🔥 Des choix d'actions premium alimentés par l'IA sur InvestingPro Jusqu'à -50 %PROFITER DES SOLDES

Black Swan Banking : il est temps de prendre des bénéfices ? attention à ce spécialiste

Publié le 28/04/2023 12:59
© Reuters.
NDX
-
XAU/USD
-
FCHI
-
CVX
-
CSGN
-
DANO
-
LVMH
-
GALP
-
BBVA
-
BKT
-
CABK
-
REP
-
IBE
-
SABE
-
VWS
-
AMZN
-
HRMS
-
LMT
-
XOM
-
PEP
-
GC
-
COL
-
HRL
-
TSLA
-
AM
-
MDLZ
-
VNAn
-
JD
-
MRL
-
BABA
-
NIO
-
XPEV
-
Investing.com - L'effondrement inattendu du secteur bancaire en mars, un événement improbable connu sous le nom de "cygne noir", a bouleversé les perspectives macroéconomiques et de marché pour le deuxième trimestre.
 
Mais comment est-il possible qu'une grande banque suisse ait fait faillite et cela pourrait-il déclencher la prochaine crise financière ?
 
Juan José del Valle, analyste chez Activotrade, l'explique dans le rapport sur les perspectives du deuxième trimestre de la société de courtage.
 
Pour Del Valle, l'origine du problème réside une fois de plus dans la dette émise par des pays qui, au cours des 15 dernières années, ont maintenu des taux d'intérêt réels négatifs, finançant ainsi différents pays qui ont émis de la dette avec des rendements négatifs.
 
"Le point culminant pour les banques a été de gonfler leurs bilans avec ces titres de la dette publique, ce qui, dans la plupart des cas, leur a permis d'obtenir des financements auprès des banques centrales en utilisant cette dette comme garantie. Mais personne ne s'attendait à ce qui s'est produit en 2022. Personne ne s'attendait à ce que les taux d'inflation atteignent des niveaux aussi élevés et à ce qu'il y ait la plus forte hausse des taux d'intérêt en si peu de temps", explique-t-il.
 
"Le résultat, dans le cas de la Silicon Valley Bank, a été que, face à un certain retrait des dépôts par ses créanciers, qui dans la plupart des cas étaient des fonds d'investissement privés ou étaient fortement exposés au secteur technologique, elle a dû vendre ces titres de créance avant l'échéance, ce qui a entraîné d'importantes pertes latentes en raison de l'augmentation des taux d'intérêt. Mais le problème s'est déplacé en Europe. Le Credit Suisse (SIX :CSGN) a été le prochain à chuter, notamment en raison d'une fuite massive des dépôts au cours des derniers trimestres (près de 40 % au cours du dernier trimestre 2022)", ajoute-t-il.
 
En ce qui concerne le Credit Suisse, Juan José Del Valle rappelle que les problèmes remontent à loin. Et il rappelle aussi que la majeure partie du passif d'une banque est constituée de dépôts, tandis qu'une grande partie de son actif est constituée des prêts proposés. "Si la base ou la confiance dans une banque donnée est rompue et que les passifs ou les dépôts de la banque disparaissent, le décalage dans le bilan de la banque est plus qu'assuré, quelle que soit la banque et quels que soient les "bons" ratios de capital qu'elle avait gérés auparavant et son équipe de direction", explique l'analyste.
 
Cependant, Activotrade estime que, malgré la chute du secteur financier au deuxième trimestre, il n'y a pas de risque qu'elle se propage et devienne systémique au cours des prochains trimestres, du moins jusqu'à la fin de l'année.

Implications pour le marché

 
Pour M. del Valle, "à la surprise générale, contrairement à ce que nous pourrions penser et après ce qui s'est passé dans le secteur bancaire, le premier trimestre a été très bon pour tous les actifs à risque en général, qu'il s'agisse d'actions, d'obligations ou d'autres alternatives telles que les crypto-monnaies. En fait, il s'agit du meilleur trimestre pour le Nasdaq 100 au cours de la dernière décennie (20 %), favorisé par un très fort rebond de la technologie et une baisse généralisée des rendements de la dette depuis le début de l'année, malgré les hausses de taux qui ont eu lieu au cours du premier trimestre, dans la plupart des cas par les banques centrales."
 
En termes de secteurs, le principal gagnant est le secteur technologique, tandis que les principaux perdants sont le secteur financier, l'énergie et la santé aux Etats-Unis.
 
Cependant, en Espagne, selon l'observatoire des entreprises négociées par les investisseurs d'Activotrade, plus de la moitié sont des institutions financières espagnoles (telles que BBVA (BME :BBVA), Sabadell (BME :SABE) ou Bankinter (BME :BKT)). En outre, 8 des 10 sociétés les plus échangées étaient espagnoles, tandis que les autres étaient liées à la technologie ou à la consommation discrétionnaire, comme Amazon (NASDAQ :AMZN) et Tesla (NASDAQ :TSLA), qui ont accumulé des gains de plus de 20 % et 50 % respectivement à la fin du premier trimestre de cette année.

Perspectives du marché pour le deuxième trimestre


L'équipe de recherche de la société de courtage Activotrade maintient son profil de risque conservateur, malgré le ton complaisant du marché, car, selon del Valle, "a priori, l'économie aura tôt ou tard tendance à se refroidir en raison de l'impact de la hausse des coûts financiers et de l'inflation au cours des derniers mois".
 
Dans ce sens, ils proposent quelques idées pour le deuxième trimestre en termes de secteurs ou d'entreprises :
 
- En ce qui concerne le secteur banque/immobilier, ils estiment que, si les investisseurs ont acheté des actions bancaires avant le début de l'année, c'est peut-être le bon moment pour sous-pondérer ou vendre une partie de leurs positions. D'autre part, si l'investisseur n'était pas exposé auparavant, le problème spécifique du secteur bancaire en mars a créé de bonnes opportunités dans les banques de taille moyenne telles que Bankinter et CaixaBank (BME :CABK). En ce qui concerne le secteur immobilier, ils n'excluent pas un impact négatif plus important à court terme, mais ils considèrent qu'il est intéressant à long terme, aux prix du marché, d'être exposé au secteur. Les principaux acteurs de ce secteur en Europe pourraient être Vonovia (ETR :VNAn), Unibail, Merlin (BME :MRL) Properies ou Colonial (BME :COL).
 
- Conserver : le secteur du luxe en France ou avec une exposition à la Chine (LVMH (EPA :LVMH), Hermes (EPA :HRMS)), les services publics ( Iberdrola (BME :IBE), Vestas (CSE :VWS)) ou les biens de consommation de base (Hormel Foods (NYSE:HRL), PepsiCo (NASDAQ :PEP), Mondelez (NASDAQ :MDLZ), Danone (EPA :DANO)).
 
- Secteur pétrolier : surpondération après la chute de mars (exemples : Repsol (BME :REP), Exxon (NYSE :XOM), Chevron (NYSE :CVX), ConocoPhilips et Galp (ELI :GALP)) et sous-pondération des sociétés minières aurifères présentes dans le portefeuille depuis le début de l'année, profitant de la hausse d'environ 8% au cours du premier trimestre ( oro ).
 
- Secteur technologique ou exposition à la Chine : ils ont quelque chose en portefeuille en profitant du rebond et en étant conscients de la forte restructuration qui a lieu dans le secteur en termes de coûts et de baisse des taux d'intérêt au cours des prochains trimestres. Ils trouvent également intéressant le secteur spécifique du commerce électronique en Chine en raison de la décote de cette année et soutenu par la réouverture de la Chine (comme Alibaba (NYSE :BABA), JD.com (NASDAQ :JD) ou Meituan) ou, dans le même esprit, les fabricants de véhicules électriques en Asie similaires à Tesla aux États-Unis (quelques exemples sont NIO (NYSE :NIO), BYD ou Xpeng (NYSE :XPEV)).
 
- Secteur de la défense : soutenir l'exposition au sein de ce secteur aux entreprises d'armement telles que Lockheed Martin (NYSE :LMT) ou Dassault (EPA :AM) Aviation en France, un marché qui présente actuellement une force comparative plus importante que le reste du marché et dont l'indice CAC 40 est pratiquement à des niveaux records, ce qui en fait, du point de vue d'Activotrade, un marché clé et la destination d'un plus grand nombre de flux au cours des prochaines semaines.

Derniers commentaires

Installez nos applications
Divulgation des risques: Négocier des instruments financiers et/ou des crypto-monnaies implique des risques élevés, notamment le risque de perdre tout ou partie de votre investissement, et cela pourrait ne pas convenir à tous les investisseurs. Les prix des crypto-monnaies sont extrêmement volatils et peuvent être affectés par des facteurs externes tels que des événements financiers, réglementaires ou politiques. La négociation sur marge augmente les risques financiers.
Avant de décider de négocier des instruments financiers ou des crypto-monnaies, vous devez être pleinement informé des risques et des frais associés aux transactions sur les marchés financiers, examiner attentivement vos objectifs de placement, votre niveau d'expérience et votre tolérance pour le risque, et faire appel à des professionnels si nécessaire.
Fusion Media tient à vous rappeler que les données contenues sur ce site Web ne sont pas nécessairement en temps réel ni précises. Les données et les prix sur affichés sur le site Web ne sont pas nécessairement fournis par un marché ou une bourse, mais peuvent être fournis par des teneurs de marché. Par conséquent, les prix peuvent ne pas être exacts et peuvent différer des prix réels sur un marché donné, ce qui signifie que les prix sont indicatifs et non appropriés à des fins de trading. Fusion Media et les fournisseurs de données contenues sur ce site Web ne sauraient être tenus responsables des pertes ou des dommages résultant de vos transactions ou de votre confiance dans les informations contenues sur ce site.
Il est interdit d'utiliser, de stocker, de reproduire, d'afficher, de modifier, de transmettre ou de distribuer les données de ce site Web sans l'autorisation écrite préalable de Fusion Media et/ou du fournisseur de données. Tous les droits de propriété intellectuelle sont réservés par les fournisseurs et/ou la plateforme d’échange fournissant les données contenues sur ce site.
Fusion Media peut être rémunéré par les annonceurs qui apparaissent sur le site Web, en fonction de votre interaction avec les annonces ou les annonceurs.
La version anglaise de ce document est celle qui s'impose et qui prévaudra en cas de différence entre la version anglaise et la version française.
© 2007-2024 - Fusion Media Ltd Tous droits réservés