Dernière minute
Investing Pro 0
Version Sans-Pub. Améliorez votre expérience sur Investing.com. Économisez jusqu'à 40%. Plus de détails

Une récession mondiale ? 5 facteurs clés à connaître selon Schroders

Economie 06/07/2022 12:49
Sauvegardé. Afficher les Eléments sauvegardés.
Cet article a déjà été enregistré dans vos Eléments sauvegardés
 
© Reuters.

Investing.com - Inflation galopante, hausse des prix de l'énergie, crise pétrolière, euro au plus bas depuis 20 ans par rapport au dollar, instabilité des marchés, ralentissement du marché immobilier, (mauvaises) performances des banques centrales... nombreux sont les facteurs qui "prédisent" une récession mondiale ou, tout du moins, un ralentissement économique significatif.

C'est pourquoi Keith Wade, économiste en chef chez Schroders  (LON:SDR), évoque cinq facteurs clés à surveiller au seuil d'une récession mondiale :

1- La pression sur le niveau de vie.

Il y a longtemps que nous n'avions pas vu une telle baisse du niveau de vie. Les revenus réels baissent comme ils ne l'ont jamais fait depuis la seconde moitié des années 1970, lorsque l'inflation était très élevée, ou depuis le début des années 1980, lorsque la grande crise pétrolière a frappé.

Dans les années 1970, les prix de la viande ont augmenté de 25% en une seule année et ceux du lait et des produits laitiers ont grimpé de près de 22%. Sous l'effet de la guerre, de la politique monétaire accommodante et des problèmes d'approvisionnement en énergie, l'inflation a alors atteint un pic de 22%.

Aujourd'hui, la crise pétrolière contribue à la compression des revenus : les prix de l'énergie ont augmenté de plus de 40% dans la plupart des régions du monde. Toutefois, le problème est plus grave, car les prix des denrées alimentaires augmentent également : ils atteignent des niveaux à un ou deux chiffres. En outre, les prix de toute une série de produits augmentent.

Par rapport à notre histoire récente, où l'inflation se situait entre 1,5% et 2%, il s'agit d'un rebond considérable. Les ménages ressentent la pression à tous les niveaux.

2-Si les choses semblent mauvaises, c'est parce qu'elles sont mauvaises.

L'"indice de misère", un indicateur économique qui permet de déterminer la situation financière du citoyen moyen, est actuellement supérieur de 20% à ce qu'il était il y a près de 50 ans.

Nous sommes en effet aux premiers stades d'un ralentissement économique. Quand on cherche des signes de ce phénomène, on se tourne vers le marché du logement. Nous constatons que l'effet des taux hypothécaires élevés commence à ralentir ce marché.

Les détaillants essaient de faire des économies au fur et à mesure. Ils introduisent des gammes de produits moins chers pour que les gens puissent continuer à acheter, mais sans avoir à dépenser autant.

Au fur et à mesure que l'impact sur le niveau de vie augmentera, les gens adapteront leur comportement en matière de dépenses. En effet, nous sommes susceptibles de commencer à voir davantage de preuves de la faiblesse des dépenses de consommation, en particulier dans les ventes au détail. Ce sera le deuxième secteur en baisse après le ralentissement du marché du logement.

3-Les banques centrales peuvent-elles faire quelque chose ?

Les banquiers centraux ont été laissés pour compte. Il y a eu beaucoup d'incertitude et je pense que les banquiers centraux ont pensé qu'ils ne voulaient pas resserrer leur politique trop tôt, car s'ils se trompaient, ils pourraient ébranler l'économie.

S'ils avaient réagi plus tôt, nous n'aurions peut-être pas vu l'inflation ou les salaires augmenter autant et nous pourrions assister à un ralentissement plus progressif. Mais maintenant, nous assistons à quelque chose de plus agressif, sous la forme d'un ralentissement plus marqué.

Les banquiers centraux n'ont pas hésité à rejeter la responsabilité de la crise du coût de la vie sur des facteurs extérieurs, tels que la guerre en Ukraine. Les banques centrales ont-elles le pouvoir d'atténuer la hausse des coûts ? Je ne pense pas. Environ 80% de l'indice des prix à la consommation (IPC) ne dépend pas du pétrole ou des denrées alimentaires. Ce qu'une banque centrale devrait faire, c'est se concentrer sur le reste du panier de composants et resserrer sa politique pour réduire l'inflation et compenser les hausses du pétrole et des denrées alimentaires.

4-Que peuvent faire les gouvernements pour aider ?

Les gouvernements peuvent aider en prenant des mesures qui peuvent être impopulaires auprès des électeurs, comme l'augmentation des impôts, le gel des tranches de revenus et la réduction des dépenses, mais ils ne peuvent pas faire beaucoup plus. Dans les années 1970, toutes sortes de politiques de revenus et de prix ont été essayées, mais aucune n'a vraiment fonctionné. Il appartient donc aux banques centrales de faire ce qu'il faut.

5-Allons-nous vers une récession mondiale ?

La probabilité d'une récession mondiale vers la fin de cette année ou au début de l'année prochaine a augmenté. Cependant, chaque région présente des risques différents. Alors que tout le monde a une mesure du risque d'inflation - en particulier les États-Unis et l'Europe - la Chine, par exemple, a un gros problème sous la forme d'une politique de zéro Covid.

Bien qu'elle ait dû geler une grande partie de l'économie pour mettre en œuvre cette politique, notre hypothèse est que la Chine pourrait réapparaître plus tard cette année. Les autorités ont réussi à maîtriser le Covid, mais elles mettent encore en œuvre de nombreuses mesures, de sorte qu'il reste encore du chemin à parcourir. Entre-temps, l'activité économique est très faible et la Chine ne contribue pas beaucoup à la croissance mondiale.

En Europe, outre la question de la maîtrise de l'inflation, se pose celle de l'attitude à adopter vis-à-vis de l'énergie russe. Un embargo partiel sur le pétrole a été décidé, ce qui exercera une forte pression sur l'industrie et les ménages européens, certaines parties de l'Europe étant fortement dépendantes de l'énergie russe. L'Allemagne et l'Italie, par exemple, obtiennent un quart de leur énergie de la Russie. Un embargo pourrait donc provoquer un fort ralentissement de leur activité économique.

Les investisseurs ont commencé à réfléchir sérieusement à la possibilité d'une récession. C'est pourquoi nous avons vu les actions et certaines parties des marchés du crédit s'affaiblir.

Une récession mondiale ? 5 facteurs clés à connaître selon Schroders
 

Lire Aussi

Ajouter un commentaire

Instructions relatives aux commentaires

Nous vous encourageons à utiliser les commentaires pour engager le dialogue avec les autres utilisateurs, partager votre point de vue et poser des questions aux auteurs et utilisateurs. Toutefois, afin de maintenir un niveau de dialogue de qualité, veuillez garder à l'esprit les éléments suivants:

  • Enrichissez les débats.
  • Restez concentré et évitez les hors-sujets. Ne postez que du contenu lié au sujet abordé.
  • Soyez respectueux. Même les opinions négatives peuvent être appréhendées positivement et avec diplomatie. 
  • Utilisez un style d’écriture standard. Soignez la ponctuation et utilisez les majuscules et minuscules.
  • REMARQUE: Le spam et/ou les messages promotionnels et les liens insérés dans un commentaire seront retirés.
  • Évitez les insultes, la calomnie ou les attaques personnelles dirigées contre un auteur ou un autre utilisateur.
  • Seuls les commentaires en français sont autorisés.

Les auteurs de spam ou d'abus seront supprimés du site et interdits d'inscription à la discrétion de Investing.com.

Exprimez-vous
 
Êtes-vous sûr de vouloir supprimer ce graphique ?
 
Publier
Publier également sur :
 
Remplacer le graphique actuel par un nouveau graphique?
1000
Vous n’êtes momentanément plus autorisé à commenter, en raison de rapports utilisateur négatifs. Votre statut sera examiné par nos modérateurs.
Veuillez attendre une minute avant de soumettre un nouveau commentaire.
Merci pour votre commentaire. Nous vous informons que les commentaires soumis restent en attente jusqu’à ce qu’ils soient validés par nos modérateurs. C’est la raison pour laquelle leur publication sur notre site peut parfois prendre un certain temps.
 
Êtes-vous sûr de vouloir supprimer ce graphique ?
 
Publier
 
Remplacer le graphique actuel par un nouveau graphique?
1000
Vous n’êtes momentanément plus autorisé à commenter, en raison de rapports utilisateur négatifs. Votre statut sera examiné par nos modérateurs.
Veuillez attendre une minute avant de soumettre un nouveau commentaire.
Ajouter un graphique au commentaire
Confirmer le blocage

Voulez-vous vraiment bloquer %USER_NAME% ?

Si vous continuez, vous et %USER_NAME% ne verrez plus vos publications Investing.com mutuelles.

%USER_NAME% a bien été ajouté à votre Liste d’utilisateurs bloqués

Vous venez de débloquer cette personne et devrez attendre 48 heures avant de la bloquer de nouveau.

Signaler ce commentaire comme inapproprié

Je souhaite signaler ce commentaire comme:

Commentaire signalé

Merci

Le commentaire signalé sera révisé par nos modérateurs
Inscription via Google
ou
Inscription via Email