Obtenir 40% de réduction
⚠ Alerte résultats ! quelles actions sont destinées à s'envoler ?
Découvrez les actions des ProPicks. Ces stratégies ont gagné 19,7% cette année.
Débloquer la liste

Choc inflationniste : La BCE et la Fed ne peuvent pas gagner - Game Over

Publié le 29/06/2023 16:40
Mis à jour le 29/06/2023 16:10

Investing.com - En mars 2022, la Fed a commencé à lutter contre l'inflation en augmentant les taux d'intérêt à une vitesse record, de 0,25 pour cent à 5,25 pour cent. L'inflation a ralenti de 8,5 pour cent à 4,0 pour cent, mais l'inflation de base se maintient obstinément à 5,3 pour cent. C'est une des raisons pour lesquelles le président de la Fed, Jerome Powell, prône depuis des mois que les taux d'intérêt resteront élevés pendant une période prolongée.

Il est évident que l'inflation rend cela nécessaire, mais la banque centrale américaine doit également veiller à ce que sa politique monétaire ne fasse pas exploser le budget fédéral. Or, comme l'explique Michael Maharrey dans son dernier article, ce problème devient de plus en plus urgent à chaque mois de taux d'intérêt élevés.

Maharrey écrit qu'il n'y a pas encore un mois que les républicains et les démocrates se sont mis d'accord sur une suspension du plafond de la dette. Mais en l'espace de quelques semaines, le ministère américain des Finances a déjà contracté une nouvelle dette de 700 milliards de dollars, ce qui porte la montagne de dettes à plus de 32 billions de dollars.

Une dette qui coûte de plus en plus cher au pays, car les paiements d'intérêts augmentent continuellement avec le taux directeur élevé de la Fed. Maharrey indique que ceux-ci sont passés de 350 milliards de dollars par an début 2022 à 600 milliards de dollars aujourd'hui.

En moyenne, le taux d'intérêt sur la montagne de dettes est encore inférieur à 2 pour cent, car de nombreuses obligations d'État vendues à long terme l'ont été avec de faibles rendements.

Entre-temps, la situation est toutefois très différente. Maharrey explique que le 26 juin, le ministère des Finances a vendu des obligations d'État d'une durée de trois mois à deux ans pour un montant de 120 milliards de dollars. Les taux de rendement se situaient entre 4,67 et 5,45 pour cent.

Parallèlement, la demande d'obligations d'État diminue. La Fed réduit son bilan de 60 milliards de dollars par mois. Les données du Trésor montrent que les acheteurs étrangers réduisent également leurs avoirs et que même les banques américaines se débarrassent des obligations d'État afin de réduire les risques dans leurs bilans.

La Bank of America (NYSE :BAC) parle déjà d'un "vide de la demande" pour les obligations d'État, comme le constate Maharrey. Et pour ce problème de demande, il n'y a qu'une solution : augmenter les rendements.

Car dans sa quête de rendement, le marché financier se tournera à nouveau vers les obligations d'État américaines, en priorité les obligations d'État à long terme comme celles à dix ans, dont le rendement actuel de 3,71 pour cent ne suscite pas un grand intérêt.

Pour le gouvernement et le budget américains, cela signifie toutefois qu'il faudra assurer un service de la dette plus important à long terme. Les prévisions indiquent que des paiements d'intérêts annuels de 1 billion de dollars seront bientôt dus, de l'argent qui manquera au gouvernement ailleurs.

Sur la base de ces données, Maharrey arrive à la conclusion que les Etats-Unis ne peuvent pas se permettre de payer des taux d'intérêt plus élevés pendant une période prolongée. Powell devrait donc répondre à l'appel du marché et baisser les taux d'intérêt, quel que soit le niveau de l'inflation.

Les États-Unis ne sont toutefois pas les seuls à être confrontés à ce problème, car la BCE est confrontée à un défi similaire.

L'économie est en récession, l'inflation est élevée et la géopolitique est loin d'être un environnement favorable à l'économie. À cela s'ajoute la crise climatique, qui devrait à nouveau confronter l'économie européenne à d'importants problèmes d'approvisionnement dans les semaines à venir.

Une partie du tronçon du Rhin à Kaub, important pour la navigation fluviale, a atteint un niveau d'eau très bas pour la saison. Cela faisait 30 ans que le niveau d'eau n'était pas descendu à 1,26 mètre. Le trafic fluvial risque donc d'être à nouveau fortement limité cet été, comme cela n'a été le cas que l'année dernière.

Uniper (ETR :UN01) avait déjà mis en garde l'année dernière contre des problèmes d'énergie, car si l'eau du Rhin se tarissait, il faudrait arrêter au moins une centrale électrique.

Le faible niveau a déjà des répercussions sur le transport de fioul depuis Rotterdam, comme l'a annoncé Riverlake Barging. En l'espace d'une semaine, les quantités transportées par cargo sont passées de 2.000 tonnes à 1.200 tonnes.

Si les carburants et les biens industriels ne peuvent plus être transportés du tout, cela a des conséquences directes sur la performance économique et également sur l'inflation.

Et la BCE doit prendre une décision : Laisser les taux d'intérêt élevés, lutter contre l'inflation et s'accommoder de la récession, ou baisser les taux d'intérêt, relancer l'économie et laisser l'inflation suivre son cours.

Du point de vue des politiques, la fin des hausses de taux d'intérêt est de toute façon arrivée, comme on peut l'entendre dans les pays membres de la zone euro, du Portugal à l'Italie. Et tout laisse donc à penser que l'inflation ne disparaîtra pas, mais deviendra une fidèle compagne de route.

Derniers commentaires

Les 700 Mds de nouveaux tirage sur un mois, n’ont pas eu d’effet. Il se pourrait bien que les 800 Mds à venir n’aient pas d’effet non-plus. Par ailleurs l’inflation augmente les ressources des Etats et diminue la masse de la dette
La hausse des taux a pour objectif de ralentir l’économie pour baisser les pressions inflationnistes. Au vu des chiffres de l’emploi et du pib us, on a le sentiment que ce n’est guère efficace. Est-ce vraiment la bonne voie ?
faut des storm shadow
La base de l inflatio est le cout de l energie et les taux d interet n y changeront rien.
le terme inflation ne signifie rien du tout si on indique pas le taux d'inflation : 3 % c'est acceptable, à partir de 10 % on court à la catastrophe et le système économique échappe à tout contrôle
Au canada on est a rendu a 3.4% fak on se calme les titre alarmiste
Si les retraites et les salaires ne suivent pas on s'appauvrit. Avant l'inflation 0 on avait pris beaucoup de retard parce que les retraites et salaires avaient cessé d'être indexés sur l'inflammation. Ça a commencé sous Raimond Barre en 1983....et ensuite merci les 35 heures.....Avec 4 heures de travail en moins il était normal que les salaires ne suivent plus pendant des années et des années...
Ici on parle de 5-6%….
Installez nos applications
Divulgation des risques: Négocier des instruments financiers et/ou des crypto-monnaies implique des risques élevés, notamment le risque de perdre tout ou partie de votre investissement, et cela pourrait ne pas convenir à tous les investisseurs. Les prix des crypto-monnaies sont extrêmement volatils et peuvent être affectés par des facteurs externes tels que des événements financiers, réglementaires ou politiques. La négociation sur marge augmente les risques financiers.
Avant de décider de négocier des instruments financiers ou des crypto-monnaies, vous devez être pleinement informé des risques et des frais associés aux transactions sur les marchés financiers, examiner attentivement vos objectifs de placement, votre niveau d'expérience et votre tolérance pour le risque, et faire appel à des professionnels si nécessaire.
Fusion Media tient à vous rappeler que les données contenues sur ce site Web ne sont pas nécessairement en temps réel ni précises. Les données et les prix sur affichés sur le site Web ne sont pas nécessairement fournis par un marché ou une bourse, mais peuvent être fournis par des teneurs de marché. Par conséquent, les prix peuvent ne pas être exacts et peuvent différer des prix réels sur un marché donné, ce qui signifie que les prix sont indicatifs et non appropriés à des fins de trading. Fusion Media et les fournisseurs de données contenues sur ce site Web ne sauraient être tenus responsables des pertes ou des dommages résultant de vos transactions ou de votre confiance dans les informations contenues sur ce site.
Il est interdit d'utiliser, de stocker, de reproduire, d'afficher, de modifier, de transmettre ou de distribuer les données de ce site Web sans l'autorisation écrite préalable de Fusion Media et/ou du fournisseur de données. Tous les droits de propriété intellectuelle sont réservés par les fournisseurs et/ou la plateforme d’échange fournissant les données contenues sur ce site.
Fusion Media peut être rémunéré par les annonceurs qui apparaissent sur le site Web, en fonction de votre interaction avec les annonces ou les annonceurs.
La version anglaise de ce document est celle qui s'impose et qui prévaudra en cas de différence entre la version anglaise et la version française.
© 2007-2024 - Fusion Media Ltd Tous droits réservés