⌛ Avez-vous raté le gain de 13% des ProPicks en mai? Profitez de nos choix d'actions pour juin.Voir actions

OpenAI rétablit Sam Altman au poste de DG après son éviction tumultueuse

Publié le 22/11/2023 08:33
© Reuters. Photo d'archives de Sam Altman lors du sommet des chefs d'entreprise de la Coopération économique Asie-Pacifique (APEC) à San Francisco, Californie, États-Unis /Photo prise le 16 novembre 2023/REUTERS/Carlos Barria
MSFT
-

SAN FRANCISCO (Reuters) - OpenAI a déclaré mardi avoir conclu un accord pour que Sam Altman reprenne son poste de directeur général quelques jours après son éviction soudaine, mettant fin à des discussions frénétiques sur l'avenir de la start-up créatrice du logiciel ChatGPT.

Outre le retour de Sam Altman, la société a accepté de réorganiser en partie le conseil d'administration qui l'avait démis de ses fonctions. L'ancien co-PDG de Salesforce, Bret Taylor, et l'ancien secrétaire au Trésor américain, Larry Summers, doivent notamment y rejoindre le PDG de Quora, Adam D'Angelo, qui faisait partie du conseil "originel", a déclaré OpenAI.

"Je suis impatient de revenir à OpenAI", a déclaré Sam Altman sur la plateforme X.

Son retour met fin à une période tumultueuse au cours de laquelle Sam Altman avait accepté de rejoindre Microsoft (NASDAQ:MSFT), le principal bailleur de fonds d'OpenAI, pour y diriger une nouvelle équipe de recherche sur l'IA.

Cette annonce faisait suite au rejet par le conseil d'administration d'OpenAI de sa première tentative de retour dans la start-up, dimanche, et à la nomination du cofondateur et ex-dirigeant de Twitch, Emmett Shear, au poste de directeur général par intérim.

Emmett Shear s'est félicité sur la plateforme X du retour de Sam Altman, résultat selon lui de "72 heures de travail très intenses".

Les ressors de la tentative de mise à l'écart de Sam Altman de la start-up restent flous, le conseil d'administration ayant seulement évoqué à l'époque, sans plus de précisions, un manque de franchise du dirigeant dans ses communications.

VICTOIRE DE LA LIGNE COMMERCIALE ?

Selon les analystes, son éviction a illustré les tensions croissantes entre les tenants de la ligne originelle d'OpenAI - une organisation à but non lucratif qui dit ambitionner de développer une technologie au service de l'humanité -, incarnés par le responsable scientifique de la société et membre du conseil d'administration, Ilya Sutskever, et les partisans d'une approche plus commerciale souhaitée par les investisseurs en demande de retour financier, illustrée par le logiciel controversé ChatGPT.

La brutalité de l'annonce avait cependant surpris jusqu'au sein d'OpenAI et de Microsoft, qui avait réagi rapidement pour limiter les dégâts en promettant d'embaucher Sam Altman ainsi que Greg Brockman, président de la start-up.

Greg Brockman, qui avait démissionné d'OpenAI après l'éviction de Sam Altman, a déclaré sur la plateforme X qu'il "se remettait au codage ce soir".

Selon une lettre consultée par Reuters, la quasi-totalité des plus de 700 employés d'OpenAI avaient menacé lundi de démissionner à moins que le conseil d'administration ne réintègre Sam Altman et Greg Brockman.

Le directeur général de Microsoft, Satya Nadella, s'est pour sa part félicité des changements apportés au conseil d'administration d'OpenAI.

© Reuters. Photo d'archives de Sam Altman lors du sommet des chefs d'entreprise de la Coopération économique Asie-Pacifique (APEC) à San Francisco, Californie, États-Unis /Photo prise le 16 novembre 2023/REUTERS/Carlos Barria

"Nous pensons qu'il s'agit d'une première étape essentielle sur la voie d'une gouvernance plus stable, mieux informée et plus efficace", a-t-il déclaré sur X.

Pour l'heure, Microsoft, qui détient 49% du capital d'OpenAI, n'a pas précisé s'il obtiendrait un siège au conseil d'administration de la start-up dans le cadre de la réorganisation.

(Reportage Jeffrey Dastin à San Francisco et Shivani Tanna à Bangalore ; version française Lina Golovnya et Tangi Salaün, édité par Blandine Hénault)

Derniers commentaires

Installez nos applications
Divulgation des risques: Négocier des instruments financiers et/ou des crypto-monnaies implique des risques élevés, notamment le risque de perdre tout ou partie de votre investissement, et cela pourrait ne pas convenir à tous les investisseurs. Les prix des crypto-monnaies sont extrêmement volatils et peuvent être affectés par des facteurs externes tels que des événements financiers, réglementaires ou politiques. La négociation sur marge augmente les risques financiers.
Avant de décider de négocier des instruments financiers ou des crypto-monnaies, vous devez être pleinement informé des risques et des frais associés aux transactions sur les marchés financiers, examiner attentivement vos objectifs de placement, votre niveau d'expérience et votre tolérance pour le risque, et faire appel à des professionnels si nécessaire.
Fusion Media tient à vous rappeler que les données contenues sur ce site Web ne sont pas nécessairement en temps réel ni précises. Les données et les prix sur affichés sur le site Web ne sont pas nécessairement fournis par un marché ou une bourse, mais peuvent être fournis par des teneurs de marché. Par conséquent, les prix peuvent ne pas être exacts et peuvent différer des prix réels sur un marché donné, ce qui signifie que les prix sont indicatifs et non appropriés à des fins de trading. Fusion Media et les fournisseurs de données contenues sur ce site Web ne sauraient être tenus responsables des pertes ou des dommages résultant de vos transactions ou de votre confiance dans les informations contenues sur ce site.
Il est interdit d'utiliser, de stocker, de reproduire, d'afficher, de modifier, de transmettre ou de distribuer les données de ce site Web sans l'autorisation écrite préalable de Fusion Media et/ou du fournisseur de données. Tous les droits de propriété intellectuelle sont réservés par les fournisseurs et/ou la plateforme d’échange fournissant les données contenues sur ce site.
Fusion Media peut être rémunéré par les annonceurs qui apparaissent sur le site Web, en fonction de votre interaction avec les annonces ou les annonceurs.
La version anglaise de ce document est celle qui s'impose et qui prévaudra en cas de différence entre la version anglaise et la version française.
© 2007-2024 - Fusion Media Ltd Tous droits réservés