Dernière minute
0
Version Sans-Pub. Améliorez votre expérience sur Investing.com. Économisez jusqu'à 40%. Plus de détails

Croissance et inflation : un dilemme pour les banques centrales

fr.investing.com/analysis/croissance-et-inflation--un-dilemme-pour-les-banques-centrales-200438391
Croissance et inflation : un dilemme pour les banques centrales
Par Cyrille Restier   |  08/06/2021 16:48
Sauvegardé. Afficher les Eléments sauvegardés.
Cet article a déjà été enregistré dans vos Eléments sauvegardés
 

Aricle publié à l'origine sur www.centaure-investissements.com


Croissance et inflation : un dilemme pour les banques centrales

Les banques centrales sont confrontées à une situation épineuse. Jusqu’à présent, la Banque centrale américaine compensait habilement la baisse de la croissance et les pressions déflationnistes en adoptant la doctrine du « whatever it takes ». En somme, baisser les taux d’intérêt, en dessous de zéro si nécessaire tout en inondant le monde de liquidités. Mais ça c’était avant ! Aujourd’hui, l’économie mondiale doit affronter deux sujets majeurs – Croissance et inflation : un dilemme pour les banques centrales.


Les moteurs du changement de paradigme


La croissance

Actuellement, les compteurs s’affolent pour 2021. Toutes les grandes organisations internationales révisent à la hausse, mois après mois, les prévisions de croissance pour 2021. Et cela semble également s’avérer vrai pour 2022. Ceci est dû, d’une part, à un effet de rattrapage après un statu-quo inédit de l’économie depuis mars 2020 et d’autre part, à l’utilisation des stocks d’épargne des ménages et des trésoreries des entreprises. In fine, les banques centrales n’ont donc plus besoin de soutenir à bout de bras, une reprise déjà bien visible.


L’inflation

Elle rebondit très fortement aux États-Unis où elle a atteint 4.2% le mois dernier. En Europe, même si elle reste plus mesurée, elle vient de passer la barrière symbolique des 2%. Ainsi, la hausse des prix des matières premières combinée à la hausse des salaires va probablement alimenter ce rebond de l’inflation pendant encore quelques mois. De facto, les banques centrales n’ont donc plus besoin de combattre la déflation mais simplement maintenir l’inflation sous contrôle.


Les conséquences de cet alignement des planètes

Si la croissance et l’inflation rebondissent comme prévu, les banques centrales vont devoir remonter les taux d’intérêt en absorbant mécaniquement une partie des liquidités qu’elles ont préalablement distribuées. Les banques centrales vont donc être confrontées à un problème cornélien. En effet, elles ont créé une addiction à l’argent gratuit ou magique en dopant l’économie … Et si elles commencent à réduire ces doses de cocaïne monétaire qu’elles fournissent depuis de nombreux mois sans compter ou presque, elles vont provoquer une panique chez les junkies !


Il y a 3 typologies de junkies addicts à la cocaïne monétaire


Les marchés financiers

Les bourses sont obsédées par le moindre signe de « tapering » (c’est-à-dire la réduction progressive des injections de liquidités). Dans cette hypothèse, beaucoup d’actions qui n’ont cessé de monter depuis un an grâce à la masse de liquidités injectées, vont inéluctablement baisser.


L’immobilier

Dans tous les pays, les prix de l’immobilier ont flambé et continuent à atteindre des niveaux stratosphériques alimentés par des taux historiquement bas. Gare aux rendement des SCPI par exemple !


Les États

Les États-cigales comme la France et les pays du sud de l’Europe, ont accumulé des dettes colossales. Grâce aux banques centrales, » on rase gratis ! » Plus on dépense, plus on distribue de l’argent magique et moins on paie d’intérêts. En cas de hausse des taux d’intérêt, même minime, cela serait dévastateur pour les pays surendettés. Le service de la dette plongerait les déficits dans des niveaux encore plus aberrants que ceux d’aujourd’hui. Ainsi, les banques centrales sont donc prises en étau. Elles ont fabriqué un monde qui vit dans un espace parallèle déconnecté de la réalité grâce aux substances hallucinogènes distribuées massivement et gratuitement. Le monde d’après ne peut plus fonctionner dans des conditions normales. Il ne leur reste plus qu’à prier pour que l’inflation ne soit que passagère.


Une économie sous perfusion décorrélée de la réalité

Dès lors, les indices boursiers continuent à afficher de nouveaux records. Le CAC a dépassé les 6 500 points en affichant une hausse de 17% sur l’année. Il se paie même le luxe de faire mieux que le Dow Jones en hausse de 15%. D’autre part, un autre facteur d’aberration que nous vivons en ce moment du fait de cet Helicopter Money porte sur les défaillances d’entreprises. En effet, nous venons de vivre l’une des crises les plus violentes des dernières décennies. Mais malgré cela, le nombre de faillites au premier trimestre n’a été que de 7 400 contre 14 900 au premier trimestre 2019, alors que nous n’étions pas en crise. Cette situation inédite soutenue par les PGE (Prêts Garantis par l’Etat) a fait émerger des milliers d’entreprises « zombies » survivant dans un monde parallèle.


Les SPAC (Special Purpose Acquisition Company)

Présentes aux Etats-Unis depuis les années 90, les SPAC sont des coquilles juridiques facilitant l’entrée en Bourse des entreprises en leur évitant de suivre les vérifications instaurées par les marchés financiers. Il existe deux manières de concevoir les SPAC. Soit comme des véhicules d’investissement d’acquisition qui concurrencent alors le private equity, soit comme la création d’un véhicule d’investissement côté lorsque les marchés sont porteurs pour acquérir une société qui n’est pas encore mature pour entrer en Bourse, mais qui le sera d’ici un à deux ans. Arrivé en France récemment, ce nouveau véhicule d’investissement fait beaucoup parler de lui en ce moment. Ces SPAC permettent des introductions en bourse de « coquilles vides » ! Elles ont constitué la grande majorité des introductions en bourse depuis près d’un an. Mais les performances sont tellement désastreuses que même sous ecstasy monétaire, les investisseurs commencent à se poser des questions. La folie des SPAC, ces coquilles financières à la recherche d’entreprises à introduire rapidement en Bourse, s’est même emparée du secteur spatial américain. Une entreprise comme Redwire, totalement inconnue il y a un an, a vu sa cote s’envoler sous l’effet de cette folie.

Croissance et inflation : un dilemme pour les banques centrales
 

Lire Aussi

Croissance et inflation : un dilemme pour les banques centrales

Ajouter un commentaire

Instructions relatives aux commentaires

Nous vous encourageons à utiliser les commentaires pour engager le dialogue avec les autres utilisateurs, partager votre point de vue et poser des questions aux auteurs et utilisateurs. Toutefois, afin de maintenir un niveau de dialogue de qualité, veuillez garder à l'esprit les éléments suivants:

  • Enrichissez les débats.
  • Restez concentré et évitez les hors-sujets. Ne postez que du contenu lié au sujet abordé.
  • Soyez respectueux. Même les opinions négatives peuvent être appréhendées positivement et avec diplomatie. 
  • Utilisez un style d’écriture standard. Soignez la ponctuation et utilisez les majuscules et minuscules.
  • REMARQUE: Le spam et/ou les messages promotionnels et les liens insérés dans un commentaire seront retirés.
  • Évitez les insultes, la calomnie ou les attaques personnelles dirigées contre un auteur ou un autre utilisateur.
  • Seuls les commentaires en français sont autorisés.

Les auteurs de spam ou d'abus seront supprimés du site et interdits d'inscription à la discrétion de Investing.com.

Exprimez-vous
 
Êtes-vous sûr de vouloir supprimer ce graphique ?
 
Publier
Publier également sur :
 
Remplacer le graphique actuel par un nouveau graphique?
1000
Vous n’êtes momentanément plus autorisé à commenter, en raison de rapports utilisateur négatifs. Votre statut sera examiné par nos modérateurs.
Veuillez attendre une minute avant de soumettre un nouveau commentaire.
Merci pour votre commentaire. Nous vous informons que les commentaires soumis restent en attente jusqu’à ce qu’ils soient validés par nos modérateurs. C’est la raison pour laquelle leur publication sur notre site peut parfois prendre un certain temps.
 
Êtes-vous sûr de vouloir supprimer ce graphique ?
 
Publier
 
Remplacer le graphique actuel par un nouveau graphique?
1000
Vous n’êtes momentanément plus autorisé à commenter, en raison de rapports utilisateur négatifs. Votre statut sera examiné par nos modérateurs.
Veuillez attendre une minute avant de soumettre un nouveau commentaire.
Ajouter un graphique au commentaire
Confirmer le blocage

Voulez-vous vraiment bloquer %USER_NAME% ?

Si vous continuez, vous et %USER_NAME% ne verrez plus vos publications Investing.com mutuelles.

%USER_NAME% a bien été ajouté à votre Liste d’utilisateurs bloqués

Vous venez de débloquer cette personne et devrez attendre 48 heures avant de la bloquer de nouveau.

Signaler ce commentaire comme inapproprié

Je souhaite signaler ce commentaire comme:

Commentaire signalé

Merci

Le commentaire signalé sera révisé par nos modérateurs
Responsabilité: Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data.

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.
Inscription via Google
ou
Inscription via Email