Dernière minute
0
Version Sans-Pub. Améliorez votre expérience sur Investing.com. Économisez jusqu'à 40%. Plus de détails

Bilan du marché primaire obligataire en 2014

Par Goldwasser ExchangeObligations26/12/2014 10:10
fr.investing.com/analysis/bilan-du-march%EF%BF%BD%EF%BF%BD-primaire-obligataire-en-2014-29525
Bilan du marché primaire obligataire en 2014
Par Goldwasser Exchange   |  26/12/2014 10:10
Sauvegardé. Afficher les Eléments sauvegardés.
Cet article a déjà été enregistré dans vos Eléments sauvegardés
 

Oblis continue de faire le bilan de l’année obligataire. Aujourd’hui, intéressons-nous aux acteurs qui ont animé le marché primaire au cours des douze derniers mois.

L'année 2014 aura été synonyme de retour gagant sur le marché des capitaux pour le Portugal, la Grèce et Chypre, trois pays ayant bénéficié d'un plan de sauvetage international dans le cadre de la crise des dettes souveraines. Début janvier, le Portugal levait 3,25 milliards d'euros d’obligations à cinq ans.

Quelques mois plus tard, la Grèce et Chypre lui emboitaient le pas avec à chaque fois, une forte demande de la part des investisseurs. Affranchie de la tutelle financière internationale, l’Irlande a également effectué avec succès son retour sur les marchés obligataires.

De son côté, la Belgique a pu compter sur des taux historiquement bas pour lever 38 milliards d’euros. A noter que les entreprises belges se sont montrées nettement moins actives qu’en 2013, plaçant « seulement » quatre milliards de nouvelles obligations.

Les émissions « High Yield »

Après avoir démarré l’année sous les meilleurs auspices, le marché de la dette spéculative a clôturé l’année sur une note mitigée.

Dans un premier temps, les émetteurs ont profité du contexte de taux favorable pour se financer, trouvant face à eux des investisseurs prêts à se positionner sur du papier plus risqué mais aussi plus rémunérateur. La méga opération réalisée par le câblo-opérateur français Numericable (PARIS:NUME) et sa maison mère Altice (AMS:ATCE) en témoigne. La demande dépassant les 100 milliards de dollars avait d’ailleurs constitué un record pour le marché européen « High Yield ».

Même les émetteurs les moins bien notés (comprenez les plus spéculatifs) trouvaient preneurs. En France par exemple, Alain Afflelou, Financière Quick, Labeyrie Fine Foods, le distributeur de vêtements HoldIKKS et les magasins BUT en ont profité pour refinancer leurs dettes à bon compte.

Dans la seconde moitié de l’année, le marché a ralentit la cadence. Rendus prudents par la montée des risques géopolitiques et la détérioration de la conjoncture dans la zone euro, les investisseurs y ont regardé à deux fois avant de souscrire tête baissée aux nouvelles opérations. Certains émetteurs ont même été contraints de postposer leur levée de dette.

Les entreprises américaines et l'euro

Sur le segment de la dette « Investment Grade », on retiendra notamment l'attrait grandissant des entreprises américaines pour le marché obligataire en euros. Pour des raisons financières et stratégiques, elles ont émis cette année pour 48 milliards d’obligations libellées en euros, soit une augmentation annuelle de 23% et près de trois fois plus qu’en 2012.

Apple (NASDAQ:AAPL), Coca-Cola (NYSE:KO), Verizon (NYSE:VZ) et AT&T (NYSE:T) pour ne citer qu'eux font partie des dix émetteurs à avoir solliciter pour la première fois ce marché. En 2013, ils n'étaient que quatre. Précisons qu’environ 290 milliards d’euros de nouvelles obligations « Investment Grade » ont été émises cette année.

La dette hybride a la cote

Dans la foulée d'une excellente année 2013, les dettes hybrides (qui font référence aux perpétuelles et aux subordonnées de très longue durée) ont gardé la cote, tant auprès des émetteurs que des investisseurs.

Les entreprises allemandes ont particulièrement été actives sur ce segment de marché. On pense entre autres à Allianz (XETRA:ALVG), ENBW, Merck (XETRA:MRCG) KGaA ou encore Bayer (XETRA:BAYGN). En France, EDF (PARIS:EDF) s’est distingué en plaçant au mois d'avril une obligation libellée en livre sterling, dont le cours culmine actuellement à … 135% du nominal. Volvo (ST:VOLVAs) ou encore LaMondiale ont également été actifs en fin d'année.

Ruée des investisseurs pour l'emprunt inaugural Alibaba

Les toutes grosses émissions sont à chercher outre-Atlantique. Alibaba (NYSE:BABA) a notamment affolé les compteurs à l’occasion de son émission inaugurale placée fin novembre. Le groupe a récolté huit milliards de dollars face à une demande supérieure à 55 milliards. Il s’agissait de la plus grosse levée de dette en dollars réalisée par une société asiatique. Amazon (NASDAQ:AMZN) (6 milliards de dollars), Tyson Foods (NYSE:TSN) (3,25 milliards) ou encore Apple (NASDAQ:AAPL) (12 milliards) s’ajoutent à la liste. En Europe, le groupe italien des télécoms Wind s’est illustré avec 4,7 milliards de dollars et 4,4 milliards d’euros.

Bilan du marché primaire obligataire en 2014
 

Lire Aussi

Goldwasser Exchange
Un potentiel de plus de 50% pour l'action UCB ? Par Goldwasser Exchange - 03/09/2021

Il y a deux mois nous titrions sur Oblis: UCB, de retour vers ses sommets? Entre-temps, l’action du laboratoire a bondi de 15%, avec comme principal catalyseur le bimekizumab, son...

Bilan du marché primaire obligataire en 2014

Ajouter un commentaire

Instructions relatives aux commentaires

Nous vous encourageons à utiliser les commentaires pour engager le dialogue avec les autres utilisateurs, partager votre point de vue et poser des questions aux auteurs et utilisateurs. Toutefois, afin de maintenir un niveau de dialogue de qualité, veuillez garder à l'esprit les éléments suivants:

  • Enrichissez les débats.
  • Restez concentré et évitez les hors-sujets. Ne postez que du contenu lié au sujet abordé.
  • Soyez respectueux. Même les opinions négatives peuvent être appréhendées positivement et avec diplomatie. 
  • Utilisez un style d’écriture standard. Soignez la ponctuation et utilisez les majuscules et minuscules.
  • REMARQUE: Le spam et/ou les messages promotionnels et les liens insérés dans un commentaire seront retirés.
  • Évitez les insultes, la calomnie ou les attaques personnelles dirigées contre un auteur ou un autre utilisateur.
  • Seuls les commentaires en français sont autorisés.

Les auteurs de spam ou d'abus seront supprimés du site et interdits d'inscription à la discrétion de Investing.com.

Exprimez-vous
 
Êtes-vous sûr de vouloir supprimer ce graphique ?
 
Publier
Publier également sur :
 
Remplacer le graphique actuel par un nouveau graphique?
1000
Vous n’êtes momentanément plus autorisé à commenter, en raison de rapports utilisateur négatifs. Votre statut sera examiné par nos modérateurs.
Veuillez attendre une minute avant de soumettre un nouveau commentaire.
Merci pour votre commentaire. Nous vous informons que les commentaires soumis restent en attente jusqu’à ce qu’ils soient validés par nos modérateurs. C’est la raison pour laquelle leur publication sur notre site peut parfois prendre un certain temps.
 
Êtes-vous sûr de vouloir supprimer ce graphique ?
 
Publier
 
Remplacer le graphique actuel par un nouveau graphique?
1000
Vous n’êtes momentanément plus autorisé à commenter, en raison de rapports utilisateur négatifs. Votre statut sera examiné par nos modérateurs.
Veuillez attendre une minute avant de soumettre un nouveau commentaire.
Ajouter un graphique au commentaire
Confirmer le blocage

Voulez-vous vraiment bloquer %USER_NAME% ?

Si vous continuez, vous et %USER_NAME% ne verrez plus vos publications Investing.com mutuelles.

%USER_NAME% a bien été ajouté à votre Liste d’utilisateurs bloqués

Vous venez de débloquer cette personne et devrez attendre 48 heures avant de la bloquer de nouveau.

Signaler ce commentaire comme inapproprié

Je souhaite signaler ce commentaire comme:

Commentaire signalé

Merci

Le commentaire signalé sera révisé par nos modérateurs
Responsabilité: Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data.

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.
Inscription via Google
ou
Inscription via Email