Dernière minute
0
Version Sans-Pub. Améliorez votre expérience sur Investing.com. Économisez jusqu'à 40%. Plus de détails

Comment le pétrole sous 0$ pourrait profiter à la Russie et à l'Arabie Saoudite?

Par Investing.com (Barani Krishnan/Investing.com)Matières premières21/04/2020 13:16
fr.investing.com/analysis/comment-le-petrole-sous-0-pourrait-profiter-a-la-russie-et-a-larabie-saoudite-200433160
Comment le pétrole sous 0$ pourrait profiter à la Russie et à l'Arabie Saoudite?
Par Investing.com (Barani Krishnan/Investing.com)   |  21/04/2020 13:16
Sauvegardé. Afficher les Eléments sauvegardés.
Cet article a déjà été enregistré dans vos Eléments sauvegardés
 

Donald Trump appelle au moins l'un d'entre eux son "ami", et a parlé au téléphone avec les autres quatre fois ce mois-ci seulement.

Pourtant, rares sont ceux qui pourraient être plus satisfaits que le prince héritier saoudien Mohammad bin Salman et le président russe Vladimir Poutine de l'historique passage en territoire négatif du pétrole brut américain lundi. Enfin, quelque chose que les deux dirigeants, qui entretiennent des liens étroits avec le président américain, ont observé pendant des années semble possible : la destruction lente et certaine de l'industrie américaine du pétrole de schiste, dont la reconstruction prendra encore de nombreuses années.

Contrat à terme WTI mai
Contrat à terme WTI mai

La pandémie de coronavirus a réduit la demande de pétrole comme le monde n'aurait jamais pu l'imaginer, avec une estimation de quatre milliards de personnes, soit la moitié de la population de la terre, sous le coup de restrictions de mouvements.

Il n'y a pas que le brut West Texas Intermediate des États-Unis qui a du mal à trouver des acheteurs ; l'Arab Light des Émirats arabes unis, le Bonny du Nigeria, l'Oural de Russie et le Brent de la mer du Nord britannique sont tous en train d'étouffer dans un marché pétrolier de plus en plus saturé par une production qui diminue à un rythme phénoménalement plus lent que la demande.

Pourtant, le défi auquel est confronté le WTI est bien plus important que ses concurrents, car l'espace de stockage du brut aux États-Unis semble diminuer plus rapidement que partout ailleurs dans le monde.

Lundi, le centre de Cushing, en Oklahoma, qui sert de point de livraison pour les contrats à terme de l'indice de référence américain, avait une capacité de stockage estimée à 60 millions de barils, contre une capacité totale d'environ 90 millions.

Cauchemar du stockage

Au rythme où Cushing se rempli - une moyenne de 16 millions de barils par semaine au cours des trois dernières semaines - les analystes affirment que la plaque tournante pourrait atteindre la limite de sa capacité à la mi-mai, ou au cours de la première semaine de juin au plus tard.

Il existe d'autres possibilités de stockage pour le WTI - des pipelines, des wagons et même la réserve stratégique de pétrole du gouvernement, qui, selon Trump lundi, pourrait accueillir 75 millions de barils supplémentaires. Mais même en additionnant tout cela, la capacité américaine actuelle ne serait que de 150 à 200 millions de barils environ, a déclaré Rystad Energy, un cabinet de conseil à Oslo, en Norvège.

Après le remplissage de Cushing début juin, il pourrait s'écouler encore six à huit semaines au maximum avant que toutes les voies ne soient fermées pour un marché américain où la production diminue plus rapidement qu'ailleurs dans le monde - mais pas assez vite pour répondre à la destruction de la demande liée à la pandémie de COVID-19.

La semaine dernière, la production n'avait baissé que de 800 000 barils par jour par rapport à la production record de 12,3 millions de bpj en mars. Le nombre de plates-formes pétrolières américaines qui forent activement pour le pétrole brut a chuté de 35 % dans le même temps, bien que cet indicateur décalé ne sera révélateur que dans cinq semaines environ.

Tout cela fait du WTI une cible facile pour les Saoudiens et les Russes qui cherchent à accroître leur part de marché une fois la pandémie passée. La stratégie consiste à jouer le jeu de Trump en s'engageant à réduire la production, mais sans jamais en faire assez pour perturber les marchés et les clients.

Riyad déploie également des tactiques plus astucieuses que le Kremlin, en offrant des conditions de crédit généreuses aux raffineries qui ont acheté du pétrole à la société d'État Saudi Aramco (SE:SE:2222) et des rabais importants à ses clients asiatiques, tout en apaisant Trump en augmentant les prix du pétrole qu'elle expédie aux États-Unis.

Les "ogives" saoudiennes

Malgré cela, 20 pétroliers saoudiens devraient arriver dans les ports américains de Louisiane et du Texas fin mai pour y déverser 40 millions de barils de brut, selon des sources des sociétés de transport maritime et de renseignements commerciaux Vortexa Ltd. et Kpler Inc. qui se sont adressées au Wall Street Journal.

Ce pétrole saoudien sera ajouté à un marché nageant pratiquement dans le brut américain. Les cargaisons qui arrivent ont apparemment des acheteurs prédéterminés ; alors que le Journal n'a pas identifié les clients, Motiva, le plus grand raffineur américain à Port Arthur, Texas, avec une capacité de traitement de 630 000 barils par jour, est détenu par des Saoudiens.
"Imaginez que 20 ogives se dirigent vers l'Amérique dans un roman de Tom Clancy", a déclaré John Kilduff, associé fondateur du fonds spéculatif new-yorkais Again Capital.

"C'est le niveau de destruction qu'ils peuvent infliger aux foreurs de schiste dans un marché américain du brut déjà saturé."

"Après cela, les Saoudiens devraient continuer à accorder des rabais importants aux acheteurs asiatiques et des conditions de crédit de 90 jours aux autres raffineurs dans le cadre de l'extension de leur politique de terre brûlée", a ajouté M. Kilduff, faisant référence à la stratégie militaire qui vise à détruire tout ce qui pourrait être utile à l'ennemi lorsqu'il se retire d'une position.

L'ironie est que cela se produit malgré l'accord dit GLOPEC de réduction de la production entre le cartel de l'OPEP dirigé par l'Arabie Saoudite et une alliance de producteurs mondiaux, dont la Russie et les États-Unis.

Trump lui-même a négocié ce pacte pour sauver le prix du brut américain, qui se négociait à moins de 20 dollars, en appelant le prince héritier Mohammad, qu'il décrivait comme son ami, et plus tard le président Poutine. Trump et le dirigeant russe se sont parlés au téléphone quatre fois en avril pour discuter des efforts conjoints contre la crise du coronavirus.

Pour mémoire, les Saoudiens et les Russes ont signé trois pactes de producteurs en quatre ans, avant qu'un désaccord en mars ne déclenche une guerre des prix et de la production, qui, combinée au COVID-19, a conduit à une tempête parfaite pour les prix du brut.

Une réduction de production terriblement inadaptée

L'objectif déclaré du GLOPEC de retirer 9,7 millions de barils par jour du marché mondial est loin de correspondre à la perte de demande estimée entre 20 et 30 millions de barils par jour au cours des prochains mois.

À la perte de consommation s'ajoute le spectre très attendu d'une récession américaine - si ce n'est mondiale - d'ici le second semestre de l'année, en raison des dizaines de millions de pertes d'emplois subies par les Américains.

Alors que les Russes ont montré une plus grande adhésion à l'esprit du GLOPEC en gardant leurs plans de production secrets, Dmitri Medvedev, vice-président du conseil de sécurité au Kremlin, a déclaré lundi que Moscou était prête à vendre du pétrole sur une base "take or pay" - une mesure visant à protéger sa part de marché dans le brut.

Les 20 cargaisons de pétrole saoudien à destination des États-Unis ont apparemment été expédiées avant l'accord du GLOPEC le 20 avril, ce qui rend difficile pour l'administration Trump de s'opposer à ces cargaisons.

Kevin Cramer, sénateur du parti républicain, avait fait pression à plusieurs reprises au cours des deux dernières semaines pour imposer des droits de douane sur tout le pétrole entrant - y compris en provenance d'Arabie Saoudite et de Russie - afin de protéger l'industrie américaine. Interrogé par les journalistes lundi, Trump a déclaré qu'il "étudiait" l’option des droits de douane, sans donner de détails.

Des droits de douane peuvent-ils sauver l'industrie américaine ?

Mais même ces droits à l'importation pourraient ne pas faire grand-chose pour sauver l'industrie du schiste.

"Hypothétiquement, tout droit sur les importations de pétrole pourrait détourner les pétroliers saoudiens des États-Unis, mais le pétrole sera toujours là comme un stockage flottant dans les eaux internationales et cela n'aide pas à la situation globale du pétrole", a déclaré Tariq Zahir, membre directeur de Tyche Capital Advisors à New York, spécialisé dans le pétrole.

"Cushing va certainement se remplir avant le mois de mai. Les producteurs américains pourraient commencer à manquer d'endroits pour stocker leur pétrole d'ici là et beaucoup pourraient arrêter la production et faire faillite", a déclaré Zahir.

"En gros, tout ce que les Saoudiens et les Russes ont fait ces dernières semaines, c'est de « faire une chanson et de danser devant Trump ». Si la demande revient, disons en décembre, voire en janvier, les Saoudiens et les Russes pourront gagner une énorme part de marché en vendant tout le pétrole qu'ils ont en stock et qui flotte partout".

Il a ajouté que le secteur du schiste fera son retour, mais qu'il aura l'air bien différent et plus faible.

"Il va y avoir des faillites. Il y aura des dommages permanents causés à la fracturation ainsi qu'aux forages en mer et en profondeur. Comme il y a une telle surabondance à équilibrer, cela va prendre un an ou plus. Il y aura de nouveau des acteurs plus faibles et les grands acteurs qui sont là, comme Exxon Mobil Corp (NYSE:XOM) et Chevron Corp (NYSE:CVX), s'inquiéteront de voir leurs bilans affectés par une période prolongée d'un pétrole à environ 20 dollars".

Comment le pétrole sous 0$ pourrait profiter à la Russie et à l'Arabie Saoudite?
 

Lire Aussi

Comment le pétrole sous 0$ pourrait profiter à la Russie et à l'Arabie Saoudite?

Ajouter un commentaire

Instructions relatives aux commentaires

Nous vous encourageons à utiliser les commentaires pour engager le dialogue avec les autres utilisateurs, partager votre point de vue et poser des questions aux auteurs et utilisateurs. Toutefois, afin de maintenir un niveau de dialogue de qualité, veuillez garder à l'esprit les éléments suivants:

  • Enrichissez les débats.
  • Restez concentré et évitez les hors-sujets. Ne postez que du contenu lié au sujet abordé.
  • Soyez respectueux. Même les opinions négatives peuvent être appréhendées positivement et avec diplomatie. 
  • Utilisez un style d’écriture standard. Soignez la ponctuation et utilisez les majuscules et minuscules.
  • REMARQUE: Le spam et/ou les messages promotionnels et les liens insérés dans un commentaire seront retirés.
  • Évitez les insultes, la calomnie ou les attaques personnelles dirigées contre un auteur ou un autre utilisateur.
  • Seuls les commentaires en français sont autorisés.

Les auteurs de spam ou d'abus seront supprimés du site et interdits d'inscription à la discrétion de Investing.com.

Exprimez-vous
 
Êtes-vous sûr de vouloir supprimer ce graphique ?
 
Publier
Publier également sur :
 
Remplacer le graphique actuel par un nouveau graphique?
1000
Vous n’êtes momentanément plus autorisé à commenter, en raison de rapports utilisateur négatifs. Votre statut sera examiné par nos modérateurs.
Veuillez attendre une minute avant de soumettre un nouveau commentaire.
Merci pour votre commentaire. Nous vous informons que les commentaires soumis restent en attente jusqu’à ce qu’ils soient validés par nos modérateurs. C’est la raison pour laquelle leur publication sur notre site peut parfois prendre un certain temps.
Commentaires (6)
pascal richard
pascal richard 23/04/2020 21:01
Sauvegardé. Afficher les Eléments sauvegardés.
Ce commentaire a déjà été enregistré dans vos Eléments sauvegardés
Bonjour,   Ou peut on trouver des produits dérivés du wti  warrant turbo, il y en a bcp pour le brent mais peut sur boursorama par exemple  merci
Michael Miller
Michael Miller 23/04/2020 13:37
Sauvegardé. Afficher les Eléments sauvegardés.
Ce commentaire a déjà été enregistré dans vos Eléments sauvegardés
Cette analyse n'est pas credible: je cite :"20 pétroliers saoudiens devraient arriver dans les ports américains de Louisiane et du Texas fin mai pour y déverser 40 millions de barils de brut,"  Waooo ! Des pétroliers de 2 Ms de tonnes chacun en moyenne ! Cela n'existe pas  et n'existera jamais. On se moque de nous, la redaction devrait fact-check les chiffres. Alors pourquoi manifestement exagérer ?  On voit bien le biais du "journaliste"
Loïc Brillant
Loïc Brillant 23/04/2020 13:37
Sauvegardé. Afficher les Eléments sauvegardés.
Ce commentaire a déjà été enregistré dans vos Eléments sauvegardés
2 millions de barils par pétrolier * 159  = 318 millions de litres soit 318 000 tonnes.
Willy Goodfellow
Willy Goodfellow 23/04/2020 13:37
Sauvegardé. Afficher les Eléments sauvegardés.
Ce commentaire a déjà été enregistré dans vos Eléments sauvegardés
Loïc Brillant Exactement... Soit le déplacement d’un VLCC. Lesquels serviront de stockeur une fois arrivés. Stockage qui coûtera cher...
Layachi Azeroual
Layachi Azeroual 21/04/2020 19:53
Sauvegardé. Afficher les Eléments sauvegardés.
Ce commentaire a déjà été enregistré dans vos Eléments sauvegardés
profit pr Arabie saoudite et poutine .fin de développement de voiture hybride ou électrique.fin des énergie renouvelable(trop cher).et mettre un bon coup de pied au fesse a trump par la.meme occase.en gros reprendre la mains sur la dependa ce énergétique.apres pourquoi pas investir sur des société qu ils coulent.venir jouer les héros et empocher des milliards
Willy Goodfellow
Willy Goodfellow 21/04/2020 19:07
Sauvegardé. Afficher les Eléments sauvegardés.
Ce commentaire a déjà été enregistré dans vos Eléments sauvegardés
Les saoudiens voulaient juste le marché chinois et dégager le premier producteur mondial de pétrole. Ils ont intérêt à se faire des alliés puissants parce qu'ils ont ouvert une boîte de pandore. En jetant de la merde dans le ventilateur, ils risquent de finir comme l'Irak...
Bertrand Lardenne
Bertrand Lardenne 21/04/2020 16:41
Sauvegardé. Afficher les Eléments sauvegardés.
Ce commentaire a déjà été enregistré dans vos Eléments sauvegardés
Trump n'a rien compris. il faut qu'il ne lutte pas avec le pétrole. Il pollue ses terres avec le gaz de schistes. le pétrole c'est fini pour les us.Qu'il se consacre a la sante de ses habitants et investisse dans la santé. Quel abrutis 🐷
tata ty
tata ty 21/04/2020 16:41
Sauvegardé. Afficher les Eléments sauvegardés.
Ce commentaire a déjà été enregistré dans vos Eléments sauvegardés
Bah non..
Destroying First
Destroying First 21/04/2020 16:41
Sauvegardé. Afficher les Eléments sauvegardés.
Ce commentaire a déjà été enregistré dans vos Eléments sauvegardés
Est-ce que vous êtes prêt a vivre dans un monde ou il y a une contraction de l’offre petrolière?
Imad Zein
Imad Zein 21/04/2020 14:10
Sauvegardé. Afficher les Eléments sauvegardés.
Ce commentaire a déjà été enregistré dans vos Eléments sauvegardés
Bonne analyse.
 
Êtes-vous sûr de vouloir supprimer ce graphique ?
 
Publier
 
Remplacer le graphique actuel par un nouveau graphique?
1000
Vous n’êtes momentanément plus autorisé à commenter, en raison de rapports utilisateur négatifs. Votre statut sera examiné par nos modérateurs.
Veuillez attendre une minute avant de soumettre un nouveau commentaire.
Ajouter un graphique au commentaire
Confirmer le blocage

Voulez-vous vraiment bloquer %USER_NAME% ?

Si vous continuez, vous et %USER_NAME% ne verrez plus vos publications Investing.com mutuelles.

%USER_NAME% a bien été ajouté à votre Liste d’utilisateurs bloqués

Vous venez de débloquer cette personne et devrez attendre 48 heures avant de la bloquer de nouveau.

Signaler ce commentaire comme inapproprié

Je souhaite signaler ce commentaire comme:

Commentaire signalé

Merci

Le commentaire signalé sera révisé par nos modérateurs
Responsabilité: Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data.

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.
Inscription via Google
ou
Inscription via Email