Dernière minute
0
Version Sans-Pub. Améliorez votre expérience sur Investing.com. Économisez jusqu'à 40%. Plus de détails

Ecosse: Cameron vante à Glasgow la sauvegarde du Royaume-Uni

Indicateurs éco.29/08/2014 09:16
Sauvegardé. Afficher les Eléments sauvegardés.
Cet article a déjà été enregistré dans vos Eléments sauvegardés
 

Le Premier ministre David Cameron a exhorté l'Ecosse à "préférer l'ouverture à l'étroitesse" jeudi à Glasgow où il est venu vanter le "marché unique britannique" et la sauvegarde du Royaume-Uni à trois semaines d'un référendum d'autodétermination.

Le chef de file conservateur a prononcé au cours du dîner annuel du patronat local un vibrant plaidoyer en faveur de la survie d'une union créée il y a 307 ans et qui comprend aujourd'hui l'Angleterre, l'Ecosse, le Pays de Galles et l'Irlande du Nord.

"Ce sont des opportunités économiques qui ont uni nos nations en 1707. Trois cents ans plus tard, notre destin et notre richesse sont toujours étroitement liés", a-t-il déclaré, citant ensuite les quatre "grands avantages" de l'union propices au commerce : "les perspectives qu'elle offre, la stabilité, la solidarité et la taille".

Il s'agit "d'un des marchés uniques les plus anciens et les plus réussis du monde", a-t-il souligné, en faisant remarquer que "l'Ecosse a deux fois plus d'échanges commerciaux avec le reste du Royaume-Uni qu'avec l'ensemble du reste du monde".

"Préférons l'ouverture à l'étroitesse. Nos grands atouts à la grande incertitude. Et restons ensemble", a lancé le Premier ministre, qui, avant de rencontrer les patrons, a été plutôt fraîchement accueilli dans une ville où ni lui, ni son parti conservateur ne sont très populaires.

"David Cameron n'est pas le bienvenu en Ecosse car ici on ne vote pas conservateur", a résumé Samuel Cook, étudiant favorable à l'indépendance, qui manifestait devant l'hôtel hébergeant le dîner annuel du patronat.

Le 18 septembre, 4,2 millions d'électeurs résidant en Ecosse sont appelés aux urnes, pour dire s'ils veulent transformer en un pays indépendant cette région septentrionale dotée d'une certaine autonomie.

Le parti conservateur et son allié libéral-démocrate au gouvernement militent ardemment pour le "non" à l'indépendance aux côtés des travaillistes, pilier de l'opposition à Londres, mais d'accord pour maintenir l'intégrité de l'union.

Le Parti travailliste est traditionnellement plus puissant que les "tories" en Ecosse, terre ancrée à gauche, et c'est l'un des siens, l'ancien ministre des Finances Alistair Darling, qui dirige la campagne unioniste "Better together".

C'est également cet Ecossais au profil de technocrate qui a porté la contradiction au Premier ministre de la région écossaise et champion du camp de la sécession, le volubile Alex Salmond, pendant les débats télévisés.

- "Judas, ordure" -

Les enjeux économiques sont en effet au coeur des arguments : les indépendantistes certifient qu'un Etat ayant Edimbourg pour capitale serait plus proche des firmes locales et mieux à même de manier les leviers budgétaires, tandis que les unionistes dénoncent les zones d'ombre autour de la future monnaie et de l'adhésion à l'Union européenne d'une Ecosse sortie du giron britannique.

Président du CBI, le patronat écossais, Mike Rake a ainsi rappelé jeudi l'"énorme risque" que constitue, à ses yeux, une sortie de l'Ecosse du Royaume-Uni.

Les Ecossais se passionnent pour l'enjeu et la participation au vote pourrait être massive.

Un sondage publié vendredi n'accorde plus que six points d'avance aux partisans du maintien de l'union, contre une douzaine précédemment : 53% des personnes interrogées voteraient contre l'indépendance et 47% pour.

Un haut responsable travailliste à Londres, l'Ecossais Douglas Alexander, a averti qu'au lendemain du vote l'un des défis serait de "rassembler l'Ecosse" aujourd'hui divisée.

Sur la BBC Radio Scotland, M. Alexander s'est fait traiter de "putain de menteur" par un auditeur qui lui reprochait de dénier à l'Ecosse indépendante le droit d'utiliser la livre sterling. "Sur les réseaux sociaux, j'ai été traité de Judas et d'ordure", a déploré M. Alexander.

Un autre homme politique écossais actif à Londres, le ministre de l'Ecosse, Alistair Carmichael (libéral-démocrate), a averti pour sa part qu'il pourrait quitter le gouvernement britannique si la région choisissait le "oui".

Au-delà du monde politique, le débat fait rage au sein de la communauté d'affaires écossaise. Quelque 200 patrons, chefs de petites entreprises pour la plupart mais aussi gros bonnets, ont ainsi publié une pétition pour l'indépendance dans le journal The Herald.

Il s'agissait d'une réponse du berger à la bergère après la publication, mercredi, d'une lettre de 130 patrons écossais opposés à la sécession en raison de l'incertitude "nuisible aux affaires" qui en résulterait et "des liens économiques très forts au sein du Royaume-Uni (qui) assurent près d'un million d'emplois en Ecosse".

Ecosse: Cameron vante à Glasgow la sauvegarde du Royaume-Uni
 

Lire Aussi

Ajouter un commentaire

Instructions relatives aux commentaires

Nous vous encourageons à utiliser les commentaires pour engager le dialogue avec les autres utilisateurs, partager votre point de vue et poser des questions aux auteurs et utilisateurs. Toutefois, afin de maintenir un niveau de dialogue de qualité, veuillez garder à l'esprit les éléments suivants:

  • Enrichissez les débats.
  • Restez concentré et évitez les hors-sujets. Ne postez que du contenu lié au sujet abordé.
  • Soyez respectueux. Même les opinions négatives peuvent être appréhendées positivement et avec diplomatie. 
  • Utilisez un style d’écriture standard. Soignez la ponctuation et utilisez les majuscules et minuscules.
  • REMARQUE: Le spam et/ou les messages promotionnels et les liens insérés dans un commentaire seront retirés.
  • Évitez les insultes, la calomnie ou les attaques personnelles dirigées contre un auteur ou un autre utilisateur.
  • Seuls les commentaires en français sont autorisés.

Les auteurs de spam ou d'abus seront supprimés du site et interdits d'inscription à la discrétion de Investing.com.

Exprimez-vous
 
Êtes-vous sûr de vouloir supprimer ce graphique ?
 
Publier
Publier également sur :
 
Remplacer le graphique actuel par un nouveau graphique?
1000
Vous n’êtes momentanément plus autorisé à commenter, en raison de rapports utilisateur négatifs. Votre statut sera examiné par nos modérateurs.
Veuillez attendre une minute avant de soumettre un nouveau commentaire.
Merci pour votre commentaire. Nous vous informons que les commentaires soumis restent en attente jusqu’à ce qu’ils soient validés par nos modérateurs. C’est la raison pour laquelle leur publication sur notre site peut parfois prendre un certain temps.
 
Êtes-vous sûr de vouloir supprimer ce graphique ?
 
Publier
 
Remplacer le graphique actuel par un nouveau graphique?
1000
Vous n’êtes momentanément plus autorisé à commenter, en raison de rapports utilisateur négatifs. Votre statut sera examiné par nos modérateurs.
Veuillez attendre une minute avant de soumettre un nouveau commentaire.
Ajouter un graphique au commentaire
Confirmer le blocage

Voulez-vous vraiment bloquer %USER_NAME% ?

Si vous continuez, vous et %USER_NAME% ne verrez plus vos publications Investing.com mutuelles.

%USER_NAME% a bien été ajouté à votre Liste d’utilisateurs bloqués

Vous venez de débloquer cette personne et devrez attendre 48 heures avant de la bloquer de nouveau.

Signaler ce commentaire comme inapproprié

Je souhaite signaler ce commentaire comme:

Commentaire signalé

Merci

Le commentaire signalé sera révisé par nos modérateurs
Responsabilité: Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data.

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.
Inscription via Google
ou
Inscription via Email