Dernière minute
0

De la CSG au prix des carburants, un an de polémiques sur le pouvoir d'achat

Indicateurs économiques07/12/2018 10:46
Sauvegardé. Afficher les Eléments sauvegardés.
Cet article a déjà été enregistré dans vos Eléments sauvegardés
 
Des 'gilets jaunes' mobilisés à Saint Beauzire (centre de la France), le 6 décembre 2018 (Photo Thierry Zoccolan. AFP)

Au Parlement comme dans la rue, le gouvernement a essuyé tout au long de l'année 2018 des critiques sur sa politique fiscale et budgétaire, accusée d'avoir pénalisé le pouvoir d'achat. Une grogne devenue explosive avec le mouvement des "gilets jaunes".

"Manu, c'est à partir de quand que ça ruisselle?" Ce slogan, affiché sur un rond-point tenu par une poignée de manifestants, résume l'impatience qui s'est emparée d'une partie de la population, estimant n'avoir pas suffisamment bénéficié de la politique du gouvernement.

Une colère qui puise ses racines dans des problèmes au long cours, comme la désertification ou la désindustrialisation, mais que des décisions prises ces derniers mois par l'exécutif ont attisée, en donnant le sentiment de rogner le pouvoir d'achat des Français.

Première d'entre elles: la hausse de 1,7 point de la CSG (contribution sociale généralisée), entrée en vigueur au 1er janvier 2018 afin de compenser la suppression des cotisations chômage et maladie pour les salariés du secteur privé.

Cette réforme a grevé les revenus d'une partie des retraités -- près de 60% d'entre eux, selon Bercy -- soumis à la CSG à taux plein mais pas aux cotisations salariales. Un choix assumé par l'exécutif, mais source de dépit chez les personnes concernées.

D'autres annonces ont alimenté la grogne au cours de l'année 2018, de la désindexation des retraites jusqu'à la baisse des aides au logement. Mais c'est surtout la hausse des prix des carburants à l'automne qui a cristallisé le mécontentement.

Cette hausse, liée à la flambée des prix du pétrole et dans une moindre mesure au durcissement de la taxe carbone, "a servi de déclencheur", observe Alexandre Mirlicourtois, économiste chez Xerfi. "Ca a fait déborder une colère qui couvait depuis longtemps."

- "impatience" -

Sur le papier, ce mouvement d'humeur peut sembler surprenant.

Selon l'Insee, le pouvoir d'achat a en effet augmenté de 1,3% en 2017, et devrait progresser sur le même rythme cette année. En 2019, il devrait même accélérer (+1,7%), à la faveur des baisses d'impôts prévues par le gouvernement.

Et d'après une étude publiée fin octobre par l'institut GfK, la France fait partie des pays les mieux lotis en terme de pouvoir d'achat: en 2018, ce dernier s'élevait à 20.038 euros par habitant dans l'Hexagone, contre 14.292 euros en moyenne dans l'Union européenne.

"On ne peut cependant pas comprendre le mouvement" des gilets jaunes "si l'on ne regarde pas les chiffres dans le détail et sur le long terme", prévient Mathieu Plane, chercheur à l'OFCE.

D'après cet observatoire économique, les ménages ont en effet perdu 440 euros de revenu disponible entre 2008 et 2016, dans le sillage de la crise. Une situation qui explique sans doute "la forme d'impatience" constatée "depuis que la croissance a redémarré", avance M. Plane.

Les statistiques globales, en outre, ne rendent pas compte des réalités individuelles ou territoriales, foncièrement inégales. Selon GfK, le pouvoir d'achat moyen est ainsi deux fois supérieur à Boulogne-Billancourt (30.310 euros) qu'à Saint-Denis (14.696 euros).

"La crise des +gilets jaunes+ est une crise du pouvoir d'achat. Un pouvoir d'achat qui a diminué pour les Français les plus modestes", assure ainsi Julia Cagé, professeure à Sciences Po et auteure d'une tribune virulente sur le sujet cette semaine dans Le Monde.

Le calendrier fiscal du gouvernement, pour beaucoup, a contribué à ce déséquilibre. "Les mesures améliorant le pouvoir d'achat des plus aisés, comme la suppression de l'ISF, ont été mises en oeuvre en début d'année", rappelle Mathieu Plane.

Les mesures favorables aux classes moyennes, comme la baisse de la taxe d'habitation, sont intervenues pour leur part à l'automne. "Ce sont de fortes baisses d'impôts, mais arrivées tardivement. Le rééquilibrage n'interviendra vraiment qu'en 2019", relève l'économiste.

De quoi alimenter un sentiment d'injustice chez les classes populaires, par ailleurs les plus exposées aux "dépenses contraintes" -- c'est-à-dire les dépenses fixes ou pré-engagées, comme les loyers ou les factures d'électricité.

D'après l'Insee, ces dernières ont été multipliées par 2,5 depuis les années 1960 et pèsent désormais pour près de 30% du budget. "Mais pour les classes modestes, c'est parfois 80% des revenus", souligne Alexandre Mirlicourtois. Qui estime que le pouvoir d'achat "n'est pas seulement une question de ressenti".

De la CSG au prix des carburants, un an de polémiques sur le pouvoir d'achat
 

Lire Aussi

Ajouter un commentaire

Instructions relatives aux commentaires

Nous vous encourageons à utiliser les commentaires pour engager le dialogue avec les autres utilisateurs, partager votre point de vue et poser des questions aux auteurs et utilisateurs. Toutefois, afin de maintenir un niveau de dialogue de qualité, veuillez garder à l'esprit les éléments suivants:

  • Enrichissez les débats.
  • Restez concentré et évitez les hors-sujets. Ne postez que du contenu lié au sujet abordé.
  • Soyez respectueux. Même les opinions négatives peuvent être appréhendées positivement et avec diplomatie. 
  • Utilisez un style d’écriture standard. Soignez la ponctuation et utilisez les majuscules et minuscules.
  • REMARQUE: Le spam et/ou les messages promotionnels et les liens insérés dans un commentaire seront retirés.
  • Évitez les insultes, la calomnie ou les attaques personnelles dirigées contre un auteur ou un autre utilisateur.
  • Seuls les commentaires en français sont autorisés.

Les auteurs de spam ou d'abus seront supprimés du site et interdits d'inscription à la discrétion de Investing.com.

Exprimez-vous
 
Êtes-vous sûr de vouloir supprimer ce graphique ?
 
Publier
Publier également sur :
 
Remplacer le graphique actuel par un nouveau graphique?
1000
Vous n’êtes momentanément plus autorisé à commenter, en raison de rapports utilisateur négatifs. Votre statut sera examiné par nos modérateurs.
Veuillez attendre une minute avant de soumettre un nouveau commentaire.
Merci pour votre commentaire. Nous vous informons que les commentaires soumis restent en attente jusqu’à ce qu’ils soient validés par nos modérateurs. C’est la raison pour laquelle leur publication sur notre site peut parfois prendre un certain temps.
 
Êtes-vous sûr de vouloir supprimer ce graphique ?
 
Publier
 
Remplacer le graphique actuel par un nouveau graphique?
1000
Vous n’êtes momentanément plus autorisé à commenter, en raison de rapports utilisateur négatifs. Votre statut sera examiné par nos modérateurs.
Veuillez attendre une minute avant de soumettre un nouveau commentaire.
Ajouter un graphique au commentaire
Confirmer le blocage

Voulez-vous vraiment bloquer %USER_NAME% ?

Si vous continuez, vous et %USER_NAME% ne verrez plus vos publications Investing.com mutuelles.

%USER_NAME% a bien été ajouté à votre Liste d’utilisateurs bloqués

Vous venez de débloquer cette personne et devrez attendre 48 heures avant de la bloquer de nouveau.

Signaler ce commentaire comme inapproprié

Je souhaite signaler ce commentaire comme:

Commentaire signalé

Merci

Le commentaire signalé sera révisé par nos modérateurs
Responsabilité: Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data.

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.
Inscription via Google
ou
Inscription via Email