Dernière minute
0

Post-Brexit: l'inconnu pour de nombreux petits aéroports en France

Matières premières12/01/2019 12:16
Sauvegardé. Afficher les Eléments sauvegardés.
Cet article a déjà été enregistré dans vos Eléments sauvegardés
 
La tour de contrôle de l'aéroport d'Orly, le 27 septembre 2014, près de Paris (Photo STEPHANE DE SAKUTIN. AFP)

L'hypothèse d'un Brexit sans accord fait peser sur les aéroports en France un risque de contrôles "à cinq ou six étapes" et de longues attentes, avec une inconnue particulière pour les petites structures qui dépendent du trafic britannique, s'inquiète le président de l'Union des aéroports français.

En cas de "hard Brexit" (Brexit dur), "il est possible qu'il y ait cinq ou six étapes" pour entrer dans l'espace européen, prédit Thomas Juin dans une interview à l'AFP. "Le contrôle du passeport (...), la prise d'empreintes digitales, le questionnement sur l'objet du déplacement, le lieu de séjour, les moyens financiers du voyageur, un éventuel contrôle approfondi dans un espace isolé dans l'aéroport et le contrôle des bagages. Plus le visa, même si les conditions d'obtention seront simplifiées".

"Et pour sortir du territoire européen, précise le président de l'UAF, qui dirige aussi l'aéroport de La Rochelle-Île de Ré, il y aura en plus une procédure de détaxe auprès de la douane parce que les Anglais récupéreront la TVA. Cela pourra excéder les deux heures d'attente..."

Par conséquent, il faudra trois zones distinctes: pour le contrôle, pour le contrôle isolé et la zone de détaxe. "Cela aura un coût" pour les aéroports, prévient M. Juin.

Selon lui, faute d'accord préalable sur le Brexit d'ici au 29 mars, "il devrait y avoir une période transitoire jusqu'en décembre 2020 pour continuer dans la configuration actuelle, le temps de s'adapter aux changements".

Afin d'éviter l'interruption totale du trafic aérien entre l'UE et le Royaume-Uni, la Commission européenne a adopté en décembre deux mesures pour assurer "une connectivité de base", toutefois nullement comparable aux conditions du Ciel unique européen.

Mais ces mesures n'entreront en vigueur que si Londres accorde des droits équivalents aux transporteurs aériens de l'UE.

En France le "trafic britannique", c'est-à-dire les passagers d'un vol venant ou à destination du Royaume Uni, quelle que soit la nationalité, représente 13,5 millions de personnes, soit 6,8% du trafic, selon les chiffres UAF pour 2017.

Mais plus l'aéroport est petit, plus cette part augmente. À Paris-Charles de Gaulle (69 millions de passagers), elle se situe à 6% environ. Pour Nice (13,8 millions) Bordeaux ou Nantes, "elle est déjà de 15%, souligne M. Juin. Et pour les aéroports de proximité, elle est énorme : 49% à La Rochelle (sur 221.000 passagers), 82% à Chambéry (sur 186.000), 90% à Limoges (sur 308.667 passagers)".

Pour autant "la survie des petits aéroports n'est pas en jeu", estime M. Juin. "Les premiers qui pourraient donner l'alerte d'une baisse du nombre de passagers sont les compagnies aériennes à travers les réservations. Mais il n'y a rien en ce sens".

Mais après 2020 et la fin d'une période transitoire ? "Je ne sais pas", concède-t-il. "C'est très lié à la macro-économie. Les Anglais qui ont des liens avec la France reviendront. Mais quel sera l'état de l'économie britannique et son impact sur les réservations ? Je ne sais pas."

Post-Brexit: l'inconnu pour de nombreux petits aéroports en France
 

Lire Aussi

Ajouter un commentaire

Instructions relatives aux commentaires

Nous vous encourageons à utiliser les commentaires pour engager le dialogue avec les autres utilisateurs, partager votre point de vue et poser des questions aux auteurs et utilisateurs. Toutefois, afin de maintenir un niveau de dialogue de qualité, veuillez garder à l'esprit les éléments suivants:

  • Enrichissez les débats.
  • Restez concentré et évitez les hors-sujets. Ne postez que du contenu lié au sujet abordé.
  • Soyez respectueux. Même les opinions négatives peuvent être appréhendées positivement et avec diplomatie. 
  • Utilisez un style d’écriture standard. Soignez la ponctuation et utilisez les majuscules et minuscules.
  • REMARQUE: Le spam et/ou les messages promotionnels et les liens insérés dans un commentaire seront retirés.
  • Évitez les insultes, la calomnie ou les attaques personnelles dirigées contre un auteur ou un autre utilisateur.
  • Seuls les commentaires en français sont autorisés.

Les auteurs de spam ou d'abus seront supprimés du site et interdits d'inscription à la discrétion de Investing.com.

Exprimez-vous
 
Êtes-vous sûr de vouloir supprimer ce graphique ?
 
Publier
Publier également sur :
 
Remplacer le graphique actuel par un nouveau graphique?
1000
Vous n’êtes momentanément plus autorisé à commenter, en raison de rapports utilisateur négatifs. Votre statut sera examiné par nos modérateurs.
Veuillez attendre une minute avant de soumettre un nouveau commentaire.
Merci pour votre commentaire. Nous vous informons que les commentaires soumis restent en attente jusqu’à ce qu’ils soient validés par nos modérateurs. C’est la raison pour laquelle leur publication sur notre site peut parfois prendre un certain temps.
 
Êtes-vous sûr de vouloir supprimer ce graphique ?
 
Publier
 
Remplacer le graphique actuel par un nouveau graphique?
1000
Vous n’êtes momentanément plus autorisé à commenter, en raison de rapports utilisateur négatifs. Votre statut sera examiné par nos modérateurs.
Veuillez attendre une minute avant de soumettre un nouveau commentaire.
Ajouter un graphique au commentaire
Confirmer le blocage

Voulez-vous vraiment bloquer %USER_NAME% ?

Si vous continuez, vous et %USER_NAME% ne verrez plus vos publications Investing.com mutuelles.

%USER_NAME% a bien été ajouté à votre Liste d’utilisateurs bloqués

Vous venez de débloquer cette personne et devrez attendre 48 heures avant de la bloquer de nouveau.

Signaler ce commentaire comme inapproprié

Je souhaite signaler ce commentaire comme:

Commentaire signalé

Merci

Le commentaire signalé sera révisé par nos modérateurs
Responsabilité: Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data.

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.
Inscription via Google
ou
Inscription via Email