⌛ Avez-vous raté le gain de 13% des ProPicks en mai? Profitez de nos choix d'actions pour juin.Voir actions

Une pépite de l’agroalimentaire nommée LDC

Publié le 12/04/2024 14:19

Publié à l'origine sur la Bourse au quotidien.fr

Acteur majeur de l’agroalimentaire, le groupe LDC voit son action injustement sous-valorisée par les marchés. Pour Eric Lewin, une progression de 20 % du titre cette année ne serait pas une hérésie, loin de là…

Vous connaissez certainement les marques agroalimentaires Le Gaulois, Loué et Marie… Très populaires auprès du grand public, elles appartiennent toutes au groupe LDC…

Celui-ci a été fondé en 1968 lorsque les sociétés Lambert et Dodard Chancereul ont décidé de fusionner… Depuis, la société n’a cessé de se développer, avec en point d’orgue les rachats de Maître Coq et de Marie en 2009, alors en bien mauvaise posture financière.

D’ailleurs, la croissance externe fait partie intégrante de la stratégie de la société, comme l’attestent l’acquisition annoncée en janvier dernier du groupe Routhiau (et ses 72 M€ de chiffre d’affaires), ou celle de la société Indykpol, leader de la dinde en Pologne, avec près de 230 M€ de chiffre d’affaires.

Mais ne croyez pas que toutes ces acquisitions sont réalisées en dépit du bon sens. En effet, la situation financière est plus que saine, avec une trésorerie nette de l’ordre de 500 M€, ce qui donne encore des marges de manœuvre très importantes.

Géant de l’agroalimentaire, LDC se développe donc à marche forcée, ce qui lui a permis de réaliser l’an dernier un chiffre d’affaires de 6,2 Mds€, en progression de 6 %. Une excellente performance dans un marché de la consommation plus que délicat.

LDC : une action décotée
Chez LDC, le chiffre d’affaires se répartit entre la volaille (72 %), l’activité traiteur (15 %) et l’international (13 %).

L’idée est notamment de monter en puissance à l’international, alors qu’en France, le groupe – leader incontesté et incontestable de la volaille – est solidement implanté.

D’ailleurs, tout laisse supposer que les résultats annuels 2023/2024, qui seront publiés le 29 mai pour cause d’exercice décalé, ne réserveront pas de mauvaise surprise.

La société a d’ores et déjà indiqué qu’elle réaliserait un résultat opérationnel courant supérieur à 350 M€, ce qui permet d’envisager sereinement une rentabilité opérationnelle entre 5,5 % et 6 %.

Bien sûr, tout n’est pas rose dans le secteur, en raison du besoin de négocier en permanence avec la grande distribution pour obtenir des revalorisations tarifaires.

Mais il est évidemment beaucoup plus facile de négocier pour un grand groupe comme LDC. Une petite PME de l’agroalimentaire avec un chiffre d’affaires dix fois moins important s’en sortirait moins bien…

Une pépite de l’agroalimentaire nommée LDC

L’action, en recul de quasiment 2 % depuis le début de l’année reste nettement sous-valorisée par rapport à ses comparables. Elle se paye en effet sur un PER de 8 ou encore une VE/ROC de 5, ce qui n’est pas très cher dans un secteur comme l’agroalimentaire.

Il me semble qu’il y a au moins 20 % à gagner cette année sur LDC, qui par le passé a rarement réservé de mauvaises surprises à l’ensemble de ses actionnaires.

Regardez donc de près ce dossier aux 2,5 Mds€ de capitalisation boursière, véritable pépite dans un secteur agroalimentaire plus que compliqué.

Derniers commentaires

Chargement de l'article suivant...
Installez nos applications
Divulgation des risques: Négocier des instruments financiers et/ou des crypto-monnaies implique des risques élevés, notamment le risque de perdre tout ou partie de votre investissement, et cela pourrait ne pas convenir à tous les investisseurs. Les prix des crypto-monnaies sont extrêmement volatils et peuvent être affectés par des facteurs externes tels que des événements financiers, réglementaires ou politiques. La négociation sur marge augmente les risques financiers.
Avant de décider de négocier des instruments financiers ou des crypto-monnaies, vous devez être pleinement informé des risques et des frais associés aux transactions sur les marchés financiers, examiner attentivement vos objectifs de placement, votre niveau d'expérience et votre tolérance pour le risque, et faire appel à des professionnels si nécessaire.
Fusion Media tient à vous rappeler que les données contenues sur ce site Web ne sont pas nécessairement en temps réel ni précises. Les données et les prix sur affichés sur le site Web ne sont pas nécessairement fournis par un marché ou une bourse, mais peuvent être fournis par des teneurs de marché. Par conséquent, les prix peuvent ne pas être exacts et peuvent différer des prix réels sur un marché donné, ce qui signifie que les prix sont indicatifs et non appropriés à des fins de trading. Fusion Media et les fournisseurs de données contenues sur ce site Web ne sauraient être tenus responsables des pertes ou des dommages résultant de vos transactions ou de votre confiance dans les informations contenues sur ce site.
Il est interdit d'utiliser, de stocker, de reproduire, d'afficher, de modifier, de transmettre ou de distribuer les données de ce site Web sans l'autorisation écrite préalable de Fusion Media et/ou du fournisseur de données. Tous les droits de propriété intellectuelle sont réservés par les fournisseurs et/ou la plateforme d’échange fournissant les données contenues sur ce site.
Fusion Media peut être rémunéré par les annonceurs qui apparaissent sur le site Web, en fonction de votre interaction avec les annonces ou les annonceurs.
La version anglaise de ce document est celle qui s'impose et qui prévaudra en cas de différence entre la version anglaise et la version française.
© 2007-2024 - Fusion Media Ltd Tous droits réservés