Obtenir 40% de réduction
🚀 Notre IA a sélectionné 6 actions qui ont bondi de +25% au T1. Quelles sont les actions qui s'envoleront au T2 ?Voir la liste compète

Bangladesh: Une femme tuée lors de manifestations pour des hausses de salaire dans le textile

Publié le 08/11/2023 12:41
Mis à jour le 08/11/2023 12:45
© Reuters. Les forces de sécurité devant des usines de confection, suite à des affrontements entre les travailleurs de l'industrie du vêtement et la police au sujet des salaires, dans la région d'Ashulia, dans la banlieue de Dhaka, au Bangladesh. /Photo prise l

par Ruma Paul

DACCA (Reuters) - Une femme a été tuée mercredi au Bangladesh lors d'affrontements entre des ouvriers du secteur textile demandant des hausses de salaires et les forces de l'ordre qui ont usé de tirs de gaz lacrymogène et de balles en caoutchouc.

L'ouvrière a été blessée dans les affrontements à Dacca, la capitale du pays, et est décédée sur le chemin de l'hôpital, a annoncé la police sans donner plus de détails. C'est la troisième mort depuis le début du mouvement de contestation observée en une semaine.

Mardi, le gouvernement du Bangladesh a annoncé une hausse du salaire minimum de 56,25% à 12.500 taka (114 euros), la première augmentation en cinq ans, mais les ouvriers demandent près du double.

La police a déclaré avoir fait usage de gaz lacrymogène et tiré des balles en caoutchouc pour disperser les centaines d'ouvriers qui sont descendus dans les rues de Gazipur, zone manufacturière aux environs de la capitale Dacca.

"Les travailleurs ont bloqué les routes et vandalisé plusieurs véhicules. Nous avons dû faire usage de gaz lacrymogène, de balles en caoutchouc et de grenades sonores pour disperser les ouvriers qui nous jetaient des morceaux de briques", a déclaré l'agent de police Ashraf Uddin.

La zone reste sous haute tension et la présence policière est importante.

Le représentant des propriétaires dans les discussions salariales, Siddiqur Rahman, a exhorté les ouvriers à reprendre le chemin du travail.

"Dans le plus grand intérêt du secteur, nous avons accepté les augmentations (de salaire, ndlr). Tout le monde doit s'abstenir d'une telle anarchie, sinon ils en paieront les conséquences. Si les usines ferment, comment allez-vous gagner votre vie ?", a-t-il déclaré.

Le Bangladesh a construit son industrie textile en tirant profit de salaires bas avec près de 4.000 usines employant quatre millions d'ouvriers, fournissant des marques comme H&M (ST:HMb), Inditex (BME:ITX) (Zara) ou encore GAP (NYSE:GPS).

Le secteur du prêt-à-porter est crucial pour l'économie du pays, représentant près de 16% du PIB bangladais.

SECTEUR AU RALENTI

Comme de nombreux vendeurs de biens de consommations, les géants de la mode font face à une économie qui ralenti et des consommateurs qui achètent moins, ce qui a mené à une baisse de 14% des exportations textiles du Bangladesh le mois dernier.

"Le timing n'est pas bon", déclare Fazlul Hoque, directeur-manager à Plummy Fashions et ancien président de l'Association des fabricants et exportateurs de textile, au sujet de la hausse des salaires.

"Le secteur est déjà en difficultés, les commandes ralentissent, l'approvisionnement en énergie n'est pas suffisant et la situation économique générale n'est pas bonne. Dans ce contexte, une grosse hausse de salaires sera difficile (...) mais je conviens que c'est une demande légitime des ouvriers", a-t-il déclaré, ajoutant que ces hausses de salaires pourraient contribuer à une augmentation de 5 à 6% du coût total.

Ces manifestations coïncident avec des protestations contre le gouvernement exigeant la démission de la Première ministre Sheikh Hasina et appelant à la tenue d'élections libres.

Le mois dernier, plusieurs marques de textiles dont Levis, Puma ou encore Adidas (ETR:ADSGN) ont écrit une lettre à la Première ministre pour communiquer sur leur engagement à de plus hauts salaires.

"Nous continuons à recommander que le gouvernement du Bangladesh adopte un salaire minimal pour s'adapter aux changements macro-économiques", indique la lettre.

© Reuters. Les forces de sécurité devant des usines de confection, suite à des affrontements entre les travailleurs de l'industrie du vêtement et la police au sujet des salaires, dans la région d'Ashulia, dans la banlieue de Dhaka, au Bangladesh. /Photo prise le 8 novembre 2023/REUTERS/Mohammad Ponir Hossain

Mais pour Abdus Salam Murshedy directeur de Envoy Group qui a pour client Walmart (NYSE:WMT), Zara et American Eagle Outfitter, les clients son réticents à "payer le bon prix, le prix juste" dans un contexte tendu marqué par la guerre en Ukraine et la situation au Moyen-Orient.

"Le secteur doit être en moyen de payer pour les coûts. S'il n'y a pas d'industrie, où iront travailler les ouvriers ?", interroge-t-il.

(Version française Zhifan Liu, édité par Kate Entringer)

Derniers commentaires

Le timing n'est jamais bon pour augmenter les salaires et le chantage à l'emploi est toujours de mise . Pour ce qui est des violences policières , ils ont certainement pris des stages de formation avec les FDO Françaises 🤣
lol sauf que la , le pays et limite en train de couler , pays pauvre , le chantage a l emploi dans ce contexte ne poussera cas un changement d ouvrier , et les violence policiere ont toujour exister face au violence des manif ;)
Installez nos applications
Divulgation des risques: Négocier des instruments financiers et/ou des crypto-monnaies implique des risques élevés, notamment le risque de perdre tout ou partie de votre investissement, et cela pourrait ne pas convenir à tous les investisseurs. Les prix des crypto-monnaies sont extrêmement volatils et peuvent être affectés par des facteurs externes tels que des événements financiers, réglementaires ou politiques. La négociation sur marge augmente les risques financiers.
Avant de décider de négocier des instruments financiers ou des crypto-monnaies, vous devez être pleinement informé des risques et des frais associés aux transactions sur les marchés financiers, examiner attentivement vos objectifs de placement, votre niveau d'expérience et votre tolérance pour le risque, et faire appel à des professionnels si nécessaire.
Fusion Media tient à vous rappeler que les données contenues sur ce site Web ne sont pas nécessairement en temps réel ni précises. Les données et les prix sur affichés sur le site Web ne sont pas nécessairement fournis par un marché ou une bourse, mais peuvent être fournis par des teneurs de marché. Par conséquent, les prix peuvent ne pas être exacts et peuvent différer des prix réels sur un marché donné, ce qui signifie que les prix sont indicatifs et non appropriés à des fins de trading. Fusion Media et les fournisseurs de données contenues sur ce site Web ne sauraient être tenus responsables des pertes ou des dommages résultant de vos transactions ou de votre confiance dans les informations contenues sur ce site.
Il est interdit d'utiliser, de stocker, de reproduire, d'afficher, de modifier, de transmettre ou de distribuer les données de ce site Web sans l'autorisation écrite préalable de Fusion Media et/ou du fournisseur de données. Tous les droits de propriété intellectuelle sont réservés par les fournisseurs et/ou la plateforme d’échange fournissant les données contenues sur ce site.
Fusion Media peut être rémunéré par les annonceurs qui apparaissent sur le site Web, en fonction de votre interaction avec les annonces ou les annonceurs.
La version anglaise de ce document est celle qui s'impose et qui prévaudra en cas de différence entre la version anglaise et la version française.
© 2007-2024 - Fusion Media Ltd Tous droits réservés