Dernière minute
0

En Argentine, la crise du peso se transforme en aubaine pour les touristes

Economie15/09/2018 07:46
Sauvegardé. Afficher les Eléments sauvegardés.
Cet article a déjà été enregistré dans vos Eléments sauvegardés
 
Un touriste déjeune d'une saucisse, lors d'une visite dans le quartier traditionnel de La Boca à Buenos Aires, le 14 septembre 2018 (Photo Eitan ABRAMOVICH. AFP)

"En dix jours, nous avons dépensé moins que nous pensions" : à Buenos Aires, si la dépréciation du peso face au dollar a franchement entamé le pouvoir d'achat des Argentins, les touristes se frottent les mains, avec des vacances bien moins chères que prévu.

Pedro Pereira de Azevedo, un avocat brésilien de Belo Horizonte, dans l'est du Brésil, profite d'une dernière soirée dans la capitale argentine avec sa femme et ses trois enfants. Pour lui, ce premier séjour à Buenos Aires s'est révélé plus avantageux qu'annoncé.

"Nous avions prévu un budget de 7.000 reais (1.500 euros), nous n'en avons finalement dépensé qu'entre 3.000 et 3.500", constate le père de famille à l'heure des dernières photos souvenir devant la Casa Rosada, le palais présidentiel argentin.

Et pour cause, à leur arrivée le 5 septembre, le peso venait de dévisser en quelques jours de 20% par rapport au dollar (50% depuis le début de l'année). Et si le réal brésilien a lui-même subi quelques secousses, il a mieux résisté.

"Nous avons pu acheter tout ce que nous voulions, visiter tous les sites touristiques de Buenos Aires", se réjouit le Brésilien. "Au stade Boca Juniors, nous avons même fait la visite VIP !", soit deux fois le prix standard, s'enthousiasme une de ses filles.

Non loin du stade mythique du quartier populaire de La Boca, Lori Berhow, une Américaine qui habite au Chili, et profite de quelques jours de vacances à Buenos Aires avec son frère, reconnaît être chanceuse de pouvoir bénéficier d'un change si "favorable".

"Hier, au restaurant, nous avons profité d'un repas complet pour 60 dollars pour deux, d'habitude cela aurait été plutôt 100 dollars", explique-t-elle.

Même bonne surprise pour Pauline Gauthier, une jeune touriste française qui arpente les rues du quartier historique de San Telmo avec son compagnon. "Quand on lit les guides touristiques, il est écrit que les prix en Argentine sont plus élevés qu'ailleurs en Amérique latine. Mais finalement, depuis dix jours nous avons dépensé moins que ce que nous pensions", raconte-t-elle.

- "Tout est le double" -

Pour les Argentins, réputés grands voyageurs, la situation est évidemment toute autre.

Romina Valenzisi, une juriste argentine de 34 ans, doit partir prochainement pour quinze jours de vacances prévues de longue date en Espagne et en Italie.

Il y a six mois, elle a acheté son billet d'avion en six "cuotas", c'est-à-dire un étalement du prix sur six mois sans frais, selon une forme de paiement très commune pour de nombreux produits en Argentine afin d'amortir les effets de l'inflation (45% annoncés en 2018).

Mais pour le logement et l'alimentation, avec un dollar passé de 18 pesos en janvier à environ 38 pesos en septembre, son budget sur place risque d'exploser. "Je dois maintenant payer les hôtels, et tout est le double, cela sort de mon budget", s'alarme-t-elle. "Je sais déjà que je dépenserai moins d'argent, je ferai moins d'achats".

"Nos ventes pour les voyages à l'étranger ont baissé de 25 à 30% ces dernières semaines", confirme Vincent Chevalier, propriétaire français de l'agence de voyages Equinoxe, à Buenos Aires depuis 28 ans. "Et la crise commence aussi à affecter le tourisme intérieur", souligne-t-il.

Gonzalo Sastre, propriétaire d'un hôtel, dans le centre de la capitale, relève également une baisse des réservations de ses compatriotes : "quand le peso avait un niveau +normal+, nous travaillions bien avec les locaux en semaine, essentiellement des gens qui venaient pour le travail. Aujourd'hui, les entreprises envoient moins de gens".

Mais son hôtel affiche complet pour les deux semaines à venir, grâce à l'arrivée de Brésiliens. Car "dans la région, il y a un tourisme très opportuniste lié à la baisse de la monnaie", explique Vincent Chevalier.

A l'inverse, la baisse du pouvoir d'achat des Argentins fait craindre aux opérateurs touristiques des pays voisins, en particulier au Chili et en Uruguay, une chute du nombre de visiteurs.

En Uruguay, où les Argentins se rendent en masse durant l'été austral (janvier-février), le gouvernement a d'ores et déjà annoncé la réintroduction d'une exemption de la TVA (22%) pour séduire les touristes venant de l'autre rive du Rio de la Plata.

En Argentine, la crise du peso se transforme en aubaine pour les touristes
 

Lire Aussi

Ajouter un commentaire

Instructions relatives aux commentaires

Nous vous encourageons à utiliser les commentaires pour engager le dialogue avec les autres utilisateurs, partager votre point de vue et poser des questions aux auteurs et utilisateurs. Toutefois, afin de maintenir un niveau de dialogue de qualité, veuillez garder à l'esprit les éléments suivants:

  • Enrichissez les débats.
  • Restez concentré et évitez les hors-sujets. Ne postez que du contenu lié au sujet abordé.
  • Soyez respectueux. Même les opinions négatives peuvent être appréhendées positivement et avec diplomatie. 
  • Utilisez un style d’écriture standard. Soignez la ponctuation et utilisez les majuscules et minuscules.
  • REMARQUE: Le spam et/ou les messages promotionnels et les liens insérés dans un commentaire seront retirés.
  • Évitez les insultes, la calomnie ou les attaques personnelles dirigées contre un auteur ou un autre utilisateur.
  • Seuls les commentaires en français sont autorisés.

Les auteurs de spam ou d'abus seront supprimés du site et interdits d'inscription à la discrétion de Investing.com.

Exprimez-vous
 
Êtes-vous sûr de vouloir supprimer ce graphique ?
 
Publier
Publier également sur :
 
Remplacer le graphique actuel par un nouveau graphique?
1000
Vous n’êtes momentanément plus autorisé à commenter, en raison de rapports utilisateur négatifs. Votre statut sera examiné par nos modérateurs.
Veuillez attendre une minute avant de soumettre un nouveau commentaire.
Merci pour votre commentaire. Nous vous informons que les commentaires soumis restent en attente jusqu’à ce qu’ils soient validés par nos modérateurs. C’est la raison pour laquelle leur publication sur notre site peut parfois prendre un certain temps.
 
Êtes-vous sûr de vouloir supprimer ce graphique ?
 
Publier
 
Remplacer le graphique actuel par un nouveau graphique?
1000
Vous n’êtes momentanément plus autorisé à commenter, en raison de rapports utilisateur négatifs. Votre statut sera examiné par nos modérateurs.
Veuillez attendre une minute avant de soumettre un nouveau commentaire.
Ajouter un graphique au commentaire
Confirmer le blocage

Voulez-vous vraiment bloquer %USER_NAME% ?

Si vous continuez, vous et %USER_NAME% ne verrez plus vos publications Investing.com mutuelles.

%USER_NAME% a bien été ajouté à votre Liste d’utilisateurs bloqués

Vous venez de débloquer cette personne et devrez attendre 48 heures avant de la bloquer de nouveau.

Signaler ce commentaire comme inapproprié

Je souhaite signaler ce commentaire comme:

Commentaire signalé

Merci

Le commentaire signalé sera révisé par nos modérateurs
Responsabilité: Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data.

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.
Inscription via Google
ou
Inscription via Email