🚀 Notre IA superforme en mai. PRFT fait +55% en 16 jours ! Les choix de juin arrivent.Voir actions

Boeing plonge à Wall Street, quid des obligations?

Publié le 09/01/2024 13:51
BA
-
AIR
-

L’histoire se répète pour Boeing (NYSE:BA), le géant américain de l'aviation, rattrapé une nouvelle fois par des soucis de sécurité et de qualité, entraînant une chute de 8% de l'action hier soir à la bourse de New York. Sur le secondaire, l’obligation remboursable en 2026 fait preuve de davantage de stabilité.

Alors que les images d’une porte d’un Boeing arrachée peu après le décollage font froid dans le dos, les inspections d'autres appareils de l’avionneur américain se sont multipliées depuis dimanche, entraînant des immobilisations et des annulations de dizaines de vols.

La Federal Aviation Administration a ainsi exigé des inspections immédiates de certains Boeing avant qu'ils ne puissent reprendre le vol, précisant que 171 avions dans le monde seraient concernés, avec des inspections qui prendraient quatre à huit heures.

Ce nouvel accident est survenu à Portland sur un avion de la compagnie américaine Alaska Airlines transportant 171 passagers et six membres d'équipage. L’appareil en question est un 737 MAX 9, le plus grand des moyens courriers de la famille MAX.

Un accident qui n’est pas sans rappeler les déboires d’un autre appareil de cette même famille, le MAX 8, dont les krachs avaient fortement terni la réputation du géant US il y a quelques années.

Suite à deux krachs successifs peu après le décollage n'ayant laissé aucun survivant, dans lesquels une activation intempestive du "Maneuvering Characteristics Augmentation System", du nom de ce système spécifique aux 737 Max, avait été mise en cause, ces appareils se verront interdits de vols en 2019 par la quasi-totalité des compagnies aériennes et des autorités nationales ou internationales, un cas sans précédent par son ampleur dans l'industrie.

Boeing suspendra par ailleurs en janvier 2020 sa production. Une catastrophe industrielle pour l’avionneur qui lui a coûté plusieurs milliards de dollars, avec une chute substantielle de ses ventes au profit de son rival européen Airbus (EPA:AIR), qui s’est d’ailleurs adjugé 2,5% hier soir à Paris.

Prévisions annuelles rabotées

En matière de résultats, si 2023 devait consacrer la remontée en puissance du constructeur aéronautique, le management a révisé en octobre dernier à la baisse ses prévisions annuelles de livraisons du 737 MAX, visant désormais 375 et 400 livraisons de son monocouloir, contre 400 à 450 précédemment, en raison des problèmes de qualité rencontrés par son sous-traitant Spirit AeroSystems.

Boeing, qui a maintenu en revanche ses prévisions pour le 787, a livré un total de 105 appareils sur le trimestre, contre 112 un an plus tôt. L’avionneur publiera ses résultats annuels le 31 janvier prochain.

On rappellera que celui qui fut fondé il y a plus d’un siècle par le magnat William Boeing est l’un des deux principaux constructeurs au monde, de même qu’un important client et sous-traitant de l’armée américaine, et concepteur de l’Air force One, le 747-200.

Un rendement annuel de 5,20% en dollars

Sur le marché secondaire, les obligations Boeing sont restées globalement stables ces dernières heures, profitant même d’une baisse des taux courts en dollars pour reprendre quelques points de base. 

Parmi d’autres, l’obligation remboursable en 2026 par l’avionneur, assortie d’un coupon fixe de 2,75%, peut être achetée sous le pair à un cours indicatif de 95,3% du nominal, portant son rendement annuel à 5,20%.

Accessible au plus grand nombre puisque libellée par coupures de 2.000 dollars, la valeur est notée "BBB"- chez Standard & Poor’s, en catégorie investment grade donc, mais à seulement un cran de la catégorie spéculative

Boeing plonge à Wall Street, quid des obligations?

Derniers commentaires

Chargement de l'article suivant...
Installez nos applications
Divulgation des risques: Négocier des instruments financiers et/ou des crypto-monnaies implique des risques élevés, notamment le risque de perdre tout ou partie de votre investissement, et cela pourrait ne pas convenir à tous les investisseurs. Les prix des crypto-monnaies sont extrêmement volatils et peuvent être affectés par des facteurs externes tels que des événements financiers, réglementaires ou politiques. La négociation sur marge augmente les risques financiers.
Avant de décider de négocier des instruments financiers ou des crypto-monnaies, vous devez être pleinement informé des risques et des frais associés aux transactions sur les marchés financiers, examiner attentivement vos objectifs de placement, votre niveau d'expérience et votre tolérance pour le risque, et faire appel à des professionnels si nécessaire.
Fusion Media tient à vous rappeler que les données contenues sur ce site Web ne sont pas nécessairement en temps réel ni précises. Les données et les prix sur affichés sur le site Web ne sont pas nécessairement fournis par un marché ou une bourse, mais peuvent être fournis par des teneurs de marché. Par conséquent, les prix peuvent ne pas être exacts et peuvent différer des prix réels sur un marché donné, ce qui signifie que les prix sont indicatifs et non appropriés à des fins de trading. Fusion Media et les fournisseurs de données contenues sur ce site Web ne sauraient être tenus responsables des pertes ou des dommages résultant de vos transactions ou de votre confiance dans les informations contenues sur ce site.
Il est interdit d'utiliser, de stocker, de reproduire, d'afficher, de modifier, de transmettre ou de distribuer les données de ce site Web sans l'autorisation écrite préalable de Fusion Media et/ou du fournisseur de données. Tous les droits de propriété intellectuelle sont réservés par les fournisseurs et/ou la plateforme d’échange fournissant les données contenues sur ce site.
Fusion Media peut être rémunéré par les annonceurs qui apparaissent sur le site Web, en fonction de votre interaction avec les annonces ou les annonceurs.
La version anglaise de ce document est celle qui s'impose et qui prévaudra en cas de différence entre la version anglaise et la version française.
© 2007-2024 - Fusion Media Ltd Tous droits réservés