Dernière minute
0

Sept proches du tueur de Strasbourg toujours en garde à vue

Actualités Monde14/12/2018 13:10
Sauvegardé. Afficher les Eléments sauvegardés.
Cet article a déjà été enregistré dans vos Eléments sauvegardés
 
© Reuters. SEPT PROCHES DU TUEUR DE STRASBOURG TOUJOURS EN GARDE À VUE

STRASBOURG (Reuters) - Sept personnes étaient toujours en garde à vue vendredi dans le cadre de l'enquête sur l'attaque de mardi à Strasbourg, dont l'auteur, Cherif Chekatt, a été abattu mercredi soir par une patrouille de police après 48 heures de traque.

Le procureur de la République de Paris, Rémy Heitz, qui supervise l'enquête en raison de la dimension potentiellement terroriste de l'attaque, revendiquée par l'Etat islamique, a confirmé vendredi que trois des victimes étaient mortes.

Une quatrième est en état de mort cérébrale et sur les 12 autres blessés, une est en urgence absolue dans un état critique et quatre autres sont encore hospitalisées, a-t-il précisé lors d'une déclaration à la presse au tribunal de Strasbourg.

Il a précisé que près de 300 enquêteurs avaient participé à la traque. Mais les recherches ont pu se concentrer sur le quartier du Neudorf grâce notamment à deux des 800 signalements reçus à la suite de l'appel à témoins lancé mercredi soir.

C'est un équipage de la Brigade spécialisée de terrain (BST) de Strasbourg, relevant de la police de sécurité du quotidien mise en place cette année, qui est tombé presque par hasard sur Cherif Chekatt et l'a "neutralisé".

Les nombreux témoignages recueillis au cours de l'enquête "nous ont conduit à considérer comme probable la présence du fugitif dans le quartier du Neudorf", a raconté Rémy Heitz.

Un quartier que connaissait bien le tueur, délinquant multirécidiviste et violent de 29 ans, pour y avoir vécu.

Selon le procureur, deux de ces témoignages ont été déterminants : celui d'un riverain de la rue d'Epinal, qui a vu un homme ressemblant au signalement franchir une clôture, et celui d'une autre personne indiquant sa possible présence dans une autre rue du quartier.

"C'est une patrouille de police qui a remarqué à 21h00, marchant rue du Lazaret, un homme dont le signalement pouvait correspondre à l'auteur des faits", a poursuivi Rémy Heitz.

Cherif Chekatt a détecté la présence du véhicule de police et fait mine d'entrer dans un immeuble. La patrouille a rebroussé chemin et remarqué qu'il ne parvenait pas à ouvrir la porte. Les policiers se sont alors fait connaître et l'homme s'est retourné en pointant son arme sur eux "pour tirer", a précisé le procureur, un projectile atteignant la voiture de police.

"REVENDICATION OPPORTUNISTE"

Deux des trois policiers ont alors riposté et tué Cherif Chekatt, formellement identifié grâce à ses empreintes digitales et dont le décès a été constaté à 21h05.

Selon le procureur, les enquêteurs ont saisi sur lui un revolver ancien chargé de six munitions, dont cinq percutées - l'arme à feu qu'il a aussi utilisée mardi soir -, un couteau et huit autres balles de 8 mm.

"L'enquête va désormais se poursuivre afin d'identifier d'éventuels complices ou coauteurs (...) et de voir s'il a pu bénéficier de soutiens dans sa fuite", a conclu Rémy Heitz.

A ce stade, sept personnes sont toujours en garde à vue : le père, la mère et deux des frères de Cherif Chekatt interpellés dès la nuit de mardi à mercredi, et trois membres de son proche entourage, dont un interpellé jeudi matin, et les deux autres dans la nuit de jeudi à vendredi.

Selon le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, "rien n'indique" à ce stade que Cherif Chekatt ait été "intégré dans un réseau" ou ait bénéficié de "protections particulières" dans ce cadre.

Quand les gendarmes, accompagnés de policiers de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), se sont présentés mardi matin à son domicile, c'était dans le cadre d'une enquête pour tentative d'homicide lors d'une opération punitive en relation avec une affaire de contrefaçon, selon des sources proches de l'enquête. Il était alors absent.

"C'est là où, quelque part, il est peut-être rattrapé par sa radicalisation", a estimé Christophe Castaner sur Europe 1, qui a au demeurant jugé "totalement opportuniste" la revendication de l'Etat islamique.

(Emmanuel Jarry, avec Gilbert Reilhac à Strasbourg, édité par Yves Clarisse)

Sept proches du tueur de Strasbourg toujours en garde à vue
 

Lire Aussi

Ajouter un commentaire

Instructions relatives aux commentaires

Nous vous encourageons à utiliser les commentaires pour engager le dialogue avec les autres utilisateurs, partager votre point de vue et poser des questions aux auteurs et utilisateurs. Toutefois, afin de maintenir un niveau de dialogue de qualité, veuillez garder à l'esprit les éléments suivants:

  • Enrichissez les débats.
  • Restez concentré et évitez les hors-sujets. Ne postez que du contenu lié au sujet abordé.
  • Soyez respectueux. Même les opinions négatives peuvent être appréhendées positivement et avec diplomatie. 
  • Utilisez un style d’écriture standard. Soignez la ponctuation et utilisez les majuscules et minuscules.
  • REMARQUE: Le spam et/ou les messages promotionnels et les liens insérés dans un commentaire seront retirés.
  • Évitez les insultes, la calomnie ou les attaques personnelles dirigées contre un auteur ou un autre utilisateur.
  • Seuls les commentaires en français sont autorisés.

Les auteurs de spam ou d'abus seront supprimés du site et interdits d'inscription à la discrétion de Investing.com.

Exprimez-vous
 
Êtes-vous sûr de vouloir supprimer ce graphique ?
 
Publier
Publier également sur :
 
Remplacer le graphique actuel par un nouveau graphique?
1000
Vous n’êtes momentanément plus autorisé à commenter, en raison de rapports utilisateur négatifs. Votre statut sera examiné par nos modérateurs.
Veuillez attendre une minute avant de soumettre un nouveau commentaire.
Merci pour votre commentaire. Nous vous informons que les commentaires soumis restent en attente jusqu’à ce qu’ils soient validés par nos modérateurs. C’est la raison pour laquelle leur publication sur notre site peut parfois prendre un certain temps.
 
Êtes-vous sûr de vouloir supprimer ce graphique ?
 
Publier
 
Remplacer le graphique actuel par un nouveau graphique?
1000
Vous n’êtes momentanément plus autorisé à commenter, en raison de rapports utilisateur négatifs. Votre statut sera examiné par nos modérateurs.
Veuillez attendre une minute avant de soumettre un nouveau commentaire.
Ajouter un graphique au commentaire
Confirmer le blocage

Voulez-vous vraiment bloquer %USER_NAME% ?

Si vous continuez, vous et %USER_NAME% ne verrez plus vos publications Investing.com mutuelles.

%USER_NAME% a bien été ajouté à votre Liste d’utilisateurs bloqués

Vous venez de débloquer cette personne et devrez attendre 48 heures avant de la bloquer de nouveau.

Signaler ce commentaire comme inapproprié

Je souhaite signaler ce commentaire comme:

Commentaire signalé

Merci

Le commentaire signalé sera révisé par nos modérateurs
Responsabilité: Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data.

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.
Inscription via Google
ou
Inscription via Email