🔥 Des choix d'actions premium alimentés par l'IA sur InvestingPro Jusqu'à -50 %PROFITER DES SOLDES

Scandale de manipulation : les sombres machinations de la BCE, de la Fed et du FBI - Andy Verity

Publié le 25/05/2023 10:39
© Investing.com
JPM
-
BARC
-

Investing.com - Ce fut l'un des plus grands procès financiers de l'histoire - le scandale de la manipulation du Libor - dans lequel les banques se sont alliées pour gagner encore plus d'argent. C'est du moins la perception que l'on en avait jusqu'à présent.

Les 37 accusés ont été accusés d'avoir manipulé le taux d'intérêt Libor en leur faveur. A l'issue du procès, 19 condamnations et 9 peines de prison ont été prononcées. Le cri d'alarme de la population était ainsi satisfait, car la justice avait mis la main sur les présumés responsables de la manipulation des marchés financiers.

Mais plus de dix ans plus tard, il semble que ce ne soient pas seulement les taux d'intérêt Libor et Euribor qui aient été manipulés, mais aussi les commissions d'enquête et les preuves présentées.

La BBC a rapporté, en se référant à des données publiées entre-temps et retenues à l'époque, que les banques centrales sont intervenues à grande échelle sur le marché en octobre 2008. Il s'agissait d'une action commune de la BCE, de la Fed, de la BoE et d'autres banques centrales européennes, dont l'objectif était de calmer le marché en faisant baisser les taux d'intérêt par des manipulations.

L'Euribor et le Libor sont les taux d'intérêt que les banques utilisent pour s'accorder mutuellement des crédits. Au cours de la grande crise financière, la confiance entre les banques s'est tellement détériorée que cette activité de crédit s'est presque totalement arrêtée, car les taux d'intérêt étaient élevés.

Le levier des taux d'intérêt plus bas devrait permettre de rétablir la confiance des marchés financiers, tout comme la base du modèle commercial des banques. Et personne n'est mieux placé pour coordonner un tel projet que la centrale des banques - les banques centrales.

C'est en tout cas ce que l'on peut lire dans le livre "Rigged" écrit par Andy Verity, qui doit paraître le 1er juin et dont le thème a été repris par le Times. Le fait qu'il ne s'agisse pas d'un roman de fiction est mis en évidence par le fait qu'Andrew Tyrie, qui était président de la commission des finances britannique en 2012 et qui a enquêté sur les manipulations du Libor, se réfère au contenu du livre.

Il a déclaré à la BBC :

"Les preuves que M. Verity a déterrées suggèrent fortement que toute la vérité n'a pas été dite à la commission d'enquête sur le scandale du Libor ... le Parlement semble avoir été induit en erreur, et si c'est le cas, il ne devrait pas laisser passer cela.

D'autres preuves retenues suggèrent que le gouvernement britannique, y compris le 10 Downing Street, a également été impliqué dans la pression exercée sur les banques pour qu'elles "manipulent" le Libor au sens de la définition pénale - c'est-à-dire qu'elles tentent d'obtenir des mouvements du taux d'intérêt de référence tout en "annulant la base de fonctionnement appropriée du Libor".

L'affaire a déjà fait de telles vagues que le député David Davis a demandé vendredi dernier au Parlement britannique que toute la lumière soit faite sur ce qui s'est passé.

Les nouvelles preuves disponibles laissent penser que les 37 accusés, dont certains ont passé des années en prison, n'étaient que des boucs émissaires. La Banque d'Angleterre, la Banque de France, la Banque centrale européenne, la Banca d'Italia, la Banco de Espana et la Federal Reserve Bank of New York sont soupçonnées d'être les véritables responsables des manipulations visant à maîtriser la crise financière de l'automne 2008.

Dans le rapport du Times apparaissent également des enregistrements de conversations qui prouvent précisément cela. Que les banques commerciales ont baissé les taux d'intérêt sous la pression des banques centrales. Les délinquants condamnés du management intermédiaire n'étaient pas à l'aise, mais sur ordre d'en haut, ils n'avaient pas le choix.

"Colin vient de nous dire qu'il avait reçu un appel de la BCE lui disant qu'il devait également baisser ses Libors", a déclaré Peter Johnson, qui était responsable de la fixation du Libor chez Barclays (LON :BARC).

"Eh bien, je ne m'inquiète pas de ce que dit la BCE. Mais s'ils font appel à notre direction, alors nous avons les mains liées. Toi, moi, Spence et tous les autres sommes d'accord pour dire que ce n'est pas la bonne chose à faire... Je suis aussi sceptique que toi. J'ai déjà eu plusieurs conversations de ce genre, et les gars me disaient juste : 'Faites-le'", a déclaré Mark Dearlove de Barclays.

"Incroyable !" a rétorqué Johnson.

L'extrait de "Rigged" publié par le Times suggère en outre que les banques centrales européennes n'étaient pas les initiatrices, mais la Fed, qui a "chargé" la banque américaine JPMorgan Chase (NYSE :JPM) de relancer le crédit intra-bancaire. Selon le livre, Johnson a déclaré lors d'un interrogatoire du FBI le 29 octobre 2008 que le marché du crédit était complètement asséché jusqu'à ce que JPMorgan Chase fasse entrer de l'argent frais dans le jeu.

"Il a attiré l'attention des autorités américaines sur la Banque d'Angleterre, la Banque de France et la Fed, et a fourni toutes les preuves et tous les éléments d'enquête que le FBI, la CFTC, la SEC et le DOJ auraient pu souhaiter pour enquêter sur les preuves.

Tout comme l'enregistrement des instructions qu'il a reçues de Dearlove, la conversation de Johnson avec le FBI et les régulateurs n'a pas été rendue publique. Les informations importantes qu'elle contenait n'ont été mises à la disposition ni du Parlement, ni de la presse, ni du public, ni des jurés des procès londoniens pour manipulation des taux d'intérêt, qui devaient conduire à des peines de prison pour les traders".

Izabella Kaminska, journaliste financière à Politico Europe, a écrit:

"Il s'agit en fin de compte du fait que les banques centrales n'ont pas seulement une licence pour faire tourner la planche à billets, mais aussi une licence pour diffuser de la désinformation si elles estiment que c'est dans l'intérêt du public. Ce dernier point est compréhensible dans une certaine mesure. Un peu comme la désinformation dirigée par l'État pendant une guerre. Mais des traders innocents n'auraient pas dû aller en prison".

Derniers commentaires

Installez nos applications
Divulgation des risques: Négocier des instruments financiers et/ou des crypto-monnaies implique des risques élevés, notamment le risque de perdre tout ou partie de votre investissement, et cela pourrait ne pas convenir à tous les investisseurs. Les prix des crypto-monnaies sont extrêmement volatils et peuvent être affectés par des facteurs externes tels que des événements financiers, réglementaires ou politiques. La négociation sur marge augmente les risques financiers.
Avant de décider de négocier des instruments financiers ou des crypto-monnaies, vous devez être pleinement informé des risques et des frais associés aux transactions sur les marchés financiers, examiner attentivement vos objectifs de placement, votre niveau d'expérience et votre tolérance pour le risque, et faire appel à des professionnels si nécessaire.
Fusion Media tient à vous rappeler que les données contenues sur ce site Web ne sont pas nécessairement en temps réel ni précises. Les données et les prix sur affichés sur le site Web ne sont pas nécessairement fournis par un marché ou une bourse, mais peuvent être fournis par des teneurs de marché. Par conséquent, les prix peuvent ne pas être exacts et peuvent différer des prix réels sur un marché donné, ce qui signifie que les prix sont indicatifs et non appropriés à des fins de trading. Fusion Media et les fournisseurs de données contenues sur ce site Web ne sauraient être tenus responsables des pertes ou des dommages résultant de vos transactions ou de votre confiance dans les informations contenues sur ce site.
Il est interdit d'utiliser, de stocker, de reproduire, d'afficher, de modifier, de transmettre ou de distribuer les données de ce site Web sans l'autorisation écrite préalable de Fusion Media et/ou du fournisseur de données. Tous les droits de propriété intellectuelle sont réservés par les fournisseurs et/ou la plateforme d’échange fournissant les données contenues sur ce site.
Fusion Media peut être rémunéré par les annonceurs qui apparaissent sur le site Web, en fonction de votre interaction avec les annonces ou les annonceurs.
La version anglaise de ce document est celle qui s'impose et qui prévaudra en cas de différence entre la version anglaise et la version française.
© 2007-2024 - Fusion Media Ltd Tous droits réservés