🔥 Des choix d'actions premium alimentés par l'IA sur InvestingPro Jusqu'à -50 %PROFITER DES SOLDES

Les principales plateformes des "Big Tech" sous le feu de la Commission européenne

Publié le 06/09/2023 14:05
Mis à jour le 06/09/2023 15:25
© Reuters. Des drapeaux européens flottent devant le siège de la Commission européenne à Bruxelles, Belgique. /Photo prise le 13 mars 2023/REUTERS/Yves Herman
MSFT
-
GOOGL
-
AAPL
-
AMZN
-
META
-
005930
-
GOOG
-

STOCKHOLM (Reuters) - La Commission européenne a désigné mercredi 22 plateformes appartenant à six géants du numérique en tant que "contrôleurs d'accès" dans le cadre du règlement sur les marchés numériques, les soumettant ainsi à des règles plus strictes.

Alphabet (NASDAQ:GOOGL), Amazon (NASDAQ:AMZN), Apple (NASDAQ:AAPL), Meta, Microsoft (NASDAQ:MSFT) et le chinois ByteDance, propriétaire de TikTok, sont concernés.

Une liste de devoirs et d'interdictions, établie dans le cadre du règlement DMA (pour "Digital Markets Act") de l'Union européenne, obligera le secteur à revoir radicalement ses pratiques commerciales, ce qui pourrait encourager d'autres pays à prendre des mesures similaires.

En vertu du règlement DMA, entré en vigueur en novembre, les entreprises comptant plus de 45 millions d'utilisateurs actifs mensuels et une capitalisation boursière de 75 milliards d'euros sont considérées comme des "contrôleurs d'accès" fournissant un service de plateforme de base.

Les entreprises désignées comme telles devront faire en sorte que leurs applications de messagerie soient compatibles avec celles de leurs concurrents et laisser les utilisateurs décider des applications à préinstaller sur leurs appareils.

Google, la société d'Alphabet, a le plus grand nombre de services concernés par la liste de la Commission, dont le système d'exploitation Android, Maps et Search.

Les applications Facebook (NASDAQ:META), Instagram, Marketplace et WhatsApp, propriété de Meta, ont également été classées comme "contrôleurs d'accès".

Ces "contrôleurs d'accès" disposent de six mois pour démontrer qu'ils respectent leurs obligations mais doivent immédiatement nommer un responsable du respect des règles, directement rattaché au conseil d'administration, et informer la Commission de tout projet de fusion ou d'acquisition, a déclaré mardi Thierry Breton, commissaire européen au Marché intérieur.

Les entreprises sont passibles d'une amende pouvant aller jusqu'à 10% de leur chiffre d'affaires annuel total.

EXEMPTIONS

Les "contrôleurs d'accès" peuvent demander une mesure provisoire pour suspendre l'application des règles mais ils doivent pour cela engager une action en justice devant la Cour de justice de l'UE à Luxembourg, a déclaré un haut fonctionnaire de la Commission.

"Nous n'avons rien vu de tel jusqu'à présent", a-t-il ajouté.

A la suite de l'introduction d'une législation distincte, le règlement sur les services numériques ("Digital Services Act", ou DSA), Zalando a attaqué la Commission en justice en juin.Gmail d'Alphabet, Outlook de Microsoft et le navigateur de Samsung (KS:005930) n'ont pas été désignés comme des "contrôleurs d'accès", les entreprises ayant fourni des explications suffisamment argumentées montrant que ces services ne répondent pas à cette qualification, a déclaré la Commission."Au cours des derniers mois, nous nous sommes efforcés de répondre aux nouvelles exigences du règlement sur les marchés numériques et nous allons maintenant examiner la décision (de mercredi) dans son intégralité", a déclaré Oliver Bethell, directeur des affaires juridiques chez Google.

© Reuters. Des drapeaux européens flottent devant le siège de la Commission européenne à Bruxelles, Belgique. /Photo prise le 13 mars 2023/REUTERS/Yves Herman

La Commission a également ouvert quatre enquêtes de marché afin d'évaluer les arguments de Microsoft et d'Apple selon lesquels la désignation de "contrôleurs d'accès" ne s'applique pas à certaines de leurs plateformes, telles que Bing, Edge et Microsoft Advertising, ainsi que les services iMessage d'Apple.

"iMessage est conçu et commercialisé pour les communications personnelles des consommateurs, et nous sommes impatients d'expliquer à la Commission pourquoi iMessage n'entre pas dans le champ d'application du DMA", a déclaré un porte-parole d'Apple.

(Reportage Supantha Mukherjee à Stockholm, Foo Yun Chee à Bruxelles, version française Corentin Chappron et Augustin Turpin, édité par Blandine Hénault)

Derniers commentaires

Installez nos applications
Divulgation des risques: Négocier des instruments financiers et/ou des crypto-monnaies implique des risques élevés, notamment le risque de perdre tout ou partie de votre investissement, et cela pourrait ne pas convenir à tous les investisseurs. Les prix des crypto-monnaies sont extrêmement volatils et peuvent être affectés par des facteurs externes tels que des événements financiers, réglementaires ou politiques. La négociation sur marge augmente les risques financiers.
Avant de décider de négocier des instruments financiers ou des crypto-monnaies, vous devez être pleinement informé des risques et des frais associés aux transactions sur les marchés financiers, examiner attentivement vos objectifs de placement, votre niveau d'expérience et votre tolérance pour le risque, et faire appel à des professionnels si nécessaire.
Fusion Media tient à vous rappeler que les données contenues sur ce site Web ne sont pas nécessairement en temps réel ni précises. Les données et les prix sur affichés sur le site Web ne sont pas nécessairement fournis par un marché ou une bourse, mais peuvent être fournis par des teneurs de marché. Par conséquent, les prix peuvent ne pas être exacts et peuvent différer des prix réels sur un marché donné, ce qui signifie que les prix sont indicatifs et non appropriés à des fins de trading. Fusion Media et les fournisseurs de données contenues sur ce site Web ne sauraient être tenus responsables des pertes ou des dommages résultant de vos transactions ou de votre confiance dans les informations contenues sur ce site.
Il est interdit d'utiliser, de stocker, de reproduire, d'afficher, de modifier, de transmettre ou de distribuer les données de ce site Web sans l'autorisation écrite préalable de Fusion Media et/ou du fournisseur de données. Tous les droits de propriété intellectuelle sont réservés par les fournisseurs et/ou la plateforme d’échange fournissant les données contenues sur ce site.
Fusion Media peut être rémunéré par les annonceurs qui apparaissent sur le site Web, en fonction de votre interaction avec les annonces ou les annonceurs.
La version anglaise de ce document est celle qui s'impose et qui prévaudra en cas de différence entre la version anglaise et la version française.
© 2007-2024 - Fusion Media Ltd Tous droits réservés