Obtenir 40% de réduction
⚠ Alerte résultats ! quelles actions sont destinées à s'envoler ?
Découvrez les actions des ProPicks. Ces stratégies ont gagné 19,7% cette année.
Débloquer la liste

USA-La FAA interdit à Boeing d'augmenter la cadence de production des 737 MAX

Publié le 25/01/2024 07:22
Mis à jour le 25/01/2024 12:11
© Reuters. Le nouveau 737 MAX-9 de Boeing en cours de construction sur leur site de production à Renton, Washington, États-Unis. /Photo d'archive/REUTERS/Jason Redmond/

par David Shepardson, Valerie Insinna et Lisa Barrington

WASHINGTON (Reuters) - L'autorité américaine de l'aviation civile, la FAA (Federal Aviation Administration), a temporairement interdit mercredi à Boeing (NYSE:BA) d'augmenter la cadence de production de ses 737 MAX, ce qui pourrait avoir des répercussions sur les projets de développement des compagnies et équipementiers aériens mondiaux.

La FAA a justifié cette décision par la nécessité de "garantir la responsabilité (de Boeing) et le respect total des procédures requises de contrôle de la qualité", après la perte en plein vol d'une porte d'évacuation d'un Boeing 737 MAX 9 d'Alaska Airlines au début du mois.

La FAA a indiqué que Boeing pouvait continuer la production des 737 MAX au rythme mensuel actuel mais que l'avionneur ne pouvait pas augmenter cette cadence. Elle n'a pas précisé combien de temps cette injonction perdurerait.

L'autorité de l'aviation civile a ordonné le 6 janvier dernier l'immobilisation de 171 Boeing 739 MAX 9 après l'incident d'Alaska Airlines, qui n'a fait aucune victime.

"Nous n'approuverons aucune demande de Boeing visant à augmenter la production des 737 MAX ou à ouvrir des lignes de production supplémentaires pour ces appareils tant que nous n'aurons pas la certitude que les problèmes de contrôle de la qualité découverts au cours de ce processus ont été résolus", a déclaré l'administrateur de la FAA, Mike Whitaker, dans un communiqué.

L'avionneur américain a déclaré qu'il continuerait à coopérer "pleinement et de manière transparente" avec la FAA et qu'il suivrait les directives de l'agence.

Le titre Boeing perdait 1,9% jeudi dans les échanges en avant-Bourse.

REMISE EN SERVICE

La décision de la FAA pourrait remettre en cause le projet de création d'une nouvelle ligne de production de 737 MAX d'ici la mi-2024 à Everett, dans l'Etat de Washington, qui était jugée nécessaire pour faire face à la demande.

Boeing n'a pas souhaité faire de commentaires quant à un impact éventuel sur cette usine.

D'après une source industrielle, certaines compagnies aériennes pourraient être affectées "de façon significative" par le gel des hausses de production de Boeing alors que les transporteurs renouvellent et augmentent leur flotte face à la forte reprise du tourisme post-pandémie.

United Airlines avait ainsi prévu de recevoir 100 737 MAX cette année.

"Si l'on ne sait pas exactement combien de temps il faudra pour que la FAA soit satisfaite des solutions apportées par Boeing, cela représente un obstacle évident aux projets de montée en puissance", soulignent dans une note parue jeudi les analystes de Jefferies.

"Si le plafond de production devait rester en place pendant une période prolongée, cela représenterait le pire des cas pour le potentiel de part de marché du moteur LEAP, ce qui serait négatif pour Safran (EPA:SAF)", ajoutent-ils.

L'équipementier français produit le moteur d'avion LEAP dans le cadre de sa coentreprise avec General Electric (NYSE:GE), CFM International.

Safran n'a pas répondu dans l'immédiat à une demande de commentaire.

© Reuters. Le nouveau 737 MAX-9 de Boeing en cours de construction sur leur site de production à Renton, Washington, États-Unis. /Photo d'archive/REUTERS/Jason Redmond/

Parallèlement à la restriction de production, la FAA a approuvé un processus d'inspection et de maintenance devant permettre aux Boeing 737 MAX 9 immobilisés depuis le 6 janvier de reprendre du service.

Cela devrait permettre aux compagnies Alaska Airlines et United Airlines, qui ont été contraintes d'annuler des milliers de vols, de remettre leurs avions en service respectivement vendredi et dimanche.

(Reportage Valerie Insinna et David Shephardson à Washington, Lisa Barrington à Seoul et Tim Hepher à Paris; avec la contribution de Rajesh Kumar Singh à Chicago et Sophie Yu à Pékin; version française Camille Raynaud et Blandine Hénault, édité par Jean-Stéphane Brosse)

Derniers commentaires

Installez nos applications
Divulgation des risques: Négocier des instruments financiers et/ou des crypto-monnaies implique des risques élevés, notamment le risque de perdre tout ou partie de votre investissement, et cela pourrait ne pas convenir à tous les investisseurs. Les prix des crypto-monnaies sont extrêmement volatils et peuvent être affectés par des facteurs externes tels que des événements financiers, réglementaires ou politiques. La négociation sur marge augmente les risques financiers.
Avant de décider de négocier des instruments financiers ou des crypto-monnaies, vous devez être pleinement informé des risques et des frais associés aux transactions sur les marchés financiers, examiner attentivement vos objectifs de placement, votre niveau d'expérience et votre tolérance pour le risque, et faire appel à des professionnels si nécessaire.
Fusion Media tient à vous rappeler que les données contenues sur ce site Web ne sont pas nécessairement en temps réel ni précises. Les données et les prix sur affichés sur le site Web ne sont pas nécessairement fournis par un marché ou une bourse, mais peuvent être fournis par des teneurs de marché. Par conséquent, les prix peuvent ne pas être exacts et peuvent différer des prix réels sur un marché donné, ce qui signifie que les prix sont indicatifs et non appropriés à des fins de trading. Fusion Media et les fournisseurs de données contenues sur ce site Web ne sauraient être tenus responsables des pertes ou des dommages résultant de vos transactions ou de votre confiance dans les informations contenues sur ce site.
Il est interdit d'utiliser, de stocker, de reproduire, d'afficher, de modifier, de transmettre ou de distribuer les données de ce site Web sans l'autorisation écrite préalable de Fusion Media et/ou du fournisseur de données. Tous les droits de propriété intellectuelle sont réservés par les fournisseurs et/ou la plateforme d’échange fournissant les données contenues sur ce site.
Fusion Media peut être rémunéré par les annonceurs qui apparaissent sur le site Web, en fonction de votre interaction avec les annonces ou les annonceurs.
La version anglaise de ce document est celle qui s'impose et qui prévaudra en cas de différence entre la version anglaise et la version française.
© 2007-2024 - Fusion Media Ltd Tous droits réservés