Dernière minute
0
Version Sans-Pub. Améliorez votre expérience sur Investing.com. Économisez jusqu'à 40%. Plus de détails

Weidmann pourrait-il bientôt remplacer Draghi à la tête de la BCE?

Par Investing.com (Geoffrey Smith/Investing.com )Aperçu des marchés29/05/2019 09:50
fr.investing.com/analysis/weidmann-pourraitil-bientot-remplacer-draghi-a-la-tete-de-la-bce-200223556?ampMode=1
Weidmann pourrait-il bientôt remplacer Draghi à la tête de la BCE?
Par Investing.com (Geoffrey Smith/Investing.com )   |  29/05/2019 09:50
Sauvegardé. Afficher les Eléments sauvegardés.
Cet article a déjà été enregistré dans vos Eléments sauvegardés
 

Le coup de canon pour remplacer Mario Draghi à la tête de la Banque Centrale Européenne (BCE) à la fin de son mandat le 31 octobre, a été officiellement tiré. Et il semble que l’allemand Jens Weidmann soit le premier à sortir de la course.

Alors que les dirigeants de l'Union Européenne se sont réunis mardi pour discuter des meilleurs emplois du bloc au lendemain des élections européennes de ce week-end, le "conseil économique" du parti démocrate-chrétien au pouvoir en Allemagne - un forum de discussion qui coordonne la politique avec les partisans du parti - a approuvé Weidmann. Son président, Werner Bahlsen, a critiqué la politique actuelle de la BCE en tant que subvention indirecte pour l’Italie, affirmant qu’il était «absolument nécessaire que la politique de taux d’intérêt tourne».

Bien que le nom de la chancelière Angela Merkel soit loin de l’avenant, il ne fait aucun doute que le plus grand pays de la zone euro a l'intention de se battre pour qu'un Allemand assume la responsabilité de la monnaie allemande - l' euro - 20 ans après avoir abandonné la Deutsche mark.

Pour beaucoup, cela ne sera pas une bonne nouvelle. Il n’est pas exagéré de dire que si la zone euro avait été gérée conformément aux choix de politique déclarés de Weidmann au cours des huit dernières années, il n’y aurait pas de présidence de la BCE à appliquer. Le projet de monnaie unique aurait explosé car le refus de garantir efficacement les dettes de l’Italie l’obligeait à faire défaut et à réintroduire la lire.

Au lieu de cela, le président d'alors, Mario Draghi, a promis de faire «tout ce qu'il faut pour défendre l'euro», et a tenu cette promesse avec une série de politiques non conventionnelles qui ont permis d'éviter un désastre déflationniste dans la région.

Weidmann n’a jamais renversé son opposition au mécanisme d’achat d’obligations créé par Draghi pour endiguer cette crise. Il a également résisté à l’assouplissement quantitatif que Draghi et son chef économiste belge, Peter Praet, ont finalement convaincu la BCE d'adopter en 2015, ce qui a donné à l’économie de la zone euro un taux de croissance respectable jusqu’au ralentissement de l’année dernière.

Tout cela semble mettre le président de la Deutsche Bundesbank du mauvais côté de l’histoire et le rendre difficile à vendre au reste de la zone euro. Et pas seulement parce que les politiques auxquelles il s'est opposé ont fonctionné sur une période de sept ans, ce qui doit être considéré comme plus qu'une solution à court terme. D'autant plus, cela suggèrerait un conservatisme et une inflexibilité enracinés que le prochain président de la BCE ne sera pas en mesure de se permettre.

Comme Lucrezia Reichlin, une ancienne directrice de recherche à la BCE, a écrit dans une chronique récente pour Project Syndicate:

«En cas de ralentissement supplémentaire, la capacité fiscale limitée de certains pays, combinée à l’absence d’outils de stabilisation communs, donne à penser que la BCE devra repousser encore plus les limites des politiques non conventionnelles.»

À mesure que la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine s'intensifie, il existe un risque croissant que la BCE se dirige vers le prochain ralentissement, son taux directeur étant déjà à 0% (et son taux de dépôt à -0,4%), ne lui laissant qu'un faible champ d'action pour soutenir l'économie avec la politique monétaire. Essayer de réduire davantage les taux risquerait de générer plus de tensions qu'un système bancaire faible ne peut en gérer. De même, une reprise du QE se heurterait bientôt aux limites de la BCE en matière d’achat de dette publique.

Parmi les tabous qu’il faudra peut-être lever, on peut citer l’objectif actuel de l' inflation de la BCE à «un taux inférieur mais proche de 2%», avec Reichlin estimant qu'il faut assouplir le biais à la baisse.

Cette formulation n’a été adoptée que dans les années 1990 pour rassurer les Allemands sur le fait que la BCE serait aussi sévère en matière d’inflation que la Bundesbank, mais elle a conduit la banque centrale à passer la moitié de sa vie à se protéger du faux danger, tandis que des tendances telles que l’automatisation, la numérisation et l'intégration de la Chine dans l'économie mondiale a généré une pression à la baisse intense et soutenue sur les prix.

Paradoxalement, la nécessité de plus de radicalisme pourrait être la raison même qui fait de Weidmann le meilleur choix pour le poste. Il est presque certain que le prochain ralentissement forcera la BCE à faire des choses qui seront très impopulaires en Allemagne, alors qui de mieux qu'un Allemand pour vendre ces politiques?

De plus, la présence même d’un Allemand au plus haut niveau pourrait aider à anticiper le plus grand risque visible pour la stabilité de l’euro - une confrontation avec l’Italie sur ses déficits budgétaires et son niveau d’endettement. Matteo Salvini, vice-Premier ministre italien et ministre de l'Intérieur, a déclaré mardi son intention de faire en sorte que la BCE garantisse les dettes publiques. Il risque fort de se heurter à une double équipe composée de Weidmann et de Luis de Guindos, ancien ministre des Finances Espagnol et actuellement vice-président de la BCE. Il avait la tâche ingrate de mettre en œuvre un programme d'austérité dans son poste précédent.

Mis à part le fait que le processus de nomination doit être achevé à l'expiration du contrat de Draghi, rien sur le processus de nomination n'est certain. Celui qui obtiendra le poste héritera du devoir de garantir la survie de l’euro. Grâce à l’inventivité de Draghi, le quatrième président de la BCE disposera de plus d’outils disponibles pour faire face aux chocs potentiels que n’importe lequel de ses prédécesseurs.

Les autres candidats potentiels pouvant succéder à Mario Draghi sont:

1. François Villeroy de Galhau, président de la Banque de France

Pour: expérience pertinente

Contre: la France a déjà eu un président de la BCE (Jean-Claude Trichet, mandat: 2003-2011)

2. Benoit Coeure, membre du conseil de la BCE

Pour: très apprécié pour son travail au sein de la division marchés de la BCE

Contre: français, et son mandat de huit ans n'est pas renouvelable

3. Sylvie Goulard, Banque de France, sous-gouverneur

Pour: expérience de la banque centrale et des institutions européennes après avoir été haut responsable de la commission des affaires économiques et monétaires du Parlement; femme

Contre: française; derrière Villeroy dans l'ordre hiérarchique domestique. Le président Macron pourrait donner la priorité à l'installation de l'allié Margrethe Vestager à la présidence de la Commission Européenne

4. Olli Rehn, gouverneur de la Banque de Finlande

Pour: expérience des crises de la zone euro en tant que commissaire chargé des affaires économiques et monétaires. La récente proposition de repenser le cadre politique de la BCE montre une compréhension des défis futurs

Contre: responsabilité partagée pour les mauvais choix politiques et la mauvaise présentation lors du sauvetage de l’après-crise, notamment en refusant de reconnaître la faillite de la Grèce

5. Erkki Liikanen, ancien gouverneur de la Banque de Finlande

Pour: expérience en tant que membre de la BCE et commissaire européen; compréhension approfondie du secteur bancaire européen

Contre: Age (68 ans)

6. Claudia Buch, vice-présidente de la Deutsche Bundesbank

Pour: nationalité (elle donnerait un équilibre nord-européen à la direction de la BCE, étant donné que le vice-président De Guindos est espagnol); femme

Contre: manque d'expérience dans la direction ou dans la politique

Weidmann pourrait-il bientôt remplacer Draghi à la tête de la BCE?
 

Lire Aussi

Philippe Béchade
Omicron alarme la Bourse Par Philippe Béchade - 02/12/2021

Publié à l'origine sur la Bourse au quotidien.fr Un nouveau variant et c’est la vie normale qui s’éloigne ! Philippe Béchade observe une...

Weidmann pourrait-il bientôt remplacer Draghi à la tête de la BCE?

Ajouter un commentaire

Instructions relatives aux commentaires

Nous vous encourageons à utiliser les commentaires pour engager le dialogue avec les autres utilisateurs, partager votre point de vue et poser des questions aux auteurs et utilisateurs. Toutefois, afin de maintenir un niveau de dialogue de qualité, veuillez garder à l'esprit les éléments suivants:

  • Enrichissez les débats.
  • Restez concentré et évitez les hors-sujets. Ne postez que du contenu lié au sujet abordé.
  • Soyez respectueux. Même les opinions négatives peuvent être appréhendées positivement et avec diplomatie. 
  • Utilisez un style d’écriture standard. Soignez la ponctuation et utilisez les majuscules et minuscules.
  • REMARQUE: Le spam et/ou les messages promotionnels et les liens insérés dans un commentaire seront retirés.
  • Évitez les insultes, la calomnie ou les attaques personnelles dirigées contre un auteur ou un autre utilisateur.
  • Seuls les commentaires en français sont autorisés.

Les auteurs de spam ou d'abus seront supprimés du site et interdits d'inscription à la discrétion de Investing.com.

Exprimez-vous
 
Êtes-vous sûr de vouloir supprimer ce graphique ?
 
Publier
Publier également sur :
 
Remplacer le graphique actuel par un nouveau graphique?
1000
Vous n’êtes momentanément plus autorisé à commenter, en raison de rapports utilisateur négatifs. Votre statut sera examiné par nos modérateurs.
Veuillez attendre une minute avant de soumettre un nouveau commentaire.
Merci pour votre commentaire. Nous vous informons que les commentaires soumis restent en attente jusqu’à ce qu’ils soient validés par nos modérateurs. C’est la raison pour laquelle leur publication sur notre site peut parfois prendre un certain temps.
 
Êtes-vous sûr de vouloir supprimer ce graphique ?
 
Publier
 
Remplacer le graphique actuel par un nouveau graphique?
1000
Vous n’êtes momentanément plus autorisé à commenter, en raison de rapports utilisateur négatifs. Votre statut sera examiné par nos modérateurs.
Veuillez attendre une minute avant de soumettre un nouveau commentaire.
Ajouter un graphique au commentaire
Confirmer le blocage

Voulez-vous vraiment bloquer %USER_NAME% ?

Si vous continuez, vous et %USER_NAME% ne verrez plus vos publications Investing.com mutuelles.

%USER_NAME% a bien été ajouté à votre Liste d’utilisateurs bloqués

Vous venez de débloquer cette personne et devrez attendre 48 heures avant de la bloquer de nouveau.

Signaler ce commentaire comme inapproprié

Je souhaite signaler ce commentaire comme:

Commentaire signalé

Merci

Le commentaire signalé sera révisé par nos modérateurs
Responsabilité: Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data.

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.
Inscription via Google
ou
Inscription via Email