduire la production de pétrole pour se conformer à la politique OPEP+. Le Brésil semble optimiste quant à la fin des réductions de production d'ici 2021, même si l'OPEP et la Russie travaillent activement à la prolongation des réductions - qui devraient expirer de mars à juin 2020 et peut-être jusqu'en décembre 2020.

En novembre 2019, la production de pétrole du Brésil a atteint un niveau record de 3 millions de barils par jour, un niveau qui ferait du pays le quatrième producteur de l'OPEP, après l'Arabie saoudite, l'Irak et les EAU. Bien que la production pétrolière du Brésil soit dominée par la société nationale Petrobras (SA:PETR4) (NYSE : PBR), un certain nombre de compagnies pétrolières brésiliennes indépendantes et de compagnies pétrolières internationales étrangères participent également à l'OPEP, ce qui rendrait l'adhésion à l'OPEP difficile.

Cet obstacle provient du fait que plus d'un million de barils par jour de la production pétrolière nationale n'est pas contrôlée par Petrobras, mais est répartie entre au moins 25 sociétés, dont beaucoup développent des concessions pétrolières en collaboration avec de grosses sociétés comme Equinor (NYSE:EQNR), BP (NYSE:LON:BP), Shell (NYSE:AS:RDSa) et Chevron (NYSE:NYSE:CVX).

En outre, le Brésil espère attirer davantage de sociétés étrangères pour développer ses ressources pétrolières offshore. Sa dernière vente aux enchères de concessions offshore a été considérée comme un échec, de nombreuses sociétés s'étant abstenues de participer à cette vente. La possibilité que la production future soit soumise aux quotas de l'OPEP et à des réductions de production serait donc une raison supplémentaire pour les sociétés pétrolières étrangères d'éviter d'investir dans les ressources pétrolières du Brésil.

Le président et le ministre de l'énergie du Brésil pourraient chercher à rejoindre le cartel pétrolier, et l'OPEP bénéficierait certainement de l'adhésion du Brésil. Toutefois, les pièges potentiels pour la future production pétrolière du Brésil l'emporteront probablement sur les avantages.

2.L'Arabie Saoudite et le Koweït vont relancer la production commune de pétrole

L'Arabie Saoudite et le Koweït se partagent la production de pétrole sur une bande de terre et de mer entre les deux pays appelée Zone Neutre.

La production dans cette zone a été interrompue depuis 2015, en raison de différends entre les deux pays. En décembre, l'Arabie saoudite et le Koweït ont finalement signé un protocole d'accord pour résoudre ces conflits et relancer la production. L'Assemblée du Koweït a voté hier pour ratifier l'accord avec l'Arabie Saoudite, éliminant ainsi un autre obstacle.

La production dans la zone neutre pourrait redémarrer dès mars 2020. Les champs de pétrole de la région ont le potentiel d'ajouter jusqu'à 500 000 bpj au marché mondial à terme.

Cependant, même si la Zone Neutre commence à pomper dans quelques mois, ne vous attendez pas à une production complète de sitôt. Selon Chevron, qui co-gère le champ pétrolifère de Wafra avec Kuwait Gulf Oil Co, la pleine production de ce champ ne sera pas remise en service avant au moins un an.

3.Coronavirus : Menace sur la demande de pétrole ?

Le coronavirus, une maladie respiratoire très contagieuse qui a déjà infecté des centaines de personnes en Chine, suscite des comparaisons avec l'épidémie de SRAS de 2003. Fin 2002 et début 2003, on estime que le PIB de la Chine a chuté de 0,5 à 2,0 % en raison de cette épidémie de SRAS.

Cette épidémie a ralenti les voyages aériens et a provoqué une baisse de la demande de kérosène suffisamment importante pour que la demande globale de pétrole de la Chine soit affectée. De nombreux analystes utilisent l'épidémie de SRAS comme référence pour anticiper l'impact du coronavirus sur la demande de pétrole de la Chine. En prévision d'une diminution de la consommation de carburant en Chine, le Brent et le WTI ont tous deux chuté de plus de 2 % mercredi.

WTI - Graphique mensuel

De plus, il est maintenant rapporté que les autorités chinoises ont fermé tous les transports en bus et en métro dans la capitale de la province de Wuhan, où l'épidémie est centrée. Elles auraient également fermé les gares ferroviaires et les aéroports à partir de jeudi matin.

D'importantes différences subsistent entre la situation de 2003 et celle d'aujourd'hui, ce qui laisse penser que la demande de pétrole pourrait ne pas être aussi affectée par le coronavirus.

Tout d'abord, le SRAS a été plus meurtrier, tuant environ 10 % des personnes infectées. Le coronavirus a entraîné une pneumonie, qui peut être mortelle, mais les médias rapportent que le virus lui-même ne semble pas aussi mortel que le SRAS.

Deuxièmement, la Chine a adopté une stratégie énergétique différente depuis plus de cinq ans, important plus de pétrole qu'elle n'en consomme et en envoyant une grande partie remplir d'énormes installations de stockage. Par conséquent, une baisse de la demande d'essence pourrait ne pas apparaître dans les chiffres de la demande totale de pétrole brut de la Chine si le pays continue à importer les mêmes quantités et se contente d'envoyer le brut inutilisé dans ses énormes installations de stockage.

Du point de vue de la Chine, une baisse temporaire de la consommation de carburant de sa population n'est pas une raison pour ne pas continuer à profiter de la faiblesse des prix du pétrole pour s'approvisionner en brut.

4.La Libye va cesser ses exportations de pétrole

Le conflit entre le général Khalifa Haftar, chef du groupe rebelle de l'Armée nationale libyenne, et le gouvernement d'accord national libyen (GNA) reconnu par les Nations unies pèse désormais sur les exportations de pétrole de la Libye.

Le général Haftar, dont les forces contrôlent l'accès à une grande partie de la production pétrolière et des infrastructures d'exportation de la Libye, a ordonné l'arrêt de toutes les exportations afin d'exercer une pression sur le GNA, qui reçoit la totalité des revenus de la production pétrolière libyenne. Selon TankerTrackers.com, la Libye exporte un peu plus d'un million de bpj, principalement vers l'Italie, l'Espagne et Singapour.

Lorsque la nouvelle de l'arrêt a été annoncée lundi, le prix du Brent a bondi de 1,8 %, mais il est rapidement redescendu. Jusqu'à présent, la compagnie pétrolière nationale libyenne a continué à pomper du pétrole, mais celui-ci est conservé dans des réservoirs de stockage plutôt qu'exporté. Une fois les réservoirs remplis, la compagnie n'aura pas d'autre choix que de réduire sa production, peut-être à 72 000 bpj seulement.

Les tentatives de médiation ont échoué. Étant donné que les actions de Haftar n'ont eu pratiquement aucune influence sur les prix mondiaux du pétrole, les dirigeants mondiaux sont moins préoccupés aujourd'hui par l'impact possible sur l'économie mondiale. L'interruption des activités pétrolières de Haftar pourrait, potentiellement, arrêter environ 1 % de la production mondiale, mais les marchés sont beaucoup plus préoccupés en ce moment par la perspective d'une baisse de la demande de la Chine et par les perspectives mondiales décevantes du FMI pour 2020.

Derniers commentaires

Chargement de l'article suivant...
Installez nos applications
Divulgation des risques: Négocier des instruments financiers et/ou des crypto-monnaies implique des risques élevés, notamment le risque de perdre tout ou partie de votre investissement, et cela pourrait ne pas convenir à tous les investisseurs. Les prix des crypto-monnaies sont extrêmement volatils et peuvent être affectés par des facteurs externes tels que des événements financiers, réglementaires ou politiques. La négociation sur marge augmente les risques financiers.
Avant de décider de négocier des instruments financiers ou des crypto-monnaies, vous devez être pleinement informé des risques et des frais associés aux transactions sur les marchés financiers, examiner attentivement vos objectifs de placement, votre niveau d'expérience et votre tolérance pour le risque, et faire appel à des professionnels si nécessaire.
Fusion Media tient à vous rappeler que les données contenues sur ce site Web ne sont pas nécessairement en temps réel ni précises. Les données et les prix sur affichés sur le site Web ne sont pas nécessairement fournis par un marché ou une bourse, mais peuvent être fournis par des teneurs de marché. Par conséquent, les prix peuvent ne pas être exacts et peuvent différer des prix réels sur un marché donné, ce qui signifie que les prix sont indicatifs et non appropriés à des fins de trading. Fusion Media et les fournisseurs de données contenues sur ce site Web ne sauraient être tenus responsables des pertes ou des dommages résultant de vos transactions ou de votre confiance dans les informations contenues sur ce site.
Il est interdit d'utiliser, de stocker, de reproduire, d'afficher, de modifier, de transmettre ou de distribuer les données de ce site Web sans l'autorisation écrite préalable de Fusion Media et/ou du fournisseur de données. Tous les droits de propriété intellectuelle sont réservés par les fournisseurs et/ou la plateforme d’échange fournissant les données contenues sur ce site.
Fusion Media peut être rémunéré par les annonceurs qui apparaissent sur le site Web, en fonction de votre interaction avec les annonces ou les annonceurs.
La version anglaise de ce document est celle qui s'impose et qui prévaudra en cas de différence entre la version anglaise et la version française.
© 2007-2024 - Fusion Media Ltd Tous droits réservés