x
Dernière minute
0

Le FMI invite les pays à miser sur l'éducation pour réduire les inégalités

Economie11/10/2017 17:15
Sauvegardé. Afficher les Eléments sauvegardés.
Cet article a déjà été enregistré dans vos Eléments sauvegardés
 
Une classe à Cassiana, dans la réserve du Medio Purus, au Brésil le 19 septembre 2017 (Photo CARL DE SOUZA. AFP)

"Echappatoire à la pauvreté", l'éducation reste encore très inégalitaire dans le monde, y compris dans les pays développés, a souligné mercredi le Fonds monétaire international, recommandant d'améliorer l'accès à l'enseignement pour résorber à l'avenir les inégalités de revenus.

"L'éducation explique en grande partie les inégalités", résume Abdelhak Senhadji, directeur adjoint au FMI. "Améliorer l'accès à l'enseignement est la solution ultime pour mettre fin aux inégalités", a-t-il estimé dans un entretien à l'AFP.

L'éducation est fondamentale à deux titres, poursuit-il, car "elle permet de s'adapter à l'évolution technologique très rapide, qui est le moteur de la croissance", et c'est "une échappatoire à la pauvreté en permettant de s'élever au sein de la société et de dépasser ainsi ses conditions sociales d'origine".

"Capitaliser sur l'humain est sans doute la meilleure assurance contre l'insécurité de l'emploi liée aux rapides évolutions technologiques", a renchéri de son côté Vitor Gaspar, directeur du département des affaires budgétaires, lors d'une conférence de presse.

Certaines inégalités sont inévitables dans un système basé sur l'économie de marché, constate le FMI. Mais il s'inquiète d'une "inégalité excessive qui compromettrait la cohésion sociale, conduisant à un affaiblissement de la croissance économique", dans un rapport publié mercredi dans le cadre de ses réunions d'automne.

Les inégalités mondiales ont diminué ces dernières décennies, reflétant une solide croissance des revenus dans certains grands pays émergents, comme la Chine et l'Inde. Cependant, elles varient selon les pays: elles se sont creusées dans la plupart des pays développés quand les tendances sont plus hétérogènes dans les autres.

Au cours des trois dernières décennies, les seules inégalités de revenus se sont accrues dans 53% des pays.

Pour réduire ces écarts, le FMI préconise d'améliorer la scolarisation. Or, déplore-t-il, les enfants n'accèdent pas à l'éducation de manière égalitaire y compris dans les pays riches.

- Frustration -

Aux Etats-Unis, l'écrasante majorité des écoles publiques n'accueille ainsi pas les enfants avant l'âge de cinq ans. Mais des établissements privés "offrent" la possibilité d'une scolarisation dès deux ans dans des conditions privilégiées, moyennant une dizaine de milliers, voire quelques dizaines de milliers, de dollars par an, établissant les écarts dès la petite enfance.

Le statut socio-économique est également un facteur déterminant pour accéder à l'enseignement dans les pays en développement qui reste problématique en Afrique sub-saharienne, au Moyen-Orient et en Afrique du nord et, dans une moindre mesure, dans les pays en développement d'Asie, d'Amérique Latine et des Caraïbes, détaille le FMI.

Et lorsque les enfants de familles socialement défavorisées sont scolarisés, ils bénéficient d'un enseignement de moindre qualité, ceux-ci étant admis dans des établissements moins bien dotés de matériels pédagogiques et d'enseignants.

La Banque mondiale avait elle-même déploré récemment les dysfonctionnements scolaires et l'incompétence des enseignants se traduisant par des millions d'enfants dans le monde incapables de lire, écrire et compter bien qu'ayant passé plusieurs années sur les bancs de l'école.

Pourtant, s'attaquer à la réduction des inégalités dans l'éducation est possible sans gréver les budgets des Etats.

"Les dépenses consacrées à l'éducation représentent plus de 5% du PIB des pays développés et environ 4% du PIB des pays en voie de développement", reprend Abdelhak Senhadji, soulignant que le FMI ne préconise pas une hausse des dépenses alors que les pays sont confrontés au problème de l'endettement (plus de 110% PIB dans les pays industrialisés).

"Avec l'objectif d'une croissance qui profite au plus grand nombre, nous recommandons une meilleure distribution des dépenses en ciblant les enfants des milieux socialement défavorisés. Il faut être judicieux en ne dépensant pas nécessairement plus mais en dépensant mieux", dit-il.

Les Etats doivent non seulement évaluer la pertinence des dépenses en matière d'éducation mais encore repenser l'éducation en ayant comme objectif l'équité, insiste-t-il.

Et de citer l'exemple des pays du Golfe qui consacrent des ressources financières importantes à l'éducation en ratant pourtant leur cible.

"Les jeunes sont certes très bien éduqués mais ils n'ont pas les compétences requises sur le marché du travail. C'est comme si vous formiez des ingénieurs mais que vous aviez besoin de philosophes", commente-t-il.

"Cela crée une certaine frustration d'avoir suivi des années d'étude pour finalement être exclu du marché du travail. Quand on connait l'ampleur du chômage des jeunes, 30% dans certains pays du Moyen Orient par exemple, il y a urgence à repenser le type d'enseignement", conclut-il.

Le FMI invite les pays à miser sur l'éducation pour réduire les inégalités
 

Lire Aussi

Ajouter un commentaire

Instructions relatives aux commentaires

Nous vous encourageons à utiliser les commentaires pour engager le dialogue avec les autres utilisateurs, partager votre point de vue et poser des questions aux auteurs et utilisateurs. Toutefois, afin de maintenir un niveau de dialogue de qualité, veuillez garder à l'esprit les éléments suivants:

  • Enrichissez les débats.
  • Restez concentré et évitez les hors-sujets. Ne postez que du contenu lié au sujet abordé.
  • Soyez respectueux. Même les opinions négatives peuvent être appréhendées positivement et avec diplomatie. 
  • Utilisez un style d’écriture standard. Soignez la ponctuation et utilisez les majuscules et minuscules.
  • REMARQUE: Le spam et/ou les messages promotionnels et les liens insérés dans un commentaire seront retirés.
  • Évitez les insultes, la calomnie ou les attaques personnelles dirigées contre un auteur ou un autre utilisateur.
  • Seuls les commentaires en français sont autorisés.

Les auteurs de spam ou d'abus seront supprimés du site et interdits d'inscription à la discrétion de Investing.com.

 
Êtes-vous sûr de vouloir supprimer ce graphique ?
 
Exprimez-vous
 
Remplacer le graphique actuel par un nouveau graphique?
Publier
Publier également sur :
1000
Vous n’êtes momentanément plus autorisé à commenter, en raison de rapports utilisateur négatifs. Votre statut sera examiné par nos modérateurs.
Veuillez attendre une minute avant de soumettre un nouveau commentaire.
Merci pour votre commentaire. Nous vous informons que les commentaires soumis restent en attente jusqu’à ce qu’ils soient validés par nos modérateurs. C’est la raison pour laquelle leur publication sur notre site peut parfois prendre un certain temps.
 
Êtes-vous sûr de vouloir supprimer ce graphique ?
 
 
Remplacer le graphique actuel par un nouveau graphique?
Publier 1000
Vous n’êtes momentanément plus autorisé à commenter, en raison de rapports utilisateur négatifs. Votre statut sera examiné par nos modérateurs.
Veuillez attendre une minute avant de soumettre un nouveau commentaire.
Ajouter un graphique au commentaire
Confirmer le blocage

Voulez-vous vraiment bloquer %USER_NAME% ?

Si vous continuez, vous et %USER_NAME% ne verrez plus vos publications Investing.com mutuelles.

%USER_NAME% a bien été ajouté à votre Liste d’utilisateurs bloqués

Vous venez de débloquer cette personne et devrez attendre 48 heures avant de la bloquer de nouveau.

Signaler ce commentaire comme inapproprié

Je souhaite signaler ce commentaire comme :

Commentaire signalé

Merci

Le commentaire signalé sera révisé par nos modérateurs
Responsabilité: Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data.

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.
Inscription via Google
ou
Inscription via mail