Débloquez les données Premium : Jusqu'à 50 % de réduction InvestingProPROFITER DES SOLDES

L'Europe aussi ? Evaluation du risque de faillite de Crédit Suisse

Publié le 17/03/2023 00:43
CSGN
-
CS
-
DB
-
STOXXIEX
-
BNPQY
-
  • Les actions du Credit Suisse ont pris une tournure négative cette semaine
  • Les investisseurs effrayés ont commencé à vendre les actions, anticipant que la banque d'importance systémique était en difficulté avant que la BNS n'intervienne pour calmer les marchés.
  • La crainte demeure que les problèmes du Credit Suisse ne soient que la partie émergée de l'iceberg.
  • Credit Suisse (NYSE :CS), la deuxième plus grande banque de Suisse avec une longue histoire de 167 ans, est impliquée dans une controverse depuis de nombreuses années maintenant. Accusé de manipulation, d'évasion fiscale et de blanchiment d'argent, le CS a perdu d'importantes parts de marché. Cette toile de fond a lourdement pesé sur la réputation de la banque en raison de la couverture médiatique négative et des amendes substantielles imposées par les autorités européennes au cours des dernières années.

    Cependant, la situation à long terme s'est aggravée cette semaine, car les fermetures de Silicon Valley et de Signature Bank par les régulateurs américains ont fait craindre un effet de contagion, les investisseurs estimant que les banques européennes les plus fragiles pourraient bientôt faire l'objet d'un bank run, ce qui entraînerait probablement des difficultés de solvabilité pour le Credit Suisse.

    En raison de ces craintes, les actions de CS ont chuté de 28 % avant la mise sur le marché, atteignant un niveau record de 1,75 $ par action, avant de se redresser pour terminer la journée à 2,16 $. Malgré cela, CS a perdu 71 % de sa valeur au cours de l'année écoulée.

    CS Daily Chart

    Comme si cela ne suffisait pas, les bénéfices et la clientèle de CS ont diminué depuis le premier semestre de l'année dernière, ce qui a suscité des doutes quant à l'efficacité de la supervision globale du système bancaire.

    Selon le rapport annuel publié le 14 mars, la banque a perdu 8 milliards de dollars. Auparavant, la banque avait retardé la publication de son rapport 2022, ce qui avait suscité l'inquiétude de ses clients. La SEC a déclaré que ce retard était dû à une évaluation technique et à une révision.

    Évaluation de la situation

    Tout d'abord, la faillite de SVB a effrayé les marchés cette semaine. Le Credit Suisse n'était pas le seul concerné. La Deutsche Bank (NYSE :DB) et BNP Paribas (OTC :BNPQY) ont également été parmi les plus grands perdants. En conséquence, l'indice de référence iShares STOXX Europe 600 UCITS ETF (ETR :STOXXIEX) a chuté de 7 % hier.

    Stoxx 600 Banks Daily Chart

    La déroute des banques européennes a commencé lorsque la faillite de SVB a eu un impact sur les actions de Credit Suisse lundi, puis les pertes élevées et les sorties de fonds dans le rapport annuel l'ont encore accélérée. Hier, la prise de position de la Saudi National Bank, actionnaire à hauteur de 9,9 %, a entraîné une forte baisse du cours de l'action.

    Ammar Al Khudairy, président de la Saudi National Bank, a déclaré qu'elle n'apporterait pas de soutien financier en raison de problèmes juridiques et réglementaires et qu'elle ne pensait pas que la banque avait besoin d'un soutien important.

    M. Khudairy a ajouté que la banque avait été surprise par l'intérêt qu'elle avait reçu lorsqu'elle avait porté sa participation à 9,9 %, ce qui représente environ 2,5 % de ses actifs. En conséquence, les actions du Credit Suisse ont chuté de 13,9 % au cours de la journée, pour clôturer à 2,16 dollars.

    Deux événements notables ont eu lieu plus tard dans la journée. Tout d'abord, le département du Trésor américain a annoncé qu'il examinait la situation et évaluait l'impact potentiel du Credit Suisse sur les banques américaines.

    La BCE participera également à l'enquête, mais l'élément décisif dans cette affaire est l'action de la Banque nationale suisse (BNS).

    Après une rencontre avec la banque en difficulté, la BNS a fait une déclaration dans la soirée et a annoncé qu'elle fournirait des liquidités si nécessaire. La déclaration note que le Credit Suisse respecte les exigences en matière de fonds propres et de liquidités pour les banques d'importance systémique et qu'il n'y a pas de risque de contrepartie.

    Le communiqué a également cherché à rassurer les marchés sur le fait que les problèmes rencontrés par certaines banques américaines ne représentaient pas un risque direct pour les banques suisses et que le processus juridique et réglementaire était suivi de près.

    Dans la matinée, un communiqué du Crédit Suisse (SIX:CSGN) indiquait que la banque allait profiter des liquidités en empruntant 50 milliards de francs suisses auprès de la banque centrale.

    L'anxiété que le Credit Suisse a suscitée sur les marchés cette semaine a été très forte et n'est pas encore retombée. Toutefois, l'action rapide de la Banque nationale suisse pourrait contribuer à calmer les marchés.

    Mais la véritable crainte reste qu'il ne s'agisse que de la partie émergée de l'iceberg.

    Divulgation : l'auteur ne possède aucun des titres mentionnés.

Derniers commentaires

Chargement de l'article suivant...
Installez nos applications
Divulgation des risques: Négocier des instruments financiers et/ou des crypto-monnaies implique des risques élevés, notamment le risque de perdre tout ou partie de votre investissement, et cela pourrait ne pas convenir à tous les investisseurs. Les prix des crypto-monnaies sont extrêmement volatils et peuvent être affectés par des facteurs externes tels que des événements financiers, réglementaires ou politiques. La négociation sur marge augmente les risques financiers.
Avant de décider de négocier des instruments financiers ou des crypto-monnaies, vous devez être pleinement informé des risques et des frais associés aux transactions sur les marchés financiers, examiner attentivement vos objectifs de placement, votre niveau d'expérience et votre tolérance pour le risque, et faire appel à des professionnels si nécessaire.
Fusion Media tient à vous rappeler que les données contenues sur ce site Web ne sont pas nécessairement en temps réel ni précises. Les données et les prix sur affichés sur le site Web ne sont pas nécessairement fournis par un marché ou une bourse, mais peuvent être fournis par des teneurs de marché. Par conséquent, les prix peuvent ne pas être exacts et peuvent différer des prix réels sur un marché donné, ce qui signifie que les prix sont indicatifs et non appropriés à des fins de trading. Fusion Media et les fournisseurs de données contenues sur ce site Web ne sauraient être tenus responsables des pertes ou des dommages résultant de vos transactions ou de votre confiance dans les informations contenues sur ce site.
Il est interdit d'utiliser, de stocker, de reproduire, d'afficher, de modifier, de transmettre ou de distribuer les données de ce site Web sans l'autorisation écrite préalable de Fusion Media et/ou du fournisseur de données. Tous les droits de propriété intellectuelle sont réservés par les fournisseurs et/ou la plateforme d’échange fournissant les données contenues sur ce site.
Fusion Media peut être rémunéré par les annonceurs qui apparaissent sur le site Web, en fonction de votre interaction avec les annonces ou les annonceurs.
La version anglaise de ce document est celle qui s'impose et qui prévaudra en cas de différence entre la version anglaise et la version française.
© 2007-2024 - Fusion Media Ltd Tous droits réservés