Obtenir 40% de réduction
⚠ Alerte résultats ! quelles actions sont destinées à s'envoler ?
Découvrez les actions des ProPicks. Ces stratégies ont gagné 19,7% cette année.
Voir la liste compète

La fin de la BCE – Les États-Unis déclarent la guerre à l’euro

Publié le 01/09/2023 19:35
Mis à jour le 01/09/2023 16:06
© Investing.com

Investing.com - L'euro n'a pas eu la vie facile depuis son introduction officielle en tant que moyen de paiement en 2001. Considérée comme une alternative au dollar, la monnaie unique était au bord du gouffre onze ans seulement après sa création.

La crise de la dette issue de la crise financière de 2008 menaçait de faire s'effondrer l'euro et la zone euro. Seule l'intervention courageuse du président de la BCE de l'époque, Mario Draghi, a empêché la destruction de l'Eurosystème.

Aujourd'hui, onze ans plus tard, la survie de l'euro semble à nouveau compromise. Mais cette fois-ci, la BCE n'a plus le pouvoir de décider elle-même si l'euro disparaîtra de la scène, comme l 'a expliqué Tom Luongo.

Le grand problème de la présidente de la BCE Lagarde est la crédibilité. Elle devrait convaincre le marché qu'elle est sérieuse dans sa lutte contre l'inflation (dévaluation de l'euro).

Le président de Fed Powell n'a pas ce problème, le marché le croit quand il dit que les taux d'intérêt, actuellement de 5,5 pour cent, resteront élevés pendant une longue période. Il a lui-même déjà prédit que l'inflation n'atteindrait pas l'objectif de 2 pour cent avant 2025. En conséquence des taux d'intérêt et des prévisions, les rendements des obligations américaines sont supérieurs à ceux de leurs concurrentes européennes et les investisseurs transfèrent ainsi des fonds de l'euro vers le dollar dans leur quête de rendement.

Les marchés n'ont donc pas confiance en la BCE, car l'annonce de l'arrêt des programmes QE (faire tourner la planche à billets) s'est accompagnée de la création du fameux instrument de protection de la transmission (TPI). Celui-ci, comme le dit Luongo, n'est rien d'autre que le QE, mais sous une autre forme - un tour de passe-passe que le marché a compris.

Mais Lagarde n'a pas d'autre choix, car elle doit éviter que le marché obligataire européen ne s'effondre. Luongo parle à ce propos d'un "patient cancéreux au stade IV". Arrivé à ce point, la politique de la BCE et, par conséquent, l'euro deviennent le jouet des marchés.

Les données économiques américaines sont meilleures que celles de l'UE, ce qui permet à Powell d'envisager beaucoup plus sereinement la nouvelle vague d'inflation des matières premières qui, selon lui, nous attend.

Cette inflation n'avait diminué temporairement que parce que le président américain Biden avait décidé de vendre les stocks stratégiques de pétrole brut américains. Lagarde et l'euro en ont davantage profité que le dollar, car l'Europe est beaucoup plus dépendante des importations de pétrole. Mais ce soutien est désormais caduc, explique Luongo.

Lagarde a les mains liées à ce stade. Quel que soit l'état de l'économie européenne, elle doit suivre la politique monétaire de la Fed. Si elle ne le fait pas, "la sortie de capitaux d'Europe passera d'un petit ruisseau dans l'arrière-cour à un déluge biblique", comme le décrit Luongo.

Le résultat serait que ni les spreads obligataires ni l'euro ne pourraient être défendus. L'euro et la zone euro cesseraient d'exister.

Même la Banque du Japon (BoJ) est mieux placée, malgré ses problèmes de déflation qui durent depuis des décennies. Tout d'abord, ses fondamentaux semblent meilleurs que ceux de l'UE et le Japon n'a pas commis l'erreur de s'affranchir des livraisons de pétrole russe. Bien au contraire, le Japon importe plus de pétrole russe qu'il ne l'a jamais fait auparavant.

Le président de la BoJ, M. Ueda, a annoncé qu'il allait assouplir le contrôle de la courbe de rendement, ce qui a augmenté l'incertitude sur les marchés. Luongo indique que les traders doivent être plus attentifs à ces évolutions de la politique monétaire. Car elles montrent clairement une chose : il n'y aura plus d'actions coordonnées des banques centrales comme cela a été le cas pendant 10 ans.

Avec la dégradation de la note des États-Unis par S&P en 2011, toutes les grandes banques centrales se sont unies pour se vendre mutuellement des obligations et fournir des liquidités. Cette ère a pris fin en juin 2021, lorsque Powell a augmenté le taux de prise en pension de 5 points de base, sans consultation, afin d'éviter que les rendements des bons du Trésor à 30 jours ne deviennent négatifs.

Ce fut la première salve avec laquelle la Fed a lancé la guerre des devises qui venait d'être déclenchée. Même si 5 points de base n'ont pas l'air d'être beaucoup, cette mesure a eu pour effet de retirer en un rien de temps 1 000 milliards de dollars du marché international des capitaux, qui ont afflué aux États-Unis et y ont déchaîné l'inflation qui y sommeillait jusqu'alors.

Les banques centrales sont redevenues des combattants solitaires et chacune d'entre elles utilisera toutes les possibilités pour avoir une longueur d'avance dans la guerre monétaire mondiale.

Un "déplacement sismique" des flux de capitaux est imminent, selon Luongo. La secrétaire au Trésor américain Yellen va inonder les marchés d'obligations d'État américaines afin que le gouvernement Biden puisse financer ses innombrables programmes de relance. Cela donne à Powell la possibilité de maintenir sa politique monétaire restrictive et même d'augmenter encore les taux d'intérêt.

La BCE doit suivre, même si la zone euro est déjà en récession, car il n'y a plus d'autre possibilité de défendre l'euro. L'euro et le dollar sont dans une guerre que l'euro ne peut pas gagner.

Lagarde ne peut qu'espérer que l'économie américaine se portera bientôt si mal que Powell devra baisser les taux d'intérêt. Sinon, l'euro ne figurera plus que dans les livres d'histoire, où l'on pourra lire que cette expérience était vouée à l'échec dès le départ.

Derniers commentaires

La France et la zone Euro ont creusés leurs propre tombe en coupant tout lien avec la russie car les USA ont toujours eu un plan B depuis le depart mais l’Euro a foncé tête baisser sans aucun plan d’action bien établi
Que tu crois naïvement. L'UE joue sa propre partition.
C'est la Russie qui s'est exclue elle même de son propre continent en attaquant des pays Européens.
L'économie des USA est meilleur que celle de l'Europe, parce qu'on a suivi des Américains dans cette guerre contre la Russie sans y être près, alors que eux si, depuis 75 ans. Eux sont indépendants dans pleins de secteurs et surtout l'énergie, alors que nous on doit raquer au prix fort le pétrole et le gaz. aux Chinois, Indiens, Suédois, Norvégiens, Arabes,.... De plus on subit le dollar, comme beaucoup de pays se plaignent, alors qu'on pourrait payer en euros....
mdrrrr deja les ricain et leurope ne font pas la guerre a la pauv ru , ils ont prit des sanction suite a la guerre que fait la pauv ru a lukraine , et ont fait credit sur notre soutien militaire .... lessence en fr 80centime € le litre HT ;) ahahah
Si c'est pour avoir une monnaie de singe autant payer en $ pour faire ' un peu le poids contre le BRICS!
Mais quel torchon de décérébré !
Un petit oubli : Si l’Euro baisse l’UE devient plus competitive, ce qui beneficie en définitive à l’Euro. C un grave oubli pour une prétendue economiste ou economiste biaisée ?
ouai, c'est sûr qu'on sera beaucoup plus compétitifs sans pétrole... l'euro qui baisse, c'est le pétrole qui augmente et comme en plus, on a fait la belle connerie d'arrêter au diable Poutine, bah autant dire que ça va être joli à voir
oui lais comme on est plus une économie d'importation on est plutôt pas bien... par contre pourquoi pas en profiter pour relocaliser
Oui mais avec le poid de l’energie qui va perser lourd et qui va augmenter avec la baisse de l’euro, difficile de dire si nos industrie trouverons de la rentabilité en tournant a plein regime On est mal, on est mal
Merci ChatGPT.
le plus rigolo c'est vos commentaires et ouia et ouia je vous l'avais dis que c'etais la fin du monde !!!
N’importe la ouate encore un article de mer de
Wow, quelle analyse ! Vous m'avez convaincu 🤡🤡🤡🤡
bah si ta besoin d etre convaincu pour une évidence ^^---- ter emoji préférés semble parfaitement te correspondre ahah
c'est clair que c'est parti pour ,après dans combien de temps .Avec l'Afrique qui se barre ,ça va aller très vite .Les dominos tombent très vite maintenant.
par contre toi tu n'es pas clair
les jeune dictature ne vivent que la duree de leur dictateur ^^----donc les domino tombe avec le temps , seul les démocratie survivent ^^----
Comme dirait Dominique : ponzi!!!😂
boh il le dit sur btc ou crypto , sur des truc qui ont un sens reel ^^---- mais merci de prouve votre incompréhension ou votre aveuglement au yeux de tous ^^-----
Pourquoi investing écrit des torchons pareils? La réponse est simple, ils savent qu'il existe ici un public friand de ce type d'article et qu'en plus avec l'IA, il est de plus en plus facile de les écrire, pourquoi s'en priver ? Il faut que ce public reste sur investing car il est facile à capter si on lui donne ce qu'il demande.
il faut surtout apprendre à reconnaitre un billet qui a de la teneur (même si imparfait) d'un billet qui "fleurt" avec uniquement l'appât du gain et cela que ce soit sur investing.com comme ailleurs..
Les articles de faible qualité sont simples à identifier, ce sont ceux qui ne renvoient pas vers un site externe. Bref tous les articles rédigés par investing et ses rédacteurs anti démocratie.
Absolument d'accord. Il aurait été bon d'exposer les faits sans expliquer que Mme Lagarde ne va pas sauver notre pauvre Europe. La planche à billets ne tourne pas ? Tant mieux on aura des sous quand on en aura vraiment besoin. Et si l'euro est dévalué alors ça fera venir beaucoup de dollars. Je ne vois pas comment on peut qualifier cet article d'analyse économique. C'est plutôt un torchon mal écrit qui suppose l'avenir. Je peux vous présenter une femme voyante marabout d'Égypte qui aura le même impact.
bla bla bla...
« Seule l'intervention courageuse du président de la BCE de l'époque, Mario Draghi, a empêché la destruction de l'Eurosystème » Ont parle du meme Mario sérieusement?😂😂
max hezenhours disait, que l'argent volé ne survit pas longtemps..et le bandit payera le dernier sous..
Du grand n’importe quoi… et il fallait bien glisser l’anecdote pro russe en passant XD
Postulat imposé ne reposant sur une source vérifiable avec aucun événement daté ou chiffré. C'est comme ça que l'on reconnaît une fake news.
le mouvement de aujourd'hui juste waou sa vend l'euro massivement c'est un truc de fou .
C'est un IA qui génère ces torchons ?
isse vous êtes partout la parole
je pense qu'une IA n'aurait pas écrit autant de bêtises...
ça devient dingue le vrai et le faux se mélangent...
Le franc suisse meilleure monnaie du monde et en sus c’est un petit pays!!!!
Oui envahissons la suite pour mettre le main sur les milliards d’argent blanchi
C'est tout de même incroyable, le CHF écrase toutes les monnaies, le CHFJPY c'est une grosse blague...
Ptdrrrr!! Je lit juste le titre ca me suffit!
Wahooo
On est sur le Gorafi ou bien un site d’investissement serieux ?
Salut
Installez nos applications
Divulgation des risques: Négocier des instruments financiers et/ou des crypto-monnaies implique des risques élevés, notamment le risque de perdre tout ou partie de votre investissement, et cela pourrait ne pas convenir à tous les investisseurs. Les prix des crypto-monnaies sont extrêmement volatils et peuvent être affectés par des facteurs externes tels que des événements financiers, réglementaires ou politiques. La négociation sur marge augmente les risques financiers.
Avant de décider de négocier des instruments financiers ou des crypto-monnaies, vous devez être pleinement informé des risques et des frais associés aux transactions sur les marchés financiers, examiner attentivement vos objectifs de placement, votre niveau d'expérience et votre tolérance pour le risque, et faire appel à des professionnels si nécessaire.
Fusion Media tient à vous rappeler que les données contenues sur ce site Web ne sont pas nécessairement en temps réel ni précises. Les données et les prix sur affichés sur le site Web ne sont pas nécessairement fournis par un marché ou une bourse, mais peuvent être fournis par des teneurs de marché. Par conséquent, les prix peuvent ne pas être exacts et peuvent différer des prix réels sur un marché donné, ce qui signifie que les prix sont indicatifs et non appropriés à des fins de trading. Fusion Media et les fournisseurs de données contenues sur ce site Web ne sauraient être tenus responsables des pertes ou des dommages résultant de vos transactions ou de votre confiance dans les informations contenues sur ce site.
Il est interdit d'utiliser, de stocker, de reproduire, d'afficher, de modifier, de transmettre ou de distribuer les données de ce site Web sans l'autorisation écrite préalable de Fusion Media et/ou du fournisseur de données. Tous les droits de propriété intellectuelle sont réservés par les fournisseurs et/ou la plateforme d’échange fournissant les données contenues sur ce site.
Fusion Media peut être rémunéré par les annonceurs qui apparaissent sur le site Web, en fonction de votre interaction avec les annonces ou les annonceurs.
La version anglaise de ce document est celle qui s'impose et qui prévaudra en cas de différence entre la version anglaise et la version française.
© 2007-2024 - Fusion Media Ltd Tous droits réservés