Dernière minute
0
Version Sans-Pub. Améliorez votre expérience sur Investing.com. Économisez jusqu'à 40%. Plus de détails

Cherbourg sous le choc de la perte du contrat des sous-marins australiens

Indicateurs éco.24/09/2021 18:35
Sauvegardé. Afficher les Eléments sauvegardés.
Cet article a déjà été enregistré dans vos Eléments sauvegardés
 
© Reuters. Les habitants de la ville portuaire de Cherbourd s'inquiètent de l'impact sur l'emploi et l'économie locale de l'annulation par l'Australie d'un contrat de sous-marins d'une valeur de 40 milliards de dollars avec la France. /Photo prise le 23 septembre

par Richard Lough et Stéphane Mahé

CHERBOURG, Manche (Reuters) - Georgina commençait tout juste à prendre ses marques à Cherbourg, dans le Cotentin, où elle venait d'emménager avec son mari australien, quand Canberra a annoncé renoncer au contrat de sous-marins d'une valeur de 40 milliards de dollars sur lequel travaillaient les Français.

Georgina travaillait depuis deux semaines comme assistante dans une école bilingue lorsque le gouvernement australien a fait savoir qu'il annulait le contrat scellé avec Naval Group pour acquérir 12 sous-marins français conventionnels.

Ce revirement, qualifié de "coup dans le dos" par le ministère des Affaires étrangères français, Jean-Yves Le Drian, a déclenché une crise diplomatique entre la France d'une part, l'Australie, les Etats-Unis et le Royaume-Uni d'autre part, qui ont noué un partenariat stratégique.

Le couple d'expatriés, pour qui la nouvelle est synonyme de nombreuses incertitudes, est encore sous le choc, tout comme les habitants de la ville portuaire, qui s'inquiètent de l'impact de cette décision sur l'emploi et l'économie locale.

"C'est dommage, nous adorons vivre ici", témoigne Georgina. "On ne sait pas ce qu'il va se passer".

Selon le gouvernement français et Naval Group, Canberra a caché à Paris son intention de rompre le contrat afin de favoriser d'autres partenaires. Le jour même de l'annonce, le gouvernement australien a précisé qu'il avait passé une commande d'au moins huit sous-marins à propulsion nucléaire avec les technologies américaines et britanniques.

Une dizaine d'ingénieurs australiens et leurs familles étaient arrivés à Cherbourg ce mois-ci pour travailler sur le contrat, ce qui laissait penser que le projet était en phase d'avancement, a précisé un porte-parole de Naval Group.

Séverine Chesnel, directrice de l'école primaire Montessori à Cherbourg, s'attendait à recevoir tès prochainement d'autres Australiens dans son école. Le 15 septembre, un employé de Naval Group l'avait appelé pour discuter des inscriptions à venir la semaine suivante, dit-elle.

"Ça montre très bien le caractère très brutal de l’annonce. Malgré tout, on n’est pas les plus à plaindre", ajoute-t-elle, évoquant le cas de trois de ses six employées anglophones, toutes des compagnes d'Australiens travaillant sur le contrat, qui ne savaient pas encore si elles allaient pouvoir rester.

"TOUCHÉ MAIS PAS COULÉ!"

La commande australienne représentait 10% des revenus annuels de Naval Group, selon les représentants syndicaux, qui précisent que le groupe emploie quelque 3.400 personnes à Cherbourg. Ses sous-traitants génèrent aussi des centaines d'autres emplois localement.

"Touché mais pas coulé !", a dit au Figaro le PDG de l'entreprise, Pierre-Éric Pommellet, qui espère replacer les 500 employés postés sur le contrat sur d'autres projets du groupe.

"Ce n'est pas facile", a dit le délégué syndical CFE-CGC, Marc Torres. "Mais (la direction) nous a rassurés. Pour l'instant, personne ne parle de plan social".

Selon des habitants de Cherbourg et des élus locaux, le contrat, qui prévoyait un transfert de technologie avec une construction des sous-marins en Australie, avait donné un élan à l'économie locale lorsqu'il avait été signé en 2016 et avait "boosté" le moral des 80.000 habitants de la ville portuaire.

Son annulation aura des effets à plus ou moins long terme, avec d'abord un ralentissement dans les recrutements de Naval Group et de ses sous-traitants, a dit David Margueritte, vice-président de la région Normandie.

"Il y a une répercussion économique, on ne peut pas le cacher. Mais cette répercussion économique (...) est fortement nuancée par le fait que Naval Group dispose de commandes étatiques qui sont très fortes", précise-t-il.

Anne-Marie Quintin, dont le neveu travaille chez Naval Group, ne décolère pas : "On joue avec la vie des gens!"

(avec Jean-Michel Belot, version française Caroline Pailliez)

Cherbourg sous le choc de la perte du contrat des sous-marins australiens
 

Lire Aussi

Ajouter un commentaire

Instructions relatives aux commentaires

Nous vous encourageons à utiliser les commentaires pour engager le dialogue avec les autres utilisateurs, partager votre point de vue et poser des questions aux auteurs et utilisateurs. Toutefois, afin de maintenir un niveau de dialogue de qualité, veuillez garder à l'esprit les éléments suivants:

  • Enrichissez les débats.
  • Restez concentré et évitez les hors-sujets. Ne postez que du contenu lié au sujet abordé.
  • Soyez respectueux. Même les opinions négatives peuvent être appréhendées positivement et avec diplomatie. 
  • Utilisez un style d’écriture standard. Soignez la ponctuation et utilisez les majuscules et minuscules.
  • REMARQUE: Le spam et/ou les messages promotionnels et les liens insérés dans un commentaire seront retirés.
  • Évitez les insultes, la calomnie ou les attaques personnelles dirigées contre un auteur ou un autre utilisateur.
  • Seuls les commentaires en français sont autorisés.

Les auteurs de spam ou d'abus seront supprimés du site et interdits d'inscription à la discrétion de Investing.com.

Exprimez-vous
 
Êtes-vous sûr de vouloir supprimer ce graphique ?
 
Publier
Publier également sur :
 
Remplacer le graphique actuel par un nouveau graphique?
1000
Vous n’êtes momentanément plus autorisé à commenter, en raison de rapports utilisateur négatifs. Votre statut sera examiné par nos modérateurs.
Veuillez attendre une minute avant de soumettre un nouveau commentaire.
Merci pour votre commentaire. Nous vous informons que les commentaires soumis restent en attente jusqu’à ce qu’ils soient validés par nos modérateurs. C’est la raison pour laquelle leur publication sur notre site peut parfois prendre un certain temps.
 
Êtes-vous sûr de vouloir supprimer ce graphique ?
 
Publier
 
Remplacer le graphique actuel par un nouveau graphique?
1000
Vous n’êtes momentanément plus autorisé à commenter, en raison de rapports utilisateur négatifs. Votre statut sera examiné par nos modérateurs.
Veuillez attendre une minute avant de soumettre un nouveau commentaire.
Ajouter un graphique au commentaire
Confirmer le blocage

Voulez-vous vraiment bloquer %USER_NAME% ?

Si vous continuez, vous et %USER_NAME% ne verrez plus vos publications Investing.com mutuelles.

%USER_NAME% a bien été ajouté à votre Liste d’utilisateurs bloqués

Vous venez de débloquer cette personne et devrez attendre 48 heures avant de la bloquer de nouveau.

Signaler ce commentaire comme inapproprié

Je souhaite signaler ce commentaire comme:

Commentaire signalé

Merci

Le commentaire signalé sera révisé par nos modérateurs
Responsabilité: Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data.

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.
Inscription via Google
ou
Inscription via Email