🔥 Des choix d'actions premium alimentés par l'IA sur InvestingPro Jusqu'à -50 %PROFITER DES SOLDES

3 incertitudes qui entraînent la volatilité sur les marchés pétroliers et comment les trader

Publié le 15/07/2022 05:35
F
-
CL
-
  • Des chiffres incohérents provenant de diverses institutions et analystes ont entraîné la volatilité des marchés pétroliers.
  • Les opérateurs doivent réagir en fonction de leur opinion sur une récession économique prolongée.
  • Les opérateurs doivent également tenir compte de la probabilité d'une augmentation de l'offre en provenance des États-Unis, de l'Arabie Saoudite, de la Russie et de l'Inde.
  • Les prix du pétrole ont été particulièrement volatils ces derniers temps. En plus de plusieurs facteurs macroéconomiques, tels que les craintes de récession et les nouveaux blocages de COVID en Chine, la volatilité a bondi sur des chiffres très incohérents émanant de diverses institutions et analystes, tant du côté de l'offre que de la demande.

    Voici un aperçu de certains de ces chiffres et de la manière dont les traders doivent les considérer de manière critique :

    1. Croissance de la demande mondiale de pétrole

    Le dernier Monthly Oil Market Report de l'OPEP prévoit que la demande mondiale de pétrole augmentera de 2,7 millions de bpj pour atteindre 105,4 millions de bpj à la fin de 2023 et une moyenne de 102,99 millions de bpj pour l'année. Ce chiffre est supérieur aux prévisions d'autres organisations.

    L'EIA, en revanche, voit la demande mondiale de pétrole augmenter de 2 millions de bpj pour atteindre seulement 101,7 millions de bpj en 2023. L'AIE pense que la demande mondiale de pétrole sera en moyenne de 101,3 millions de bpj en 2023.

    Les différences apparaissent dans la manière dont les agences envisagent les performances de l'économie mondiale, la résolution (ou non) des conflits géopolitiques et l'endiguement (ou non) du COVID-19 en Chine.

    Les prévisions de l'OPEP sont le produit des économistes professionnels qui travaillent pour l'organisation et ne sont pas nécessairement les mêmes que celles attendues par les responsables des pays membres de l'OPEP. Elles sont fondées sur des perspectives plus positives pour l'économie mondiale.

    Les traders qui ne croient pas que l'économie mondiale se dirige vers une récession prolongée seraient plus en phase avec les prévisions de l'OPEP. En revanche, les opérateurs plus préoccupés par un ralentissement économique mondial prendraient plus au sérieux les prévisions de l'AIE.

    2. La production pétrolière de l'Arabie saoudite

    Alors que le président Biden se rend en Arabie saoudite, où il discutera vraisemblablement des solutions à apporter à la flambée des prix mondiaux du pétrole, l'accent est mis sur la capacité de réserve actuelle de l'Arabie saoudite.

    Il y a également beaucoup de désinformation à ce sujet. Le New York Times rapporte que Martin Indyk, ancien diplomate américain au Moyen-Orient, a déclaré que :

    "L'Arabie saoudite devrait augmenter sa production d'environ 750 000 barils par jour et les Émirats arabes unis suivraient le mouvement avec 500 000 barils supplémentaires par jour, pour un total de 1,25 million."

    Dans l'hypothèse d'un niveau de production actuel de 10,55 millions de bpj pour l'Arabie saoudite (selon Platts), cette augmentation pourrait porter la production du pays du Moyen-Orient à 11,3 millions de bpj, soit 300 000 bpj de plus que le quota OPEP de 11 millions de bpj prévu en août pour l'Arabie saoudite.

    Ces chiffres seraient également supérieurs, sur une base mensuelle, à ce que le pays a pompé depuis 2020 - sauf en avril 2020, où il a pompé 12 millions de bpj.

    L'Arabie saoudite avait prévu de produire 11 millions de bpj en juillet 2018. L'Arabie saoudite peut produire jusqu'à 12 millions de bpj, mais ce faisant, elle stresserait ses réservoirs de pétrole de manière indésirable, il est donc peu probable que le Royaume s'engage dans une augmentation aussi importante de sa production.

    Certains analystes ne croient pas que l'Arabie saoudite puisse produire 11 ou 12 millions de bpj. Ce genre de spéculation dure depuis des décennies et n'est pas utile aux traders qui étudient le marché.

    Une meilleure question pour les traders est de savoir s'il est dans l'intérêt de l'Arabie saoudite d'augmenter sa production à un taux qui pourrait potentiellement endommager ses réservoirs de pétrole et si l'administration Biden peut offrir à l'Arabie saoudite quoi que ce soit qui puisse la contraindre à prendre ce risque.

    3. Croissance de la production pétrolière américaine

    La prévision de la croissance de la production américaine pour 2022 s'est avérée particulièrement difficile.

    Selon les plus récentes prévisions à court terme de l'EIA, la production américaine atteindra une moyenne de 12,2 millions de bpj au second semestre, soit une augmentation de 600 000 bpj par rapport à la moyenne du premier semestre. L'OPEP est plus optimiste et voit la production américaine augmenter de 880 000 bpj en 2022.

    Les producteurs de pétrole américains eux-mêmes sont également divisés sur l'ampleur de la croissance de la production aux États-Unis. Selon les réponses de 117 entreprises pétrolières et gazières interrogées par la Federal Reserve Bank of Dallas entre le 8 et le 16 juin, 37 % s'attendent à ce que la production américaine augmente de 800 000 bpj à 1 million de bpj. 34 % s'attendent à ce que la production augmente de moins de 800 000 bpj, et 19 % s'attendent à ce qu'elle augmente entre 1 million de bpj et 1,2 million de bpj.

    Ces entreprises, dont la majorité opère dans les bassins de Permian et d'Eagle Ford (NYSE:F), ont été frappées par des perturbations de la chaîne d'approvisionnement et des pénuries de main-d'œuvre. Ces difficultés ont probablement un impact sur leurs attentes en matière de production.

    Les entreprises pétrolières et gazières interrogées par la Federal Reserve Bank of Kansas, qui comprend le Wyoming, le Colorado et l'Oklahoma, n'ont pas été autant touchées par les problèmes de chaîne d'approvisionnement et de main-d'œuvre que celles du Texas. Les prévisions des producteurs du Permian pourraient être trop influencées par ces problèmes et sous-estimer légèrement la croissance de la production.

    De même, les traders doivent tenir compte du fait que l'OPEP, qui a sous-estimé la croissance de la production de pétrole de schiste les années précédentes, pourrait se méfier de la capacité de production de l'industrie américaine du schiste et surestimer la croissance de la production américaine maintenant.

    Divulgation : L'auteur ne détient aucune position dans les titres mentionnés dans cet article.

Derniers commentaires

Chargement de l'article suivant...
Installez nos applications
Divulgation des risques: Négocier des instruments financiers et/ou des crypto-monnaies implique des risques élevés, notamment le risque de perdre tout ou partie de votre investissement, et cela pourrait ne pas convenir à tous les investisseurs. Les prix des crypto-monnaies sont extrêmement volatils et peuvent être affectés par des facteurs externes tels que des événements financiers, réglementaires ou politiques. La négociation sur marge augmente les risques financiers.
Avant de décider de négocier des instruments financiers ou des crypto-monnaies, vous devez être pleinement informé des risques et des frais associés aux transactions sur les marchés financiers, examiner attentivement vos objectifs de placement, votre niveau d'expérience et votre tolérance pour le risque, et faire appel à des professionnels si nécessaire.
Fusion Media tient à vous rappeler que les données contenues sur ce site Web ne sont pas nécessairement en temps réel ni précises. Les données et les prix sur affichés sur le site Web ne sont pas nécessairement fournis par un marché ou une bourse, mais peuvent être fournis par des teneurs de marché. Par conséquent, les prix peuvent ne pas être exacts et peuvent différer des prix réels sur un marché donné, ce qui signifie que les prix sont indicatifs et non appropriés à des fins de trading. Fusion Media et les fournisseurs de données contenues sur ce site Web ne sauraient être tenus responsables des pertes ou des dommages résultant de vos transactions ou de votre confiance dans les informations contenues sur ce site.
Il est interdit d'utiliser, de stocker, de reproduire, d'afficher, de modifier, de transmettre ou de distribuer les données de ce site Web sans l'autorisation écrite préalable de Fusion Media et/ou du fournisseur de données. Tous les droits de propriété intellectuelle sont réservés par les fournisseurs et/ou la plateforme d’échange fournissant les données contenues sur ce site.
Fusion Media peut être rémunéré par les annonceurs qui apparaissent sur le site Web, en fonction de votre interaction avec les annonces ou les annonceurs.
La version anglaise de ce document est celle qui s'impose et qui prévaudra en cas de différence entre la version anglaise et la version française.
© 2007-2024 - Fusion Media Ltd Tous droits réservés