Dernière minute
0

Dans les entrailles du Lyon-Turin, projet contesté mais bien entamé

Economie06/12/2018 14:30
Sauvegardé. Afficher les Eléments sauvegardés.
Cet article a déjà été enregistré dans vos Eléments sauvegardés
 
Vue du chantier du tunnel de la liaison Lyon-Turin, à Saint-Martin-la-Porte le 29 novembre 2018 (Photo MARCO BERTORELLO. AFP)

Dehors, les températures ne dépassent guère les cinq degrés, mais à l'intérieur, l'atmosphère est quasi tropicale. Plus on s'enfonce, plus le bruit devient assourdissant: nous sommes au cœur du Lyon-Turin, où le tunnelier avance pas à pas.

Depuis quelques mois, ce projet de ligne ferroviaire fait l'objet d'un bras de fer au sein du gouvernement populiste italien, tandis que partisans et opposants donnent de la voix.

Sous terre, à Saint-Martin-la Porte (Savoie), une vingtaine d'ouvriers s'activent autour de la "bête", casques de protection, lunettes, bottes et casques anti-bruits sur les oreilles.

De la roche à creuser, on ne voit rien ou presque à travers la roue de coupe et ses quelques 70 molettes d'acier entraînées par des générateurs dont la puissance équivaut à huit moteurs de Formule 1.

Élément central du projet, le tunnel doit s'étendre sur 57,5 kilomètres entre Saint-Jean-de-Maurienne et Suse: 45 km en France et 12,5 en Italie.

Deux tubes doivent permettre à partir de 2030 le passage de trains dans un sens et dans l'autre, afin de délester la route de centaines de milliers de camions.

- 400 mètres par mois -

"L'ensemble du projet représente 162 km de galeries. Pour le moment, nous avons creusé 25 km, soit 15%", détaille Piergiuseppe Gilli, directeur de la construction à la société franco-italienne Telt.

Environ 800 personnes travaillent sur l'ensemble du chantier.

Sur le segment Saint-Martin-La Porte - La Praz, les travaux avancent sur deux fronts: en direction de Lyon avec des méthodes traditionnelles (explosifs, moyens mécaniques) en raison de la particularité de la roche, tandis que vers l'Italie, c'est le tunnelier "Federica" qui est à l'œuvre.

Six des neuf kilomètres de ce tronçon ont déjà été creusés, dont 5,5 par le tunnelier qui "avance à un rythme de 15 à 18 mètres par jour, soit 400 mètres par mois", mieux que les 250 mètres prévus initialement, explique à l'AFP Francesco Gamba, de la direction des travaux à Saint-Martin-la-Porte.

"Federica", avec sa roue de coupe, ses générateurs et ses foreuses, est immense: 11 mètres de diamètre sur 135 de long. Elle creuse 16 heures par jour, les huit heures restantes étant dédiées à la manutention.

Les lourdes molettes d'acier -- 100 kg chacune -- doivent en effet être changées quatre fois par jour, retirées et remplacées à la main, car les lames s'usent vite. "Il faut aussi recharger l'huile et les autres liquides, et faire les sondages d'avancement", explique M. Gamba.

En montant sur les passerelles, on découvre les foreuses qui réalisent ces sondages destinés à vérifier la nature de la roche, la lithologie, la présence d'argile, de quartz, d'eau ou de gaz.

- Manifestation samedi -

"En fonction, on règle la vitesse d'avancement de la machine", détaille M. Gamba, en montrant les écrans et caméras de contrôle dans la cabine de pilotage.

Les roches brisées sont évacuées sur un tapis roulant, tandis que les voussoirs, blocs de bétons courbés, sont amenés par train sur pneu. Ils sont positionnés par une sorte de ventouse géante sur le tunnel et le vide est comblé par une résine d'injection. Sur ces seuls 9 km, il faudra 48.000 voussoirs.

L'ambiance dans le tunnelier est étrange: bruit assourdissant, chaleur, eau qui s'échappe, lumière artificielle et sensation d'être au milieu de la montagne.

Guillaume Nonfoux, pilote de tunnelier de 31 ans, souligne que ceux qui travaillent sous la roche sont "comme une famille" où le maître mot est "l'entraide".

Mais en surface, la contestation gronde. Si 40.000 personnes ont manifesté leur attachement au projet le 12 novembre à Turin, les opposants ont prévu une grande manifestation samedi.

"Cette vallée a déjà beaucoup d'infrastructures, ce projet est inutile. Le niveau de trafic entre la France et l'Italie a beaucoup diminué par rapport à la période du boom économique", estime le maire de Susa, Sandro Plano, en déplorant également les désagréments à venir pour les habitants à cause du chantier.

Mais en cas d'annulation, "on ne pourra pas laisser les galeries creusées sans manutention", avertit M. Gilli. "Il faudra préparer un projet de +restauration+, qui devra être approuvé tant en France qu'en Italie".

Dans les entrailles du Lyon-Turin, projet contesté mais bien entamé
 

Lire Aussi

Ajouter un commentaire

Instructions relatives aux commentaires

Nous vous encourageons à utiliser les commentaires pour engager le dialogue avec les autres utilisateurs, partager votre point de vue et poser des questions aux auteurs et utilisateurs. Toutefois, afin de maintenir un niveau de dialogue de qualité, veuillez garder à l'esprit les éléments suivants:

  • Enrichissez les débats.
  • Restez concentré et évitez les hors-sujets. Ne postez que du contenu lié au sujet abordé.
  • Soyez respectueux. Même les opinions négatives peuvent être appréhendées positivement et avec diplomatie. 
  • Utilisez un style d’écriture standard. Soignez la ponctuation et utilisez les majuscules et minuscules.
  • REMARQUE: Le spam et/ou les messages promotionnels et les liens insérés dans un commentaire seront retirés.
  • Évitez les insultes, la calomnie ou les attaques personnelles dirigées contre un auteur ou un autre utilisateur.
  • Seuls les commentaires en français sont autorisés.

Les auteurs de spam ou d'abus seront supprimés du site et interdits d'inscription à la discrétion de Investing.com.

Exprimez-vous
 
Êtes-vous sûr de vouloir supprimer ce graphique ?
 
Publier
Publier également sur :
 
Remplacer le graphique actuel par un nouveau graphique?
1000
Vous n’êtes momentanément plus autorisé à commenter, en raison de rapports utilisateur négatifs. Votre statut sera examiné par nos modérateurs.
Veuillez attendre une minute avant de soumettre un nouveau commentaire.
Merci pour votre commentaire. Nous vous informons que les commentaires soumis restent en attente jusqu’à ce qu’ils soient validés par nos modérateurs. C’est la raison pour laquelle leur publication sur notre site peut parfois prendre un certain temps.
 
Êtes-vous sûr de vouloir supprimer ce graphique ?
 
Publier
 
Remplacer le graphique actuel par un nouveau graphique?
1000
Vous n’êtes momentanément plus autorisé à commenter, en raison de rapports utilisateur négatifs. Votre statut sera examiné par nos modérateurs.
Veuillez attendre une minute avant de soumettre un nouveau commentaire.
Ajouter un graphique au commentaire
Confirmer le blocage

Voulez-vous vraiment bloquer %USER_NAME% ?

Si vous continuez, vous et %USER_NAME% ne verrez plus vos publications Investing.com mutuelles.

%USER_NAME% a bien été ajouté à votre Liste d’utilisateurs bloqués

Vous venez de débloquer cette personne et devrez attendre 48 heures avant de la bloquer de nouveau.

Signaler ce commentaire comme inapproprié

Je souhaite signaler ce commentaire comme:

Commentaire signalé

Merci

Le commentaire signalé sera révisé par nos modérateurs
Responsabilité: Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data.

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.
Inscription via Google
ou
Inscription via Email