Obtenir 40% de réduction
🚨 Les marchés sont en baisse. Déverrouillez les actions sous-évaluéesTrouver des actions maintenant

Le gouvernement dévoile son projet pour l'agriculture face à la grogne paysanne

Publié le 02/04/2024 23:09
Mis à jour le 03/04/2024 12:30
© Reuters. Une banderole portant l'inscription "Sauvons l'agriculture" est attachée à un véhicule agricole, lors d'un blocage par les agriculteurs sur l'autoroute A4 pour protester contre les pressions sur les prix, les taxes et la réglementation verte, des grie

PARIS (Reuters) - Le gouvernement français a présenté mercredi son projet de loi "d'orientation pour la souveraineté agricole et le renouvellement des générations en agriculture", un texte attendu de pied ferme par les agriculteurs qui protestent depuis plusieurs mois.

Le texte, qui prévoyait initialement des mesures pour aider à l'installation des nouveaux agriculteurs, a été remanié pour y inclure des mesures sur la simplification administrative et sur la souveraineté alimentaire, alors que la grogne paysanne a éclaté en France, et partout en Europe, en début d'année.

Ce projet de loi "doit permettre de donner une perspective à cette sortie de crise", a déclaré mercredi Marc Fesneau, ministre de l'Agriculture, sur RTL (ETR:RRTL).

L'un des principaux points du texte porte ainsi sur la reconnaissance de l'agriculture comme "intérêt général majeur", au même titre que la défense de l’environnement, ce qui permettra de donner davantage de poids au secteur agricole dans les décisions politiques.

La mesure était l'une des promesses du gouvernement annoncées au monde paysan en février alors que les agriculteurs multipliaient les barrages routiers partout en France pour protester notamment contre une concurrence étrangère jugée déloyale et contre une inflation des normes, en particulier environnementales.

"C'est solennel dans la déclaration mais c'est très pratique", a affirmé Marc Fesneau en insistant sur le concept de "souveraineté alimentaire".

"Ça vise à faire en sorte qu'à chaque fois qu'on a un projet de politique publique, une action de politique publique, on se pose la question 'est-ce que ça concourt bien à l'objectif de maintenir voire de renforcer notre souveraineté alimentaire et notre sécurité alimentaire?'", a-t-il ajouté.

Publicité tierce. Il ne s'agit pas d'une offre ou recommandation d'Investing.com. Lisez l'avertissement ici ou supprimez les pubs .

Le projet de loi contient également plusieurs mesures de simplification et d'autres destinées à favoriser l'attractivité du métier d'agriculteur, alors qu'un tiers des agriculteurs français seront en âge de partir à la retraite dans dix ans.

LOI EGALIM D'ICI L'ÉTÉ

Le projet de loi prévoit ainsi la création d'un diplôme de niveau Bac+3, dit "Bachelor Agro", destiné à accroître les compétences des professionnels du secteur agricole et agroalimentaire.

Du côté de la simplification, le texte veut adapter les sanctions pour les agriculteurs en cas d'atteinte au droit à l'environnement, en évitant les peines "infamantes", réduire les délais de recours contentieux contre les projets agricoles ou hydrauliques et unifier le régime applicable à la plantation des haies.

La question épineuse des revenus des agriculteurs n'est pas directement abordée par le texte.

Marc Fesneau a rappelé sur RTL qu'elle entrait davantage dans le futur projet de loi Egalim, dont le Premier ministre, Gabriel Attal, a promis qu'il serait présenté "d'ici l'été". Le dispositif Egalim encadre les relations commerciales, et donc la fixation des prix et des revenus des agriculteurs, entre producteurs, industriels de l'agroalimentaire et distributeurs.

Comme l'avait déjà fait en février Emmanuel Macron, le ministre de l'Agriculture a prôné la mise en place d'un Egalim au niveau européen face aux centrales d'achats mises en place par les distributeurs pour contourner les contraintes nationales.

Le sujet des pesticides n'est pas non plus abordé par le texte présenté ce mercredi et qui sera examiné par l'Assemblée nationale à partir du 13 mai.

Publicité tierce. Il ne s'agit pas d'une offre ou recommandation d'Investing.com. Lisez l'avertissement ici ou supprimez les pubs .

Début février, Gabriel Attal a promis une "pause" dans la mise en oeuvre du plan Ecophyto 2030, qui vise à réduire de 50% l'usage de pesticides d'ici 2030 par rapport à la période 2015-2017 en France.

Emmanuel Macron recevra les organisations professionnelles d'agriculteurs "dans les jours qui viennent", a annoncé Marc Fesneau.

D'ores et déjà, la Confédération paysanne a dénoncé le projet de loi qui "ressemble davantage à un plan social qu’à un programme de renouvellement des générations", a réagi le syndicat agricole dans un communiqué.

"Rien sur le revenu et rien sur la répartition du foncier qui sont pourtant les deux leviers majeurs pour installer massivement des paysan·nes", a déploré le syndicat.

Même reproche du côté de la Coordination rurale : "La soutenabilité (pour les agriculteurs), elle doit d'abord être économique et financière, or le mot revenu, rémunération, ne figure pas dans ce projet de texte", a regretté Véronique Le Floc'h, présidente du syndicat sur franceinfo.

"On est loin du compte", ajoute-t-elle.

De son côté, l'ONG environnementale Greenpeace a jugé le texte "pas à la hauteur des enjeux du renouvellement des générations ni de la transition agroécologique".

(Rédigé par Blandine Hénault, avec Sybille de La Hamaide et Bertrand Boucey, édité par Kate Entringer)

Derniers commentaires

les fr qui semble ignoré la cause de tout leur probleme ^^---- pourtant la fr et bien leader dans le domaine des taxe ahah
bref une loi de plus
Un fistage de plus en perspective …
Installez nos applications
Divulgation des risques: Négocier des instruments financiers et/ou des crypto-monnaies implique des risques élevés, notamment le risque de perdre tout ou partie de votre investissement, et cela pourrait ne pas convenir à tous les investisseurs. Les prix des crypto-monnaies sont extrêmement volatils et peuvent être affectés par des facteurs externes tels que des événements financiers, réglementaires ou politiques. La négociation sur marge augmente les risques financiers.
Avant de décider de négocier des instruments financiers ou des crypto-monnaies, vous devez être pleinement informé des risques et des frais associés aux transactions sur les marchés financiers, examiner attentivement vos objectifs de placement, votre niveau d'expérience et votre tolérance pour le risque, et faire appel à des professionnels si nécessaire.
Fusion Media tient à vous rappeler que les données contenues sur ce site Web ne sont pas nécessairement en temps réel ni précises. Les données et les prix sur affichés sur le site Web ne sont pas nécessairement fournis par un marché ou une bourse, mais peuvent être fournis par des teneurs de marché. Par conséquent, les prix peuvent ne pas être exacts et peuvent différer des prix réels sur un marché donné, ce qui signifie que les prix sont indicatifs et non appropriés à des fins de trading. Fusion Media et les fournisseurs de données contenues sur ce site Web ne sauraient être tenus responsables des pertes ou des dommages résultant de vos transactions ou de votre confiance dans les informations contenues sur ce site.
Il est interdit d'utiliser, de stocker, de reproduire, d'afficher, de modifier, de transmettre ou de distribuer les données de ce site Web sans l'autorisation écrite préalable de Fusion Media et/ou du fournisseur de données. Tous les droits de propriété intellectuelle sont réservés par les fournisseurs et/ou la plateforme d’échange fournissant les données contenues sur ce site.
Fusion Media peut être rémunéré par les annonceurs qui apparaissent sur le site Web, en fonction de votre interaction avec les annonces ou les annonceurs.
La version anglaise de ce document est celle qui s'impose et qui prévaudra en cas de différence entre la version anglaise et la version française.
© 2007-2024 - Fusion Media Ltd Tous droits réservés