Obtenir 40% de réduction
🚀 Notre IA a sélectionné 6 actions qui ont bondi de +25% au T1. Quelles sont les actions qui s'envoleront au T2 ?Voir la liste compète

Renault espère lever bientôt la malédiction de sa valeur négative

Publié le 06/12/2023 19:46
Mis à jour le 06/12/2023 19:51
© Reuters. Luca De Meo, directeur général de Renault Group, lors de la journée investisseur d'Ampère, nouvelle entité du groupe spécialisée dans les véhicules électriques. /Photo prise le 15 novembre 2023/REUTERS/Gonzalo Fuentes

par Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - Renault (EPA:RENA) espère commencer à lever l'an prochain la malédiction de sa valeur négative grâce à la création de ses deux entités spécialisées Ampère et Horse et aux fruits de sa nouvelle organisation avec Nissan (TYO:7201) et Mitsubishi, ont dit plusieurs dirigeants du groupe au losange.

Bien que le constructeur automobile français ait vendu l'an dernier plus de deux millions de véhicules à travers le monde, et affiché au premier semestre 2023 une profitabilité record, la valeur intrinsèque de son coeur de métier reste obstinément inférieure à zéro.

Mardi soir, la capitalisation boursière du groupe se montait à environ 10,6 milliards d'euros.

Si l'on enlève la valeur de marché des actions Nissan détenues par Renault (6,6 milliards d'euros), la position nette financière de l'activité automobile (2,2 milliards au 30 juin) et les services financiers de Mobilize (6,1 milliards à la même date), on obtient une valeur "core" de -4,3 milliards d'euros pour les actifs automobiles du groupe.

"Ce n'est pas à moi de décider ce qu'est la 'core value' de l'entreprise, mon travail est de garantir que nous fassions les choses justes pour que les investisseurs et le marché comprennent qu'il y a beaucoup de substance dans Renault", a déclaré le directeur général du groupe au losange, Luca de Meo, au cours d'une conférence de presse sur sa nouvelle alliance avec Nissan et Mitsubishi.

Cette substance doit s'incarner dans Ampère, un "pure player" de l'électrique et des logiciels qui pourrait être introduit en Bourse au printemps prochain si les conditions de marché le permettent et pour lequel le directeur général de Renault a évoqué en septembre une valorisation pouvant aller jusqu'à dix milliards d'euros.

Mais aussi dans l'activité historique de motorisations thermiques Horse, co-détenue avec le chinois Geely et en attente d'un investissement de Saudi Aramco (TADAWUL:2222). Des sources ont dit à Reuters que le groupe pétrolier saoudien comptait prendre environ 20% de la JV. L'annonce du montant et du pourcentage définitifs - en fin d'année ou début 2024, selon Luca de Meo - pourrait changer la donne.

"Bientôt on va pouvoir montrer la valeur de Horse, parce qu'on aura un investissement d'Aramco (...), et quand on aura fait l'IPO, on aura une valorisation sur Ampère", a dit le mois dernier à des journalistes le directeur financier Thierry Piéton en marge du capital market day de l'entité électrique.

"Donc il va graduellement, on espère, devenir plus difficile de dire : Horse vaut tant, Ampère vaut tant, des milliards à chaque fois, et (...) tout le reste vaut (moins que rien)", a-t-il ajouté.

Prié de dire si l'anomalie de la valeur négative pouvait être corrigée un jour, Thierry Piéton a répondu à Reuters : "Si je ne (le) pensais pas, je donnerais ma démission tout de suite."

DES LIENS PLUS SIMPLES AVEC NISSAN

Le problème de la valeur négative du coeur de métier de Renault est enraciné depuis des années. Cas d'école dans des formations financières sur la valorisation des entreprises, le constructeur souffre du syndrome du conglomérat, où le tout vaut moins que la somme de ses parties.

Pour simplifier la lecture de Renault, les marchés financiers ont prôné à de nombreuses reprises, soit une fusion totale avec Nissan, soit une séparation complète entre les partenaires français et japonais.

Renault et Nissan ont dévoilé cette année une vaste restructuration de leur alliance fondée plus de vingt ans plus tôt, avec un montage capitalistique plus simple et rééquilibré, la fin des achats commun et une ambition plus pragmatique par projet et par région.

"Il est certain que ce mouvement sur l'alliance est susceptible d'aider", a ajouté Luca de Meo. "Mais nous n'avons pas fait cela pour la 'core value', nous l'avons fait (pour) trouver un système qui nous permette d'être plus efficaces, et rapides, et concrets."

Selon lui, les résultats de cette nouvelle approche avec Nissan et Mitsubishi seront le véritable juge de paix aux yeux du marché.

© Reuters. Luca De Meo, directeur général de Renault Group, lors de la journée investisseur d'Ampère, nouvelle entité du groupe spécialisée dans les véhicules électriques. /Photo prise le 15 novembre 2023/REUTERS/Gonzalo Fuentes

Dans une note publiée récemment, les analystes de Bernstein ont rappelé, à travers une expérience théorique, que la valorisation du groupe au losange restait étonnamment basse malgré une hausse de 16% environ de l'action depuis le début de l'année.

"Qu'il soit possible aujourd'hui, par exemple, d'utiliser 10 milliards d'euros d'excès de cash chez Stellantis ou Volkswagen (ETR:VOWG_p) pour racheter Renault démontre l'absurdité des valorisations automobiles et la nécessité d'une meilleure allocation des capitaux. Même Renault, avec ses ressources actuelles, pourrait racheter Renault", ont-ils écrit.

(Reportage Gilles Guillaume, édité par Kate Entringer)

Derniers commentaires

Installez nos applications
Divulgation des risques: Négocier des instruments financiers et/ou des crypto-monnaies implique des risques élevés, notamment le risque de perdre tout ou partie de votre investissement, et cela pourrait ne pas convenir à tous les investisseurs. Les prix des crypto-monnaies sont extrêmement volatils et peuvent être affectés par des facteurs externes tels que des événements financiers, réglementaires ou politiques. La négociation sur marge augmente les risques financiers.
Avant de décider de négocier des instruments financiers ou des crypto-monnaies, vous devez être pleinement informé des risques et des frais associés aux transactions sur les marchés financiers, examiner attentivement vos objectifs de placement, votre niveau d'expérience et votre tolérance pour le risque, et faire appel à des professionnels si nécessaire.
Fusion Media tient à vous rappeler que les données contenues sur ce site Web ne sont pas nécessairement en temps réel ni précises. Les données et les prix sur affichés sur le site Web ne sont pas nécessairement fournis par un marché ou une bourse, mais peuvent être fournis par des teneurs de marché. Par conséquent, les prix peuvent ne pas être exacts et peuvent différer des prix réels sur un marché donné, ce qui signifie que les prix sont indicatifs et non appropriés à des fins de trading. Fusion Media et les fournisseurs de données contenues sur ce site Web ne sauraient être tenus responsables des pertes ou des dommages résultant de vos transactions ou de votre confiance dans les informations contenues sur ce site.
Il est interdit d'utiliser, de stocker, de reproduire, d'afficher, de modifier, de transmettre ou de distribuer les données de ce site Web sans l'autorisation écrite préalable de Fusion Media et/ou du fournisseur de données. Tous les droits de propriété intellectuelle sont réservés par les fournisseurs et/ou la plateforme d’échange fournissant les données contenues sur ce site.
Fusion Media peut être rémunéré par les annonceurs qui apparaissent sur le site Web, en fonction de votre interaction avec les annonces ou les annonceurs.
La version anglaise de ce document est celle qui s'impose et qui prévaudra en cas de différence entre la version anglaise et la version française.
© 2007-2024 - Fusion Media Ltd Tous droits réservés