Dernière minute
0
Version Sans-Pub. Améliorez votre expérience sur Investing.com. Économisez jusqu'à 40%. Plus de détails

La colère contre le pass sanitaire donne un nouveau souffle aux Gilets jaunes

Indicateurs éco.22/07/2021 16:55
Sauvegardé. Afficher les Eléments sauvegardés.
Cet article a déjà été enregistré dans vos Eléments sauvegardés
 
© Reuters. Deux ans après les manifestations des "Gilets jaunes", l'ancien chef de file Jérôme Rodrigues espère raviver la flamme de la contestation autour d'un mouvement contre le pass sanitaire et l'obligation vaccinale, alors que la police s'inquiète d'une p

par Caroline Pailliez et Clotaire Achi

TREMBLAY-EN-FRANCE, Seine-Saint-Denis (Reuters) - Deux ans après les manifestations des "Gilets jaunes", l'ancien chef de file Jérôme Rodrigues espère raviver la flamme de la contestation autour d'un mouvement contre le pass sanitaire et l'obligation vaccinale, alors que la police s'inquiète d'une possible radicalisation et d'une montée des tensions.

Depuis une semaine, Jérôme Rodrigues enchaîne les interviews et les directs sur Facebook (NASDAQ:FB) pour encourager le plus de personnes à se rendre aux manifestations contre le projet de loi relatif "à l'adaptation de nos outils de gestion de la crise sanitaire", actuellement en débat au Parlement.

Ce texte prévoit un élargissement du pass sanitaire dans les lieux accueillant du public et introduit une obligation vaccinale pour les soignants dans le but de lutter contre la recrudescence de l'épidémie de COVID-19 liée au variant Delta.

Le mouvement des Gilets jaunes né en 2018 autour de questions de pouvoir d'achat, s'était essoufflé en 2019. Mais selon Jérôme Rodrigues, qui a perdu un oeil dans une manifestation, la colère des Français n'est pas retombée et pourrait se canaliser autour des restrictions des libertés individuelles liées à la crise sanitaire.

Quelque 114.000 personnes se sont déjà mobilisées samedi dernier dans toute la France pour dénoncer la mise en place du pass sanitaire, un nombre que les autorités jugent impressionnant dans la période estivale.

Entre 1.500 et 2.000 personnes, selon les organisateurs, ont encore manifesté mercredi à Paris à l'appel des Gilets jaunes, et d'autres sont attendues jeudi et samedi prochains.

"On dénonce aujourd'hui ces lois liberticides (...). Des contraintes pour obliger les derniers récalcitrants (au vaccin), on trouve que ce n'est pas correct et que ça porte atteinte à la liberté de chacun et surtout la liberté de notre corps", dit Jérôme Rodrigues à Reuters, au début d'une manifestation.

Défile pour l'instant dans les cortèges une foule hétéroclite : des membres de mouvances contestataires rivales (de l'ultra-droite à l'ultra-gauche), des militants politiques, des personnels soignants, des professionnels impactés par les mesures sanitaires ou encore des Gilets jaunes, selon une note des renseignements territoriaux que Reuters a pu consulter.

Mais le gros des participants était constitué samedi de "simples citoyens", peu rompus à l'exercice de la manifestation, précise la note. Une aubaine pour les mouvements d'opposition qui espèrent faire grossir leurs rangs.

GUERRE D'INFLUENCE

Pour le leader des Gilets jaunes, il ne faut pas "s'égarer sur le chemin" en rejoignant notamment les rangs des manifestations organisées par Florian Philippot, le président des Patriotes, soutenu par une partie des figures anti-vaccin.

"Méfiez-vous des contrefaçons. Ces gens-là ne privilégient que leur propre étiquette", estime Jérôme Rodrigues ajoutant vouloir proposer une alternative à ceux, qui comme lui, ne se reconnaissent pas dans les idées de l'extrême droite.

Il appelle l'ensemble des "nouveaux venus sur le marché de la colère" à se joindre aux rangs des Gilets jaunes, mettant en avant la pertinence, selon lui, des revendications traditionnelles du mouvement en cette période.

"On est toujours sur les revendications de justice fiscale, de justice sociale, de démocratie directe", dit-il. "(Le COVID-19) a mis en avant ce qu'on dénonce depuis deux ans, à savoir la précarité."

Il ne s'agit pas d'un mouvement anti-vaccin, précise-t-il. "Je ne peux pas moi crier 'Liberté' dans la rue et dire à un non-vacciné ne te vaccine pas, je ne serai pas du tout cohérent avec le message que je porte", précise-t-il.

De "simples citoyens" se disent séduits. C'est le cas de Mohamed Boukifa, 40 ans, qui manifestait pour la première fois mercredi pour "défendre les libertés". S'il ne partage pas toutes les idées des Gilets jaunes, il ne se voyait pas manifester dans les cortèges de l'extrême droite.

Du côté de la majorité, on relativise l'ampleur de la mobilisation et on défend le projet de loi.

"Ce que je relève, c’est qu’on était sur une mobilisation de près de 100.000 personnes sur l’ensemble du territoire, là où on a des millions de personnes qui se vaccinent depuis la prise de parole du Président de la République", explique Laëtitia Avia, députée La République en marche.

"Nous sommes en présence de dispositions qui sont là pour redonner de la liberté, pour permettre à chacun de profiter des lieux de culture, de nos lieux de vie sociale en toute sécurité. C’est ça le cœur de ces dispositions", ajoute-t-elle.

RISQUES DE RADICALISATION

Les autorités, elles, s'inquiètent de la poursuite du mouvement et d'une possible radicalisation. "Plus le conflit durera, plus le risque est grand que les plus déterminés, puis les plus radicaux, parviennent à prendre le contrôle", peut-on lire dans la note des renseignements territoriaux.

"La colère des plus déterminés des opposants pourrait s'exprimer à l'encontre des intérêts des parlementaires, notamment la majorité", poursuit la note. "Une vigilance doit également rester de mise à l'endroit des Agences régionales de santé et des centres de vaccination".

Si violence il y a, ce ne sera pas du côté des Gilets jaunes, assure Jérôme Rodrigues.

La députée Martine Wonner, ex-LaRem, covido-sceptique, qui a défilé samedi aux côtés de Florian Philippot, avait semé l'émoi en appelant les manifestants à "faire le siège des parlementaires" et à "envahir leurs permanences".

Plusieurs parlementaires de la majorité ont reçu des menaces de morts en raison de leur soutien à la stratégie vaccinale. Une permanence d'un député et trois centres de vaccination, selon les autorités, ont été vandalisés.

Malgré les risques, les députés de la majorité ne comptent pas reculer sur le projet de loi. "Il ne s’agit pas de se dire il y a 'X pour cent' de personnes dans la rue et c’est pour ça qu’on va renoncer à des mesures qui sont bonnes pour la santé des Français", dit Laëtitia Avia.

(Reportage Caroline Pailliez et Clotaire Achi, édité par Sophie Louet)

La colère contre le pass sanitaire donne un nouveau souffle aux Gilets jaunes
 

Lire Aussi

Ajouter un commentaire

Instructions relatives aux commentaires

Nous vous encourageons à utiliser les commentaires pour engager le dialogue avec les autres utilisateurs, partager votre point de vue et poser des questions aux auteurs et utilisateurs. Toutefois, afin de maintenir un niveau de dialogue de qualité, veuillez garder à l'esprit les éléments suivants:

  • Enrichissez les débats.
  • Restez concentré et évitez les hors-sujets. Ne postez que du contenu lié au sujet abordé.
  • Soyez respectueux. Même les opinions négatives peuvent être appréhendées positivement et avec diplomatie. 
  • Utilisez un style d’écriture standard. Soignez la ponctuation et utilisez les majuscules et minuscules.
  • REMARQUE: Le spam et/ou les messages promotionnels et les liens insérés dans un commentaire seront retirés.
  • Évitez les insultes, la calomnie ou les attaques personnelles dirigées contre un auteur ou un autre utilisateur.
  • Seuls les commentaires en français sont autorisés.

Les auteurs de spam ou d'abus seront supprimés du site et interdits d'inscription à la discrétion de Investing.com.

Exprimez-vous
 
Êtes-vous sûr de vouloir supprimer ce graphique ?
 
Publier
Publier également sur :
 
Remplacer le graphique actuel par un nouveau graphique?
1000
Vous n’êtes momentanément plus autorisé à commenter, en raison de rapports utilisateur négatifs. Votre statut sera examiné par nos modérateurs.
Veuillez attendre une minute avant de soumettre un nouveau commentaire.
Merci pour votre commentaire. Nous vous informons que les commentaires soumis restent en attente jusqu’à ce qu’ils soient validés par nos modérateurs. C’est la raison pour laquelle leur publication sur notre site peut parfois prendre un certain temps.
Commentaires (2)
Thierry De Greef
Thierry De Greef 23/07/2021 14:57
Sauvegardé. Afficher les Eléments sauvegardés.
Ce commentaire a déjà été enregistré dans vos Eléments sauvegardés
il n y avait qu une chose plus inimaginable il y a 18 mois que de savoir qu il y aurait un vaccin disponible aussi vite : c est d apprendre que certains n en voudraient pas..🙈🙊
tata ty
tata ty 23/07/2021 14:57
Sauvegardé. Afficher les Eléments sauvegardés.
Ce commentaire a déjà été enregistré dans vos Eléments sauvegardés
ah bon ? tu etait pas née quand ils ont fait le vaccin pour la grippe ? et la cause principale de cette méfiance et justement la rapidité du développement du vaccin et sont extrêmement manque de donnée,, dans plein de pays il et pas obligatoire... et honnêtement pour que le vaccin fonctionne comme il dise faudrait que tout les pays qui ont un aéroport soit vaccine a 95% .. . donc bon ....
Christian Kraemer
Christian Kraemer 22/07/2021 20:29
Sauvegardé. Afficher les Eléments sauvegardés.
Ce commentaire a déjà été enregistré dans vos Eléments sauvegardés
ça commence avec le vaccin et après ? la dictature est sur la bonne voie en France c'est quoi le délire de menacer les gens de leur supprimer le salaire où de les les licenciés à bas la dictature mariniste privations des libertés on aura tout vu j'espère qu'un maximum de gens va manifester nous ne sommes pas des moutons 😡😡
nicolas We
nicolas We 22/07/2021 20:29
Sauvegardé. Afficher les Eléments sauvegardés.
Ce commentaire a déjà été enregistré dans vos Eléments sauvegardés
tu devrais un petit peu voyager pour vivre à l'intérieur d'une dictature,ça te ferait prendre conscience que tu racontes des conneries.
keith kennedy
keith kennedy 22/07/2021 20:29
Sauvegardé. Afficher les Eléments sauvegardés.
Ce commentaire a déjà été enregistré dans vos Eléments sauvegardés
effectivement allez dans une vraie dictature. quelle autre solution qu'un vaccin?. j'attends des réponses intelligente ?
ADAME schewenker
ADAME schewenker 22/07/2021 20:29
Sauvegardé. Afficher les Eléments sauvegardés.
Ce commentaire a déjà été enregistré dans vos Eléments sauvegardés
keith kennedy  le problème n'est pas l'obligation vaccinal, qui elle existe déjà, mais la dérive du pass vaccinal, qui n'a pas lieu d'être, encore moins de vacciner des soignants en bonne, ça n'a pas de sens, vaccinons les personne à risque et il n'y aura personnne en réanimation, mais ça semble t'il ça n'arange pas les plans politique de ceux qui sont en place, à mon sens il y a une volonté de créer le désordre et les cassures des groupes, diviser pour mieux régner, et tous le monde fonsse dans le panneau
 
Êtes-vous sûr de vouloir supprimer ce graphique ?
 
Publier
 
Remplacer le graphique actuel par un nouveau graphique?
1000
Vous n’êtes momentanément plus autorisé à commenter, en raison de rapports utilisateur négatifs. Votre statut sera examiné par nos modérateurs.
Veuillez attendre une minute avant de soumettre un nouveau commentaire.
Ajouter un graphique au commentaire
Confirmer le blocage

Voulez-vous vraiment bloquer %USER_NAME% ?

Si vous continuez, vous et %USER_NAME% ne verrez plus vos publications Investing.com mutuelles.

%USER_NAME% a bien été ajouté à votre Liste d’utilisateurs bloqués

Vous venez de débloquer cette personne et devrez attendre 48 heures avant de la bloquer de nouveau.

Signaler ce commentaire comme inapproprié

Je souhaite signaler ce commentaire comme:

Commentaire signalé

Merci

Le commentaire signalé sera révisé par nos modérateurs
Responsabilité: Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data.

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.
Inscription via Google
ou
Inscription via Email