Dernière minute
0
Version Sans-Pub. Améliorez votre expérience sur Investing.com. Économisez jusqu'à 40%. Plus de détails

Le Pour et le Contre : La cas d'Amazon - Toujours une bonne opportunité ?

Actions15/11/2020 12:51
Sauvegardé. Afficher les Eléments sauvegardés.
Cet article a déjà été enregistré dans vos Eléments sauvegardés
 
© Reuters.

Par Liz Moyer et Geoffrey Smith 

Investing.com -- La position d'Amazon dans le commerce électronique en fait un gagnant incontestable parmi les détaillants à l'ère de la pandémie. Le mois dernier, la société a annoncé une hausse de 37 % de son chiffre d'affaires au troisième trimestre, pour atteindre 96,1 milliards de dollars et un bénéfice de 6,3 milliards de dollars.

Cela représente un bénéfice par action de 12,37 dollars, contre 4,23 dollars l'année précédente. Les analystes s'attendaient à un BPA de 7,41 $. C'est dire à quel point le troisième trimestre a été une surprise.

Mais Amazon.com Inc (NASDAQ:AMZN) peut-il maintenir cette dynamique, surtout si l'on considère que l'ère du "stay-at-home" va finir par s'éteindre et que les gens vont recommencer à fréquenter les centres commerciaux et les cinémas ?

Liz Moyer de Investing.com affirme qu'Amazon a beaucoup de marge de manœuvre pour se développer, tandis que Geoffrey Smith affirme que ces gains ne sont pas durables. C'est le point / contrepoint.

Les arguments haussiers

Les actions de la société de vente en ligne de Seattle ont augmenté de 68 % cette année.

Selon les prévisions consensuelles pour l'ensemble de l'année, le BPA devrait passer de 23,01 dollars en 2019 à 34,91 dollars, soit un gain d'environ 52 %. Les recettes pour 2020 devraient s'élever à un peu plus de 379 milliards de dollars, soit une hausse de 35 % par rapport à l'année dernière.

Amazon a dépensé de manière agressive pour ses infrastructures pendant la pandémie, en mettant de côté 10 milliards de dollars pour les deuxième à quatrième trimestres.

"La société ne veut pas être perçue comme bénéficiant trop de la pandémie", a récemment écrit VentureBeat, notant que ses 5,2 milliards de dollars de bénéfices trimestriels au deuxième trimestre étaient les plus élevés jamais enregistrés en 26 ans d'histoire et qu'elle a encore battu ce record au troisième trimestre.

L'entreprise utilise cet argent pour développer son réseau d'exécution, en augmentant la capacité du réseau pour répondre à la demande accrue des consommateurs coincés à la maison. Elle a engagé plus de personnes pour gérer son réseau de gestion des commandes, en ajoutant 250 000 travailleurs permanents à temps plein et à temps partiel au troisième trimestre et 100 000 autres en octobre.

Le directeur financier Brian Olsavsky a reconnu les dépenses d'investissement de la société lors d'une récente conférence téléphonique. "Cette année a été une année importante pour les investissements en capital", a-t-il déclaré. "Nous prévoyons d'augmenter la surface de notre réseau logistique d'environ 50 % cette année".

Cela ne veut pas dire que toutes les préoccupations concernant l'exécution ont été prises en compte. Il est évident que la pandémie a entraîné des restrictions sur l'espace d'entreposage et un ralentissement de la livraison des colis, ce qui est problématique à l'approche des fêtes de fin d'année.

"Nous serons tous tendus et il est avantageux pour le client et les entreprises privées que les gens commandent en début d'année. Mais quel que soit le schéma de commande, nous allons faire de notre mieux pour offrir à nos clients l'excellent service habituel, au niveau d'avant le COVID", a déclaré le directeur financier aux analystes le mois dernier.

Les analystes voient une plus grande croissance à partir de là, bien qu'Amazon soit l'une des actions les plus chères. L'objectif de prix moyen des analystes se situe au nord de 3 800 dollars, ce qui implique un rendement sur 12 mois de 23 %.

Les analystes de la Deutsche Bank (DE:DBKGn) ont déclaré, avant même la publication des résultats, qu'ils restaient optimistes quant au cours de l'action, voyant une croissance élevée car les acheteurs continuent de privilégier l'achat de cadeaux en ligne. Si l'on considère le grave problème que pose la multiplication des cas de coronavirus dans le pays à quelques semaines des fêtes de fin d'année, c'est peut-être un euphémisme.

Les arguments baissiers

L'argument baissier pour Amazon repose en grande partie sur le fait que ce que le coronavirus a donné, l'industrie pharmaceutique le reprendra. La pandémie a peut-être accéléré le glissement à long terme vers le travail et les achats à distance, mais une grande partie de cette évolution s’inversera dès que les gens sentiront qu'ils peuvent aller au bureau, au centre commercial et au cinéma en toute sécurité.

Le marché nord-américain, le plus importante, connaissait un taux de croissance de 24 % il y a un an. Au troisième trimestre 2020, ce taux avait grimpé à 39 %. Ce n'est pas viable. Le retour à la moyenne se fera sentir et les chiffres trimestriels de l'année prochaine auront des bases de comparaisons très hautes. L'action se négocie à 91x les bénéfices. Bien que cela ne soit pas inhabituel dans le contexte d'une entreprise qui a toujours privilégié la croissance aux bénéfices, cela implique un taux de croissance qu'elle aura du mal à maintenir, étant donné que son activité principale a déjà atteint une échelle systémique mondiale.

Le marché ne parvient pas non plus à évaluer les risques réglementaires qui se profilent à l'horizon. Les pratiques abusives détaillées dans les nouvelles accusations de l'UE en matière d'ententes ressemblent sinistrement à celles qu'Amazon a maintes fois nié avoir pratiquées, devant Congrès. Le risque n'est pas seulement qu'Amazon soit reconnue comme abusant d'une position dominante, mais aussi qu'elle ait menti à ce sujet...

Plus largement, il est de plus en plus évident que le pic de puissance des grandes plateformes Internet est - si ce n'est déjà dépassé - très proche (l’annulation de l’IPO de Ant Group par la Chine est un exemple du même phénomène). Les États-Unis n'ont pas connu une telle concentration de pouvoir économique dans des mains privées depuis l'époque de Teddy Roosevelt. À une époque de chômage massif et d'inégalité croissante - un phénomène dont Amazon est l'exemple le plus flagrant - les superprofits des FAANGS sont politiquement insoutenables. Le jour du jugement peut être repoussé par un Congrès divisé, mais il ne sera pas repoussé éternellement.

Les gouvernements européens en particulier, ayant perdu les taxes de tous les magasins mis en faillite par Amazon au cours des deux dernières décennies, ont déjà élaboré des plans pour taxer Amazon et ses pairs sur leurs ventes, plutôt que sur leurs profits qui sont régulièrement transférés par magie vers les juridictions où le fardeau est le plus léger. La provision d'Amazon pour l'impôt sur le revenu au cours du dernier trimestre a représenté un dérisoire 8,5 % de son bénéfice avant impôt. Confrontée à un déficit mensuel qui s'élève actuellement à 284 milliards de dollars, la nouvelle administration américaine pourrait trouver plus opportun de se joindre à l'absorption des superprofits de la FAANGS (et de ceux qui ont investi dans cette dernière), plutôt que de les défendre.

Les dernières mesures de confinement permettront d'augmenter les bénéfices du trimestre en cours, mais il se pourrait bien que la situation se détériore ensuite.

Le Pour et le Contre : La cas d'Amazon - Toujours une bonne opportunité ?
 

Lire Aussi

Ajouter un commentaire

Instructions relatives aux commentaires

Nous vous encourageons à utiliser les commentaires pour engager le dialogue avec les autres utilisateurs, partager votre point de vue et poser des questions aux auteurs et utilisateurs. Toutefois, afin de maintenir un niveau de dialogue de qualité, veuillez garder à l'esprit les éléments suivants:

  • Enrichissez les débats.
  • Restez concentré et évitez les hors-sujets. Ne postez que du contenu lié au sujet abordé.
  • Soyez respectueux. Même les opinions négatives peuvent être appréhendées positivement et avec diplomatie. 
  • Utilisez un style d’écriture standard. Soignez la ponctuation et utilisez les majuscules et minuscules.
  • REMARQUE: Le spam et/ou les messages promotionnels et les liens insérés dans un commentaire seront retirés.
  • Évitez les insultes, la calomnie ou les attaques personnelles dirigées contre un auteur ou un autre utilisateur.
  • Seuls les commentaires en français sont autorisés.

Les auteurs de spam ou d'abus seront supprimés du site et interdits d'inscription à la discrétion de Investing.com.

Exprimez-vous
 
Êtes-vous sûr de vouloir supprimer ce graphique ?
 
Publier
Publier également sur :
 
Remplacer le graphique actuel par un nouveau graphique?
1000
Vous n’êtes momentanément plus autorisé à commenter, en raison de rapports utilisateur négatifs. Votre statut sera examiné par nos modérateurs.
Veuillez attendre une minute avant de soumettre un nouveau commentaire.
Merci pour votre commentaire. Nous vous informons que les commentaires soumis restent en attente jusqu’à ce qu’ils soient validés par nos modérateurs. C’est la raison pour laquelle leur publication sur notre site peut parfois prendre un certain temps.
Commentaires (6)
Arst Irtf
Arst Irtf 15/11/2020 18:36
Sauvegardé. Afficher les Eléments sauvegardés.
Ce commentaire a déjà été enregistré dans vos Eléments sauvegardés
Pourquoi Amazon fonctionne bien en France ? "Prix produit (même plus cher ça vaut le coup) et prix livraison indiqué avant même d'avoir validé", livraison assuré à domicile (y compris date). De nombreux sites devraient se poser des questions et vérifier les transporteurs incapables (non merci pour les dépôts en poste ou autre dépôts).
Francois Giguère
Francois Giguère 15/11/2020 16:54
Sauvegardé. Afficher les Eléments sauvegardés.
Ce commentaire a déjà été enregistré dans vos Eléments sauvegardés
Les FAANG ne redonnent pas assez à la société. Je paie des impôts mais eux presque pas. C’est totalement innacceptable! Inéquitable.Elle doivent payer leur dû!Ce sont les riches, 10% de la population, qui profitent le plus des profits de ces entreprises.
Olivier ASTARIE
Olivier ASTARIE 15/11/2020 16:54
Sauvegardé. Afficher les Eléments sauvegardés.
Ce commentaire a déjà été enregistré dans vos Eléments sauvegardés
D'accord les GAFAM ne paient pas d'impôts et ça paraît injuste comme ça, mais en vérité les États et les grosses sociétés sont dans des accords gagnants gagnants, Amazon ne paie pas d'impôt mais en contrepartie créé énormément d'emplois, et c'est ces mêmes employés qui paient autant d'impôts, en vérité les États rêvent que les Amazon and Co. travaillent ds leurs contrés et les attire à coût de réduction d'impôts d'entreprisesEt je peux te dire que tous les employés les livreurs et transporteurs les auto entrepreneurs et vendeurs sur la plate-forme Amazon sont bien content que Papa Bezos leur offre un taff et paieront volontiers des Impôts !Donc ds une ère où le capitalisme est Roi en fin de compte tt le monde y trouve son compte sur l'on veuille ou non !
Francois Giguère
Francois Giguère 15/11/2020 16:54
Sauvegardé. Afficher les Eléments sauvegardés.
Ce commentaire a déjà été enregistré dans vos Eléments sauvegardés
Olivier ASTARIE C’est exsctememt ve que je dis... Ces entreprises se doivent de redonner à la société. Les consommateurs font vivre ces entreprises. Il doit y avoir un retour de celles-ci et ce n’est pas le cas . Ce sont des monopoles.Il n’y a qu’elle qui existent .
Joseph JO
Joseph JO 15/11/2020 15:09
Sauvegardé. Afficher les Eléments sauvegardés.
Ce commentaire a déjà été enregistré dans vos Eléments sauvegardés
amazon a augmenté de 3% sur 60% de ses articles. comme ça l'on peut attendre d'une baisse de valeur d'ici dans qqs semaines
Joseph JO
Joseph JO 15/11/2020 15:09
Sauvegardé. Afficher les Eléments sauvegardés.
Ce commentaire a déjà été enregistré dans vos Eléments sauvegardés
amazon a augmenté de 3% sur 60% de ses articles. comme ça l'on peut attendre d'une baisse de valeur d'ici dans qqs semaines
Frédéric Liaubert
Frédéric Liaubert 15/11/2020 14:04
Sauvegardé. Afficher les Eléments sauvegardés.
Ce commentaire a déjà été enregistré dans vos Eléments sauvegardés
Il faut taxer et demanteler le fossoyeur des commerces de proximité, qui tue le lien social et favorise l’individualisme.
Max Co
mafiaman42 15/11/2020 14:04
Sauvegardé. Afficher les Eléments sauvegardés.
Ce commentaire a déjà été enregistré dans vos Eléments sauvegardés
La jalousie à son paroxysme.
Frédéric Liaubert
Frédéric Liaubert 15/11/2020 14:04
Sauvegardé. Afficher les Eléments sauvegardés.
Ce commentaire a déjà été enregistré dans vos Eléments sauvegardés
Max Co On en reparlera lorsque les Gafam gereront toute votre vie (de vos opinions politiques et sociétales, cf Facebook, à vos achats du quotidien, bouffe comprise (Amazon), voire, si vous êtes leur employé, vos gamètes cf Microsoft...). Ah pardon. Tout ceci ils le font déjà. Tendances totalitaires, oligopoles dangereux.
Daoud Paris
Daoud Paris 15/11/2020 13:24
Sauvegardé. Afficher les Eléments sauvegardés.
Ce commentaire a déjà été enregistré dans vos Eléments sauvegardés
les centres commerciaux c'est bientôt sinon déjà la fin
Alban Clarissou
Alban Clarissou 15/11/2020 13:24
Sauvegardé. Afficher les Eléments sauvegardés.
Ce commentaire a déjà été enregistré dans vos Eléments sauvegardés
Mais hélas pas celle des c....
 
Êtes-vous sûr de vouloir supprimer ce graphique ?
 
Publier
 
Remplacer le graphique actuel par un nouveau graphique?
1000
Vous n’êtes momentanément plus autorisé à commenter, en raison de rapports utilisateur négatifs. Votre statut sera examiné par nos modérateurs.
Veuillez attendre une minute avant de soumettre un nouveau commentaire.
Ajouter un graphique au commentaire
Confirmer le blocage

Voulez-vous vraiment bloquer %USER_NAME% ?

Si vous continuez, vous et %USER_NAME% ne verrez plus vos publications Investing.com mutuelles.

%USER_NAME% a bien été ajouté à votre Liste d’utilisateurs bloqués

Vous venez de débloquer cette personne et devrez attendre 48 heures avant de la bloquer de nouveau.

Signaler ce commentaire comme inapproprié

Je souhaite signaler ce commentaire comme:

Commentaire signalé

Merci

Le commentaire signalé sera révisé par nos modérateurs
Responsabilité: Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data.

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.
Inscription via Google
ou
Inscription via Email