🔥 Des choix d'actions premium alimentés par l'IA sur InvestingPro Jusqu'à -50 %PROFITER DES SOLDES

47 % des adolescents britanniques se sentent peu attrayants et 49 % financièrement inadéquats, grâce aux médias sociaux

Publié le 24/05/2024 00:25
47 % des adolescents britanniques se sentent peu attrayants et 49 % financièrement inadéquats, grâce aux médias sociaux
META
-

L’ Union européenne intensifie son contrôle sur Meta, la société mère de Facebook (NASDAQ:META) et Instagram, pour avoir prétendument échoué à protéger les enfants sur ses plateformes.

La Commission européenne a ouvert une enquête formelle pour déterminer si Meta a respecté ses obligations en vertu de la loi sur les services numériques (DSA).

Cette enquête souligne les inquiétudes croissantes quant à l’impact néfaste des réseaux sociaux sur les jeunes utilisateurs, notamment face aux comportements addictifs encouragés par ces plateformes.

Engagement quotidien élevé chez les adolescents

Selon une étude d’Invezz, 93 % des adolescents utilisent activement les plateformes de médias sociaux quotidiennement en 2024.

Instagram, qui fait partie de la famille d’applications de Meta, est l’une des plateformes de médias sociaux les plus populaires au monde, avec environ 1,3 milliard d’utilisateurs en 2023.

Ce niveau élevé d’engagement souligne le besoin urgent de mesures de protection.

Une récente enquête de 2024 a révélé que 55 % des adolescents britanniques se sentaient obligés de créer l’image parfaite après avoir utilisé Instagram.

De plus, 47 % se sentaient peu attrayants et 49 % se sentaient financièrement inadéquats.

Parmi les autres émotions négatives signalées figurent la dépression, la solitude et les pensées suicidaires.

Ces données indiquent une forte corrélation entre l’utilisation d’Instagram et la perception négative de soi chez les jeunes utilisateurs, soulignant le rôle de la plateforme dans l’exacerbation des problèmes de santé mentale.

L’impact de TikTok sur la santé mentale

TikTok, qui a connu une croissance rapide parmi la génération Z, comptait 67 % des 18-19 ans aux États-Unis actifs sur l’application en 2022.

Connu pour ses farces et défis viraux, TikTok a également fait l’objet d’un examen minutieux en raison de son impact sur les jeunes utilisateurs.

En 2021, 11 % des adolescents ont signalé les effets négatifs de leur participation à des défis en ligne, reflétant les dangers potentiels posés par le contenu de la plateforme.

En mars 2022, 15 % des utilisateurs adolescents ont été victimes de trolling anonyme, tandis que 15 % supplémentaires ont été confrontés à des images sexualisées.

La psychologue clinicienne basée à Londres, la Dre Lisa Masters, déclare :

Assurer la sécurité des jeunes en ligne est une tâche complexe mais urgente. Dans le contexte britannique où les services de santé mentale pour enfants et adolescents sont de plus en plus sollicités, nous savons que les familles ne se sentent pas soutenues et ne savent pas vers qui se tourner pour obtenir de l’aide. Des ressources en santé mentale financées en toute sécurité sont essentielles pour aider les jeunes à naviguer dans les médias sociaux et les pressions qui y sont associées.

Les données de Statista révèlent que l’utilisation des médias sociaux a un impact significatif sur la santé mentale des adolescents.

Parmi les 1 141 personnes interrogées âgées de 13 à 17 ans, 70 % se sentaient exclues ou exclues, 43 % supprimaient les publications parce qu’elles recevaient trop peu de likes, 43 % se sentaient mal dans leur peau si leurs publications ne recevaient aucun engagement et 35 % ont déclaré avoir été victimes de cyberintimidation.

Source: Statista

Plus inquiétant encore, une étude de l’Université d’État de San Diego a révélé que les adolescents qui utilisent les médias sociaux plus de cinq heures par jour courent un risque plus élevé d’automutilation et de suicide.

La loi sur les services numériques et ses implications

Le DSA, un règlement complet pour les plateformes en ligne dans l’UE, oblige les entreprises à mettre en œuvre des mesures pour protéger les enfants contre l’accès à des contenus inappropriés et garantir des niveaux élevés de confidentialité et de sécurité.

Le non-respect de ces réglementations peut entraîner de lourdes amendes pouvant aller jusqu’à 6 % du chiffre d’affaires global d’une entreprise ou l’obliger à modifier ses logiciels.

Les préoccupations de la Commission européenne portent sur la question de savoir si Facebook et Instagram exploitent les vulnérabilités des mineurs, provoquant des comportements addictifs, et sur l’efficacité des méthodes de vérification de l’âge de Meta.

Réponse de Meta et examen continu

En réponse à l’enquête, un porte-parole de Meta a souligné les efforts déployés par l’entreprise depuis une décennie pour développer des outils et des politiques visant à protéger les jeunes utilisateurs. Toutefois, cette assurance n’a pas atténué les préoccupations réglementaires.

Thierry Breton, le commissaire européen chargé du marché intérieur, a exprimé son scepticisme quant au respect par Meta des obligations DSA, soulignant l’engagement de la Commission à protéger les enfants.

Meta fait l’objet d’une surveillance croissante à l’échelle mondiale quant à l’impact de ses plateformes sur les jeunes utilisateurs. Les poursuites intentées par les districts scolaires américains et les procureurs généraux des États se sont concentrées sur des questions de santé mentale des jeunes, de sécurité des enfants et de vie privée.

Une enquête menée par le procureur général du Nouveau-Mexique a conduit à l’arrestation de trois hommes pour tentative d’abus sexuel sur des enfants via les plateformes de Meta, soulignant encore davantage les risques associés à des protections inadéquates.

Dépendance aux médias sociaux et réponses réglementaires mondiales

La dépendance aux médias sociaux est une préoccupation croissante dans le monde entier. Une étude de l’Université du Michigan estime que 210 millions de personnes dans le monde souffrent de dépendance aux médias sociaux et à Internet.

Une étude réalisée par Common Sense Media a révélé que les adolescents passent en moyenne plus de sept heures par jour devant un écran, tandis que les enfants âgés de 8 à 12 ans passent en moyenne près de cinq heures par jour. Cette consommation excessive a des effets négatifs importants, notamment un sentiment d’exclusion, une faible estime de soi et la cyberintimidation.

Les inquiétudes concernant l’utilisation compulsive des technologies numériques ont conduit à d’importantes réponses réglementaires.

L’Organisation mondiale de la santé a classé le « trouble du jeu vidéo » parmi les affections pouvant être diagnostiquées, et le Surgeon General des États-Unis a publié un avis de santé publique sur les risques posés par les médias sociaux pour la santé mentale des jeunes.

Malgré ces inquiétudes, les preuves des méfaits psychologiques des médias sociaux restent mitigées.

Certaines études remettent en question l’idée selon laquelle l’utilisation des médias sociaux est intrinsèquement nocive, suggérant que la relation entre la technologie numérique et la santé mentale est complexe et multiforme.

Équilibrer les avantages et les risques

À mesure que les médias sociaux continuent d’évoluer, le défi pour les régulateurs, les parents et les plateformes elles-mêmes est de trouver un équilibre entre les avantages de ces technologies et la nécessité de protéger les utilisateurs, en particulier les plus vulnérables.

L’enquête de l’UE sur les pratiques de Meta souligne l’importance de cadres réglementaires solides pour garantir que les environnements en ligne sont sûrs et favorables aux jeunes.

Des mesures efficaces pour lutter contre la dépendance aux médias sociaux et protéger les jeunes utilisateurs nécessitent une approche multidimensionnelle.

Cela comprend l’amélioration des processus de vérification de l’âge, l’amélioration des fonctionnalités de confidentialité et de sécurité, l’éducation des utilisateurs sur les risques et le soutien aux personnes aux prises avec une dépendance. En abordant ces problèmes, la société peut mieux exploiter le potentiel des médias sociaux tout en atténuant leurs risques.

Impact sur l’utilisation des appareils numériques

Les adolescents ont largement accès aux appareils numériques tels que les smartphones, les ordinateurs portables et les consoles de jeux, ce qui leur permet de s’impliquer dans les médias sociaux et d’autres activités en ligne.

Cet accès varie en fonction de facteurs tels que le revenu du ménage et la situation géographique, mais il facilite un niveau élevé d’utilisation des médias sociaux chez les adolescents.

Croissance des bobines Instagram

Instagram Reels, une fonctionnalité populaire de la plateforme, a gagné 2,35 milliards d’utilisateurs actifs par mois.

Cette augmentation du contenu vidéo vertical court a contribué à l’augmentation du temps d’écran et à la dépendance potentielle des utilisateurs.

L’efficacité et le contenu personnalisé de Reels en ont fait un concurrent important de TikTok, notamment auprès des jeunes utilisateurs.

Préoccupations concernant le contenu et l’exposition

L’absence de censure sur des plateformes comme Instagram Reels suscite des inquiétudes quant à l’exposition des jeunes utilisateurs à des contenus inappropriés. À mesure que les plateformes de médias sociaux continuent d’évoluer, il est crucial de résoudre ces problèmes afin de protéger les populations vulnérables des effets néfastes.

Dans l’ensemble, la popularité récente d’Instagram Reels et d’autres fonctionnalités de médias sociaux souligne la nécessité de stratégies globales pour gérer la consommation de contenu, protéger la vie privée des utilisateurs et garantir le bien-être des jeunes utilisateurs.

Cet article est apparu en premier sur Invezz.com France

Derniers commentaires

Installez nos applications
Divulgation des risques: Négocier des instruments financiers et/ou des crypto-monnaies implique des risques élevés, notamment le risque de perdre tout ou partie de votre investissement, et cela pourrait ne pas convenir à tous les investisseurs. Les prix des crypto-monnaies sont extrêmement volatils et peuvent être affectés par des facteurs externes tels que des événements financiers, réglementaires ou politiques. La négociation sur marge augmente les risques financiers.
Avant de décider de négocier des instruments financiers ou des crypto-monnaies, vous devez être pleinement informé des risques et des frais associés aux transactions sur les marchés financiers, examiner attentivement vos objectifs de placement, votre niveau d'expérience et votre tolérance pour le risque, et faire appel à des professionnels si nécessaire.
Fusion Media tient à vous rappeler que les données contenues sur ce site Web ne sont pas nécessairement en temps réel ni précises. Les données et les prix sur affichés sur le site Web ne sont pas nécessairement fournis par un marché ou une bourse, mais peuvent être fournis par des teneurs de marché. Par conséquent, les prix peuvent ne pas être exacts et peuvent différer des prix réels sur un marché donné, ce qui signifie que les prix sont indicatifs et non appropriés à des fins de trading. Fusion Media et les fournisseurs de données contenues sur ce site Web ne sauraient être tenus responsables des pertes ou des dommages résultant de vos transactions ou de votre confiance dans les informations contenues sur ce site.
Il est interdit d'utiliser, de stocker, de reproduire, d'afficher, de modifier, de transmettre ou de distribuer les données de ce site Web sans l'autorisation écrite préalable de Fusion Media et/ou du fournisseur de données. Tous les droits de propriété intellectuelle sont réservés par les fournisseurs et/ou la plateforme d’échange fournissant les données contenues sur ce site.
Fusion Media peut être rémunéré par les annonceurs qui apparaissent sur le site Web, en fonction de votre interaction avec les annonces ou les annonceurs.
La version anglaise de ce document est celle qui s'impose et qui prévaudra en cas de différence entre la version anglaise et la version française.
© 2007-2024 - Fusion Media Ltd Tous droits réservés