Dernière minute
Investing Pro 0
🚨 Nos données Pro révèlent le véritable gagnant de la saison des résultats Accéder aux données

L'incroyable marché à l'envers : Un entretien avec Vineer Bhansali

fr.investing.com/analysis/lincroyable-marche-a-lenvers--un-entretien-avec-vineer-bhansali-200443974
L'incroyable marché à l'envers : Un entretien avec Vineer Bhansali
Par Thomas Machado Monteiro   |  03/12/2022 02:35
Sauvegardé. Afficher les Eléments sauvegardés.
Cet article a déjà été enregistré dans vos Eléments sauvegardés
 
 
DXY
+0,12%
Ajouter au/Supprimer du portefeuille
Ajouter à la Watchlist
Ajouter position

Position ajoutée avec succès à :

Veuillez attribuer un nom à votre portefeuille de titres
 
  • Investing.com s'est entretenu avec Vineer Bhansali, CIO et fondateur de LongTail Alpha.
  • La Fed a déjà commencé à changer de priorité, passant de la lutte contre l'inflation à la préservation de la stabilité financière.
  • Les marchés seront probablement obligés de s'échanger dans une fourchette qui reflète les fondamentaux des bénéfices.

Pour comprendre la philosophie de marché de Vineer Bhansali, il faut aller au-delà du titre de CIO et fondateur de LongTail Alpha et réaliser que c'est un homme aux multiples talents.

Coureur d'ultramarathon, il ne perd jamais de vue le long terme : "Je pense que les marchés suivent des cycles qui peuvent prendre des années à se dérouler". En tant que docteur en physique théorique de Harvard, il dissèque l'expérience monétaire en cours de la Fed : "Je pense que la politique monétaire n'a pas compris ce qu'elle sait faire et ce qu'elle peut faire ou non." Et en tant que pilote de jet, il garde son calme au milieu de la tempête de cette année, attendant un ciel dégagé pour prendre à nouveau son envol : "Nous sommes dans une période où la patience sera payante".

Mais en tant qu'ancien responsable des portefeuilles quantitatifs chez PIMCO pendant 16 ans, le Dr Bhansali avertit les investisseurs qu'ils doivent se préparer à une possible décennie d'obstination inflation, les marchés d'actions étant "obligés de se négocier dans une fourchette qui reflète les fondamentaux des bénéfices ".

En début de semaine, Investing.com s'est entretenu avec le gestionnaire de fonds et auteur de cinq ouvrages sur les marchés financiers, dont son dernier, "The Incredible Upside-Down Fixed-Income Market".

Investing.com : Début novembre, vous avez déclaré que nous étions probablement en train de passer d'un état où l'inflation est la principale préoccupation de la Fed à un état où elle partage son attention avec d'autres questions, comme la stabilité financière des États-Unis. Les commentaires de Powell en début de semaine semblent également aller dans ce sens. Alors, où en sommes-nous dans ce cycle de resserrement ?

Vineer Bhansali : Je pense que la récente série d'échecs, comme la faillite du système de retraite britannique, l'effondrement de FTX, et qui sait ce que nous n'avons pas encore lu, tire la sonnette d'alarme. Je pense que la Fed s'est déjà rendu compte qu'elle était peut-être allée trop loin, mais pour l'instant, il lui est difficile de changer de discours de peur de se retrouver dans un environnement de type "stop and go" comme dans les années 1980.

Je suis à l'affût des signes de détresse des banques. À ce stade des cycles précédents, certaines banques avaient déjà fait faillite. Pour faire simple, elles ne peuvent pas survivre à une courbe de rendement inversée de plus de 50 points de base pendant une période prolongée. Cette fois-ci, les problèmes sont cachés car les banques renforcent leurs revenus en prêtant à 4 % à la Fed via la facilité de réserve et en empruntant de l'argent aux déposants pour rien. Dès qu'une banque se casse la figure, la Fed se rendra compte des problèmes qui se cachent sous la surface. Il est bon de se rappeler que la Fed est une banque, qu'elle travaille pour les grandes banques et que ses modèles nécessitent tous une intermédiation bancaire.

IC : Les marchés réagiront-ils mal si la Fed ne pivote pas réellement mais se contente de faire une pause dans le cycle ?

VB : Je pense que les marchés d'actions resteront bloqués et se négocieront dans une fourchette qui reflète les fondamentaux des bénéfices. Mais certains secteurs, comme les banques, seront finalement touchés par l'inversion de la courbe des taux. En outre, le marché des obligations du Trésor est le plus illiquide depuis des décennies, et le portage négatif de la courbe des taux et des marchés de couverture des devises empêchera le Trésor de trouver des acheteurs pour financer la dette.

Donc oui, si la Fed ne change pas d'avis, les marchés obligataires pourraient connaître une autre année de piètre performance, ce qui entraînera les marchés du crédit.

IC : Vous avez récemment déclaré que vous pensiez que l'inflation resterait stable à environ 3-4 % au cours des prochaines années. Dans un tel scénario, quel est le chemin de moindre résistance pour la politique monétaire de la Fed ?

VB : Si l'inflation se maintient autour de 3-4%, il est possible que nous ayons affaire à une Fed qui interrompt son resserrement monétaire au nom des problèmes d'instabilité financière.

Dans cet environnement, la Fed change aussi en quelque sorte sa façon de parler des objectifs d'inflation. Au lieu de dire qu'elle veut atteindre une inflation de 2 %, elle peut dire quelque chose comme 2 % en moyenne sur un cycle ou quelque chose comme ça, ce qui est difficile à mesurer et à localiser.

La baisse des taux réels pourrait entraîner un léger repli sur le dollar. S'il est difficile de parier trop fortement contre le dollar, c'est parce que non seulement il reflète des fondamentaux réels, mais aussi parce qu'il est de facto la monnaie de réserve du monde et, pour l'instant, la monnaie qui rapporte le plus avec un risque de duration faible.

D'autres pays sont confrontés à des pressions encore plus fortes et peuvent facilement basculer dans une profonde récession. Ainsi, un compromis de la Fed qui modifierait sa cible d'inflation au nom de la stabilité financière n'est pas une issue catastrophique pour le dollar, à mon avis.

IC : Comment doit-on structurer son portefeuille en prévision d'une période d'inflation persistante ?

VB : Je pense que si l'inflation persiste pendant une longue période, par exemple de 5 à 10 ans, rien d'autre que les matières premières, l'immobilier et d'autres actifs " réels " ne se portera bien. Les actifs financiers s'en sortiront certainement moins bien. À court terme, je pense que les TIPS sont à nouveau intéressants, avec une compensation contractuelle de l'inflation ou un "remboursement de l'impôt sur l'inflation".

Même chose pour les bons du Trésor et les obligations à court terme, car ils offrent une protection du capital et la possibilité de déployer des liquidités sur les marchés d'actifs lorsqu'ils s'effondrent, ce qui se produira inévitablement si la Fed continue de relever les taux.

IC : Les obligations sont-elles un bon investissement en ce moment ?

Oui, mais j'opterais pour une durée très courte, de 3 à 5 ans maximum, et pour une qualité très élevée, c'est-à-dire des obligations du Trésor, des TIPS, des agences, des hypothèques d'agence et des obligations d'entreprise de très bonne qualité. N'oubliez pas non plus de garder un œil sur divers fonds obligataires fermés qui sont en train d'être liquidés et qui doivent commencer à se négocier à des rendements et à des escomptes intéressants.

IC : Le marché à risque de la dernière décennie est-il déjà derrière nous et les investisseurs doivent-ils s'attendre à de maigres gains au cours de la prochaine décennie ?

Je pense que les marchés suivent des cycles qui peuvent prendre des années à se dérouler.

En raison des excès des banques centrales au cours de la dernière décennie environ, les prix des actifs sont devenus trop élevés. Nous sommes actuellement dans une période de correction de ces excès.

Des opportunités se présentent toujours lorsque les bons et les mauvais actifs subissent des ventes inconsidérées et offrent des possibilités d'acheter les bons actifs à bas prix. Ainsi, si les rendements prévisionnels sont encore faibles à l'heure actuelle, ils ne sont pas si mauvais que cela dans le contexte de la dernière décennie de rendement quasi nul. Lorsque les prix baissent à un point où le rendement semble assez bon, c'est généralement le bon moment pour faire travailler son argent.

IC : Alors, voyez-vous le moment présent comme une occasion d'achat à long terme à contre-courant ?

Probablement pas tout de suite sur les grands marchés, mais oui sur certains marchés comme les TIPS, les bons du Trésor à court terme et d'autres titres défensifs.

Je pense que nous sommes dans une période où la patience sera payante.

À l'heure actuelle, nous pouvons gagner 4 % en bons du Trésor à très courte échéance et les renouveler sans risque pour le principal. Certes, les rendements sont inférieurs à l'inflation, mais je préfère avoir mon capital et la possibilité de le déployer à l'avenir plutôt que d'être bloqué dans une position qui m'enlève toute possibilité.

IC : Un resserrement de la politique monétaire mondiale contribuera-t-il à forger une économie plus durable à long terme ?

VB: Je pense que la politique monétaire n'a pas encore déterminé ce qu'elle sait faire et ce qu'elle peut faire ou non.

Les banques centrales se sont beaucoup éloignées de la simple utilisation des taux d'intérêt. Elles achètent et vendent désormais plus d'obligations que n'importe quel autre acteur sur les marchés. Elles essaient de gérer les attentes par leurs discours, mais changent de cap en fonction d'événements aléatoires. Je pense que l'efficacité et la crédibilité des banques centrales sont remises en question comme elles ne l'ont jamais été depuis la grande dépression.

Je pense donc que les marchés deviendront moins sensibles aux banques centrales au fil du temps, et ce qui émergera probablement comme la nouvelle version de l'élaboration des politiques sera le moteur des prix des actifs à l'avenir. Cette version associera explicitement le volet fiscal du gouvernement au volet monétaire.

Cela signifie moins d'indépendance de la banque centrale et plus d'intervention du gouvernement sur les marchés. Mais si cela peut se traduire par la stabilité, cela peut aussi se traduire par un capitalisme de connivence, le choix des gagnants et des perdants, et très probablement plus d'instabilité et de volatilité. Des choses auxquelles nous ne nous attendons pas actuellement.

L'incroyable marché à l'envers : Un entretien avec Vineer Bhansali
 

Lire Aussi

L'incroyable marché à l'envers : Un entretien avec Vineer Bhansali

Ajouter un commentaire

Charte de discussion

Nous vous encourageons à utiliser les commentaires pour engager le dialogue avec les autres utilisateurs, partager votre point de vue et poser des questions aux auteurs et utilisateurs. Toutefois, afin de maintenir un niveau de dialogue de qualité, veuillez garder à l'esprit les éléments suivants:

  • Enrichissez les débats.
  • Restez concentré et évitez les hors-sujets. Ne postez que du contenu lié au sujet abordé.
  • Soyez respectueux. Même les opinions négatives peuvent être appréhendées positivement et avec diplomatie. 
  • Utilisez un style d’écriture standard. Soignez la ponctuation et utilisez les majuscules et minuscules.
  • REMARQUE: Le spam et/ou les messages promotionnels et les liens insérés dans un commentaire seront retirés.
  • Évitez les insultes, la calomnie ou les attaques personnelles dirigées contre un auteur ou un autre utilisateur.
  • Seuls les commentaires en français sont autorisés.

Les auteurs de spam ou d'abus seront supprimés du site et interdits d'inscription à la discrétion de Investing.com.

Exprimez-vous
 
Êtes-vous sûr de vouloir supprimer ce graphique ?
 
Publier
Publier également sur :
 
Remplacer le graphique actuel par un nouveau graphique?
1000
Vous n’êtes momentanément plus autorisé à commenter, en raison de rapports utilisateur négatifs. Votre statut sera examiné par nos modérateurs.
Veuillez attendre une minute avant de soumettre un nouveau commentaire.
Merci pour votre commentaire. Nous vous informons que les commentaires soumis restent en attente jusqu’à ce qu’ils soient validés par nos modérateurs. C’est la raison pour laquelle leur publication sur notre site peut parfois prendre un certain temps.
Commentaires (2)
Joseph Loud
Joseph Loud 05/12/2022 4:50
Sauvegardé. Afficher les Eléments sauvegardés.
Ce commentaire a déjà été enregistré dans vos Eléments sauvegardés
Avertissement : les banques en faillite potentielle prêtent l’ argent fe leurs déposants a la FED pour recevoir du 4% . Qui dit banques en detresse dit ruée sur les biens solides : or - matieres premieres .
Clement Mann
Clement Mann 04/12/2022 21:34
Sauvegardé. Afficher les Eléments sauvegardés.
Ce commentaire a déjà été enregistré dans vos Eléments sauvegardés
Tres interessant
 
Êtes-vous sûr de vouloir supprimer ce graphique ?
 
Publier
 
Remplacer le graphique actuel par un nouveau graphique?
1000
Vous n’êtes momentanément plus autorisé à commenter, en raison de rapports utilisateur négatifs. Votre statut sera examiné par nos modérateurs.
Veuillez attendre une minute avant de soumettre un nouveau commentaire.
Ajouter un graphique au commentaire
Confirmer le blocage

Voulez-vous vraiment bloquer %USER_NAME% ?

Si vous continuez, vous et %USER_NAME% ne verrez plus vos publications Investing.com mutuelles.

%USER_NAME% a bien été ajouté à votre Liste d’utilisateurs bloqués

Vous venez de débloquer cette personne et devrez attendre 48 heures avant de la bloquer de nouveau.

Signaler ce commentaire comme inapproprié

Je souhaite signaler ce commentaire comme:

Commentaire signalé

Merci

Le commentaire signalé sera révisé par nos modérateurs
Inscription via Google
ou
Inscription via Email