Dernière minute
0
Version Sans-Pub. Améliorez votre expérience sur Investing.com. Économisez jusqu'à 40%. Plus de détails

Plus rien n'arrête les actions européennes, même la Fed

Actions15/06/2021 13:35
Sauvegardé. Afficher les Eléments sauvegardés.
Cet article a déjà été enregistré dans vos Eléments sauvegardés
 
© Reuters. Wall Street est attendue sans grand changement mardi mais les Bourses européennes poursuivent leur progression, les perspectives de reprise économique de plus en plus nettes prenant le pas sur la prudence de mise à la veille des décisions de la Réser

PARIS (Reuters) - Wall Street est attendue sans grand changement mardi mais les Bourses européennes poursuivent leur progression, les perspectives de reprise économique de plus en plus nettes prenant le pas sur la prudence de mise à la veille des décisions de la Réserve fédérale américaine.

Les contrats à terme sur les principaux indices new-yorkais signalent une ouverture pratiquement stable pour le Dow Jones et le Standard & Poor's 500 et en hausse de 0,13% pour le Nasdaq, au lendemain des records de clôture inscrits par ces deux derniers.

À Paris, le CAC 40 gagne 0,4% à 6.643,01 points à 10H55 GMT. A Londres, le FTSE 100 prend 0,28% et à Francfort, le Dax avance de 0,52%.

L'indice EuroStoxx 50 est en hausse de 0,42%, le FTSEurofirst 300 de 0,23% et le Stoxx 600 de 0,24%.

Ce dernier se dirige ainsi vers sa huitième séance consécutive de hausse, une série d'une longueur inédite depuis plus de deux ans.

Après la Banque de France lundi, le gouvernement suisse a revu à la hausse mardi ses prévisions économiques pour intégrer l'impact de l'assouplissement des restrictions sanitaires, confirmant à son tour l'amélioration rapide de la conjoncture, un facteur qui l'emporte aux yeux des investisseurs sur le report de la dernière étape du confinement en Angleterre.

Parallèlement, les chiffres définitifs de l'inflation en Allemagne et en France n'ont fait que confirmer les premières estimations, une accélération de la hausse des prix qui est déjà largement intégrée par les marchés.

De l'autre côté de l'Atlantique, le Federal Open Market Committee (FOMC) de la Fed s'apprête à débuter deux jours de débats au terme desquels il devrait laisser sa politique monétaire inchangée mais pourrait donner des signes suggérant qu'il se dirige progressivement vers un "tapering", une réduction graduelle de ses achats d'actifs, d'ici la fin de l'année.

Une enquêté publiée mardi par BofA montre que la majorité des investisseurs jugent l'inflation transitoire et s'attendent à ce que la Fed attende septembre pour signaler qu'elle va infléchir sa politique.

Les marchés surveilleront néanmoins à 12h30 GMT les chiffres mensuels des prix à la production aux Etats-Unis et l'indice d'activité "Empire State".

VALEURS EN EUROPE

La plus forte progression sectorielle à la mi-journée en Europe est pour le compartiment de l'industrie, l'un des plus à même de profiter de la reprise, dont l'indice Stoxx gagne 0,89%. A la baisse, celui des matières premières cède 1,48%.

A Paris, aux deux extrémités du CAC 40, Air Liquide (PA:AIRP) prend 2,41% en tête du CAC 40 alors qu'ArcelorMittal (AS:MT), lanterne rouge de l'indice, abandonne 2,79%.

Airbus (PA:AIR) s'adjuge 0,55% après l'annonce d'un accord entre l'Union européenne et les Etats-Unis pour mettre fin au différend vieux de 14 ans sur les aides publiques à l'aéronautique.

Dans l'actualité des résultats, H&M (ST:HMb) cède 2,14% malgré un rebond de 62% sur un an de ses ventes sur la période mars-mai, l'activité du géant suédois de l'habillement étant inférieure aux attentes et en retrait de 19% par rapport à son niveau de 2019.

TAUX

Le rendement des bons du Trésor américain à dix ans, à 1,4939%, recule d'un peu moins d'un point de base après en avoir pris quatre lundi à l'approche de la réunion de la Fed.

En Europe, les rendements de référence sont pratiquement stables, à -0,25% pour le Bund allemand à dix ans et 0,129% pour son équivalent français. Les investisseurs attendent la Fed mais d'abord la mise à prix du premier emprunt lancé par l'Union européenne pour financer son plan de relance, qui a suscité une demande de plus de 142 milliards d'euros.

CHANGES

L'attente des annonces de la Fed semble décourager les prises de position: le dollar est inchangé face aux autres grandes devises et l'euro se traite à 1,2114, son niveau de lundi soir.

"La Fed a fait son possible depuis plusieurs semaines pour convaincre les investisseurs que l'inflation n'était pas un problème pour l'économie américaine", explique Guillaume Dejean, analyste de marché senior de Western Union. "Elle a été tellement convaincante qu'aujourd'hui, les taux longs américains ne réagissent plus aux pressions inflationnistes. Au grand déplaisir du dollar, dont l'attractivité est littéralement sapée par des taux réels historiquement bas et négatifs."

La livre sterling, elle, cède du terrain et se rapproche de son plus bas niveau depuis un mois face au dollar (-0,27%).

PÉTROLE

Le marché pétrolier continue de profiter de la dissipation des craintes liées à un éventuel retour des exportations iraniennes, les discussions diplomatiques sur le sujet semblant s'enliser.

Le Brent, en hausse pour la quatrième séance d'affilée, gagne 0,88% à 73,50 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) 0,82% à 71,46 dollars.

PRINCIPAUX INDICATEURS ÉCONOMIQUES À L'AGENDA DU 15 JUIN :

(Version française Marc Angrand)

Plus rien n'arrête les actions européennes, même la Fed
 

Lire Aussi

Ajouter un commentaire

Instructions relatives aux commentaires

Nous vous encourageons à utiliser les commentaires pour engager le dialogue avec les autres utilisateurs, partager votre point de vue et poser des questions aux auteurs et utilisateurs. Toutefois, afin de maintenir un niveau de dialogue de qualité, veuillez garder à l'esprit les éléments suivants:

  • Enrichissez les débats.
  • Restez concentré et évitez les hors-sujets. Ne postez que du contenu lié au sujet abordé.
  • Soyez respectueux. Même les opinions négatives peuvent être appréhendées positivement et avec diplomatie. 
  • Utilisez un style d’écriture standard. Soignez la ponctuation et utilisez les majuscules et minuscules.
  • REMARQUE: Le spam et/ou les messages promotionnels et les liens insérés dans un commentaire seront retirés.
  • Évitez les insultes, la calomnie ou les attaques personnelles dirigées contre un auteur ou un autre utilisateur.
  • Seuls les commentaires en français sont autorisés.

Les auteurs de spam ou d'abus seront supprimés du site et interdits d'inscription à la discrétion de Investing.com.

Exprimez-vous
 
Êtes-vous sûr de vouloir supprimer ce graphique ?
 
Publier
Publier également sur :
 
Remplacer le graphique actuel par un nouveau graphique?
1000
Vous n’êtes momentanément plus autorisé à commenter, en raison de rapports utilisateur négatifs. Votre statut sera examiné par nos modérateurs.
Veuillez attendre une minute avant de soumettre un nouveau commentaire.
Merci pour votre commentaire. Nous vous informons que les commentaires soumis restent en attente jusqu’à ce qu’ils soient validés par nos modérateurs. C’est la raison pour laquelle leur publication sur notre site peut parfois prendre un certain temps.
Commentaires (2)
Bloody Face
Bloody Face 15/06/2021 14:47
Sauvegardé. Afficher les Eléments sauvegardés.
Ce commentaire a déjà été enregistré dans vos Eléments sauvegardés
L'inflation n'est pas un problème sauf pour les consommateurs...
Bloody Face
Bloody Face 15/06/2021 14:46
Sauvegardé. Afficher les Eléments sauvegardés.
Ce commentaire a déjà été enregistré dans vos Eléments sauvegardés
Pourquoi parler e la FED quand on parle de l'Europe?Est ce que l'on parle de la BCE quand on parle des USA?
Florian Petitgenet
Florian Petitgenet 15/06/2021 14:46
Sauvegardé. Afficher les Eléments sauvegardés.
Ce commentaire a déjà été enregistré dans vos Eléments sauvegardés
Car un impact aux Usa a beaucoup plus de répercussion en Europe que l'inverse.
Jln Vrh
Jln Vrh 15/06/2021 14:46
Sauvegardé. Afficher les Eléments sauvegardés.
Ce commentaire a déjà été enregistré dans vos Eléments sauvegardés
Parce que la finance américaine représente plus de la moitié des valeurs mondiales et que ça influence largement les marchés européens.
 
Êtes-vous sûr de vouloir supprimer ce graphique ?
 
Publier
 
Remplacer le graphique actuel par un nouveau graphique?
1000
Vous n’êtes momentanément plus autorisé à commenter, en raison de rapports utilisateur négatifs. Votre statut sera examiné par nos modérateurs.
Veuillez attendre une minute avant de soumettre un nouveau commentaire.
Ajouter un graphique au commentaire
Confirmer le blocage

Voulez-vous vraiment bloquer %USER_NAME% ?

Si vous continuez, vous et %USER_NAME% ne verrez plus vos publications Investing.com mutuelles.

%USER_NAME% a bien été ajouté à votre Liste d’utilisateurs bloqués

Vous venez de débloquer cette personne et devrez attendre 48 heures avant de la bloquer de nouveau.

Signaler ce commentaire comme inapproprié

Je souhaite signaler ce commentaire comme:

Commentaire signalé

Merci

Le commentaire signalé sera révisé par nos modérateurs
Responsabilité: Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data.

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.
Inscription via Google
ou
Inscription via Email