Dernière minute
0

Plus chères et plus courtes, les colonies de vacances ont perdu la cote

Economie09/08/2018 16:16
Sauvegardé. Afficher les Eléments sauvegardés.
Cet article a déjà été enregistré dans vos Eléments sauvegardés
 
Entre 2007 et 2017, sur les séjours de plus de cinq jours, on est passé de 1.2 million à 900.000 enfants' par an, confirme Jean-Benoît Dujol, directeur de la jeunesse, de l'éducation populaire et de la vie associative au ministère de l'Éducation (Photo PHILIPPE HUGUEN. AFP)

Les colonies de vacances ne sont plus jolies pour tous. Les séjours, souvent plus courts et plus chers, attirent et mélangent aujourd'hui moins les enfants dont les parents ont aussi plus de mal à se séparer.

"Croire qu'on va régler le problème de la fréquentation des colos en réduisant la durée des séjours pour permettre de rester dans des fourchettes de prix qui soient acceptables est une erreur et même une hérésie éducative", insiste Jean-Karl Deschamps, secrétaire général adjoint de la Ligue de l'enseignement, organisatrice historique de colonies.

Pour lui, "le travail d'éducation, ça demande du temps". Un temps dont ne disposent plus les enfants qui participent aujourd'hui à des séjours de rarement plus d'une semaine.

Si la Ligue de l'enseignement développe elle aussi des séjours plus courts, elle a donc malgré tout gardé ceux d'une quinzaine de jours, même si ce sont ceux qui "dérouillent le plus en termes de fréquentation".

"Depuis 10 ans, la baisse s'est accentuée. Entre 2007 et 2017, sur les séjours de plus de cinq jours, on est passé de 1.2 million à 900.000 enfants" par an, confirme Jean-Benoît Dujol, directeur de la jeunesse, de l'éducation populaire et de la vie associative au ministère de l'Éducation.

- "Dépoussiérer l'image des colonies" -

Au début des années 90, "il fallait dépoussiérer l'image vieillotte des colonies, les sociétés privées se sont dit qu'il y avait un marché à conquérir en proposant quelque chose de nouveau avec des séjours plus sportifs et plus thématiques, ça a rencontré du succès auprès d'une certaine catégorie plus aisée", explique Quentin Joste, animateur de colonies dans les années 2000.

"L'offre des associations a été bouleversée en suivant les offres commerciales", les colonies se sont même "coupées de leur public historique, à savoir les familles plutôt modestes ou de classe moyenne", poursuit-il.

Les séjours thématiques (sport, passion...) "avaient un coût plus important que les précédents pour les familles et, au niveau de la mixité sociale, c'était pas vraiment ça", se souvient M. Joste.

Les aides aux familles, de la Caisse des allocations familiales (Caf) et des collectivités locales notamment, n'ont pourtant pas disparu, selon Jean-Benoît Dujol: ce sont "les prix (qui) ont augmenté et les aides (qui) ont été reciblées sur les populations les plus défavorisées (...)". Les aides, elles, "n'ont pas baissé", précise-t-il.

Quentin Joste, désormais secrétaire général de Wakanga, une association organisant des colonies, constate ainsi "une certaine mixité sociale" dans leurs séjours, volontairement peu thématiques, avec "25% de (leur) public qui bénéficie d'aides de la Caf".

- Loisirs de "proximité" -

Mais certaines familles qui envoyaient leurs enfants en colonie de vacances gagnent aujourd'hui "trop pour pouvoir être accompagnées financièrement" mais "pas assez pour pouvoir ne plus être accompagnées du tout", pointe M. Deschamps de la Ligue de l'enseignement.

Et quand elles ont droit à des aides, elles choisissent d'autres options, comme des "loisirs tout au long de l'année et moins les vacances collectives", complète M. Dujol.

Si les colonies sont moins fréquentées, c'est aussi parce que "l'éloignement des enfants est devenu de plus en plus difficile et souvent inconcevable" pour les parents, souligne Jean Houssaye, professeur émérite des sciences de l'éducation à l'université de Rouen.

Les municipalités privilégient aujourd'hui davantage la "proximité" et les "centres de loisirs" tandis que les comités d'entreprises, qui autrefois offraient beaucoup de départs en colonies à leurs employés, ont "privilégié les vacances familiales".

En découle la fermeture de centres qui accueillaient des colonies, trop onéreux à cause des coûts d'entretien et de mise aux normes. Leur diminution participe à la baisse de fréquentation.

Ces centres ne bénéficient aujourd'hui plus d'aides de l'État, dont M. Deschamps critique le "désintéressement" et le réel manque de "valorisation des colonies".

Plus chères et plus courtes, les colonies de vacances ont perdu la cote
 

Lire Aussi

Ajouter un commentaire

Instructions relatives aux commentaires

Nous vous encourageons à utiliser les commentaires pour engager le dialogue avec les autres utilisateurs, partager votre point de vue et poser des questions aux auteurs et utilisateurs. Toutefois, afin de maintenir un niveau de dialogue de qualité, veuillez garder à l'esprit les éléments suivants:

  • Enrichissez les débats.
  • Restez concentré et évitez les hors-sujets. Ne postez que du contenu lié au sujet abordé.
  • Soyez respectueux. Même les opinions négatives peuvent être appréhendées positivement et avec diplomatie. 
  • Utilisez un style d’écriture standard. Soignez la ponctuation et utilisez les majuscules et minuscules.
  • REMARQUE: Le spam et/ou les messages promotionnels et les liens insérés dans un commentaire seront retirés.
  • Évitez les insultes, la calomnie ou les attaques personnelles dirigées contre un auteur ou un autre utilisateur.
  • Seuls les commentaires en français sont autorisés.

Les auteurs de spam ou d'abus seront supprimés du site et interdits d'inscription à la discrétion de Investing.com.

Exprimez-vous
 
Êtes-vous sûr de vouloir supprimer ce graphique ?
 
Publier
Publier également sur :
 
Remplacer le graphique actuel par un nouveau graphique?
1000
Vous n’êtes momentanément plus autorisé à commenter, en raison de rapports utilisateur négatifs. Votre statut sera examiné par nos modérateurs.
Veuillez attendre une minute avant de soumettre un nouveau commentaire.
Merci pour votre commentaire. Nous vous informons que les commentaires soumis restent en attente jusqu’à ce qu’ils soient validés par nos modérateurs. C’est la raison pour laquelle leur publication sur notre site peut parfois prendre un certain temps.
 
Êtes-vous sûr de vouloir supprimer ce graphique ?
 
Publier
 
Remplacer le graphique actuel par un nouveau graphique?
1000
Vous n’êtes momentanément plus autorisé à commenter, en raison de rapports utilisateur négatifs. Votre statut sera examiné par nos modérateurs.
Veuillez attendre une minute avant de soumettre un nouveau commentaire.
Ajouter un graphique au commentaire
Confirmer le blocage

Voulez-vous vraiment bloquer %USER_NAME% ?

Si vous continuez, vous et %USER_NAME% ne verrez plus vos publications Investing.com mutuelles.

%USER_NAME% a bien été ajouté à votre Liste d’utilisateurs bloqués

Vous venez de débloquer cette personne et devrez attendre 48 heures avant de la bloquer de nouveau.

Signaler ce commentaire comme inapproprié

Je souhaite signaler ce commentaire comme:

Commentaire signalé

Merci

Le commentaire signalé sera révisé par nos modérateurs
Responsabilité: Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data.

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.
Inscription via Google
ou
Inscription via Email