Dernière minute
Investing Pro 0
Version Sans-Pub. Améliorez votre expérience sur Investing.com. Économisez jusqu'à 40%. Plus de détails

Le rallye post-Fed s'estompe, hausse de taux de la BNS, pression sur le gaz russe - Ce qui fait bouger les marchés ce jeudi

Economie 16/06/2022 12:37
Sauvegardé. Afficher les Eléments sauvegardés.
Cet article a déjà été enregistré dans vos Eléments sauvegardés
 
© Reuters.

Par Geoffrey Smith

Investing.com -- La reprise des marchés mondiaux après la hausse de 75 points de base de la Fed s'estompe, alors que la Suisse et - probablement - la Banque d'Angleterre poursuivent le cycle de resserrement mondial. Les demandes d'allocations chômage et les mises en chantier aux États-Unis sont attendues, ainsi que l'enquête de la Fed de Philadelphie. La Russie réduit l'approvisionnement en gaz de ses principaux clients européens alors que les dirigeants français, allemands et italiens se rendent à Kiev pour des négociations. Et le pétrole tombe à son plus bas niveau depuis deux semaines en raison des craintes de récession. Voici ce qu'il faut savoir sur les marchés financiers ce jeudi 16 juin.

1. Les marchés après la décision de la Fed et les données américaines

La reprise des marchés mondiaux qui a suivi la plus forte hausse des taux d'intérêt depuis 28 ans de la Réserve fédérale a commencé à s'estomper, à mesure que les implications de l'action de la Fed se faisaient sentir. La principale conclusion semble être que la Fed est prête à prendre le risque d'une récession pour faire baisser l'inflation, mais qu'elle devra peut-être continuer à relever ses taux de manière agressive tant que les perturbations dues à la pandémie et à la guerre en Ukraine se poursuivront.

Les rendements obligataires américains ont à nouveau augmenté au cours de la nuit, et les rendements du Trésor 10 ans sont revenus à 3,45 % à 14h10 après avoir atteint un niveau aussi bas que 3,28 % mercredi.

La confiance du marché obligataire étant fragile, le marché n'est pas dans la meilleure position pour recevoir les données américaines du jour à 14h30, qui comprennent les réclamations de chômage hebdomadaires, l'enquête mensuelle de conjoncture de la Fed de Philadelphie et - peut-être plus important encore, étant donné les récents signes de faiblesse dans le secteur du logement - les permis de construire et les mises en chantier pour mai.

2. La Banque nationale suisse vole la vedette à la Banque d'Angleterre

La Banque nationale suisse a augmenté son taux directeur de 50 points de base et a déclaré qu'elle envisagerait d'annuler certains de ses achats massifs de devises de la dernière décennie, ce qui constitue la dernière surprise hawkish des banques centrales du monde entier. La décision de la BNS contraste avec le refus de la Banque centrale européenne d'accélérer le rythme du resserrement monétaire la semaine dernière.

La décision est intervenue quelques heures seulement avant une augmentation attendue de 25 points de base de la part de la Banque d'Angleterre.

Il s'agirait d'une cinquième hausse consécutive de la part de la BoE, et la décision étonnamment forte de la Fed mercredi pourrait rendre plus difficile pour la banque de signaler la pause dans le resserrement que beaucoup attendaient en réaction à un net ralentissement de l'économie britannique.

3. Les actions sont prêtes à abandonner leurs gains

Les actions américaines devraient annuler tous les gains de mercredi et plus encore à l'ouverture, la perspective d'une hausse des coûts de financement et d'une récession aux États-Unis obligeant à repenser les valorisations.

À 14h15, les Dow Jones futures étaient en baisse de 591 points, soit 1,9 %, tandis que les S&P 500 futures étaient en baisse de 2,4 % et les Nasdaq 100 futures en baisse de 2,8 %. Les trois principaux indices au comptant avaient progressé de 1 % à 2,5 % mercredi.

Parmi les valeurs susceptibles de faire l'objet d'une attention particulière, citons Abbott Labs (NYSE:ABT), qui a dû interrompre la production de lait maternisé dans l'une de ses usines du Midwest à la suite d'inondations, ajoutant ainsi à ses problèmes persistants de commercialisation d'une quantité suffisante de produits. McDonald's (NYSE:MCD), qui a accepté de payer 1,3 milliard de dollars pour régler une créance fiscale en France, et le secteur des cosmétiques, après que Revlon (NYSE:REV) s'est placé sous la protection du chapitre 11 de la loi sur les faillites, pourraient également retenir l'attention.

4. La Russie réduit ses livraisons de gaz à l'Allemagne et à l'Italie

Les prix du gaz naturel européen ont de nouveau grimpé en flèche lorsque la Russie a réduit ses livraisons à ses plus gros clients, l'Allemagne et l'Italie.

Gazprom (MCX:GAZP) a réduit de 60 % cette semaine l'approvisionnement de l'Allemagne par le gazoduc Nord Stream 1, tandis qu'il a également déclaré qu'il réduirait de 15 % l'approvisionnement de l'Italie. À 14h30, le contrat de référence TTF néerlandais pour juillet était à 142,25 euros le mégawattheure, après avoir commencé la semaine sous les 80 EUR/MWh.

L'action de Gazprom intervient deux jours après que l'Allemagne a officialisé la saisie de la branche commerciale du monopole russe du gaz en Allemagne et un prêt subséquent garanti par l'État pour financer les achats d'approvisionnements alternatifs. Gazprom risque de perdre son influence sur ses acheteurs européens s'ils parviennent à remplir les installations de stockage de l'UE avant le début de la saison de chauffage à l'automne.

Ce n'est pas un hasard si cette décision coïncide également avec la visite à Kiev du chancelier allemand Olaf Scholz, du président français Emmanuel Macron et du Premier ministre italien Mario Draghi. Tous trois ont tenté de maintenir le contact avec le président russe Vladimir Poutine depuis l'invasion, à la grande colère du président ukrainien Volodymyr Zelensky.

5. Le pétrole atteint son plus bas niveau en deux semaines en raison de la vigueur du dollar et des craintes de récession

En revanche, les prix du pétrole brut ont baissé car le marché a commencé à prendre en compte une plus grande destruction de la demande aux États-Unis plus tard dans l'année. La force du dollar américain, qui s'est renforcée en réponse à l'action agressive de la Fed, rend également le pétrole plus cher pour les marchés émergents.

En outre, il y a eu une rare nouvelle optimiste concernant l'offre, puisque le vice-premier ministre russe, Alexander Novak, a déclaré que la production de pétrole de la Russie augmenterait d'environ 600 000 barils par jour ce mois-ci par rapport à mai, avec des perspectives décentes d'augmentation supplémentaire en juillet.

Vers 14h30, les contrats à terme sur le brut américain étaient en baisse de 0,4% à 114,86 $ le baril, après avoir atteint un plus bas de deux semaines à 114,36 $. Le Brent était en baisse de 0,7% à 117,68 $ le baril.

Le rallye post-Fed s'estompe, hausse de taux de la BNS, pression sur le gaz russe - Ce qui fait bouger les marchés ce jeudi
 

Lire Aussi

Ajouter un commentaire

Instructions relatives aux commentaires

Nous vous encourageons à utiliser les commentaires pour engager le dialogue avec les autres utilisateurs, partager votre point de vue et poser des questions aux auteurs et utilisateurs. Toutefois, afin de maintenir un niveau de dialogue de qualité, veuillez garder à l'esprit les éléments suivants:

  • Enrichissez les débats.
  • Restez concentré et évitez les hors-sujets. Ne postez que du contenu lié au sujet abordé.
  • Soyez respectueux. Même les opinions négatives peuvent être appréhendées positivement et avec diplomatie. 
  • Utilisez un style d’écriture standard. Soignez la ponctuation et utilisez les majuscules et minuscules.
  • REMARQUE: Le spam et/ou les messages promotionnels et les liens insérés dans un commentaire seront retirés.
  • Évitez les insultes, la calomnie ou les attaques personnelles dirigées contre un auteur ou un autre utilisateur.
  • Seuls les commentaires en français sont autorisés.

Les auteurs de spam ou d'abus seront supprimés du site et interdits d'inscription à la discrétion de Investing.com.

Exprimez-vous
 
Êtes-vous sûr de vouloir supprimer ce graphique ?
 
Publier
Publier également sur :
 
Remplacer le graphique actuel par un nouveau graphique?
1000
Vous n’êtes momentanément plus autorisé à commenter, en raison de rapports utilisateur négatifs. Votre statut sera examiné par nos modérateurs.
Veuillez attendre une minute avant de soumettre un nouveau commentaire.
Merci pour votre commentaire. Nous vous informons que les commentaires soumis restent en attente jusqu’à ce qu’ils soient validés par nos modérateurs. C’est la raison pour laquelle leur publication sur notre site peut parfois prendre un certain temps.
 
Êtes-vous sûr de vouloir supprimer ce graphique ?
 
Publier
 
Remplacer le graphique actuel par un nouveau graphique?
1000
Vous n’êtes momentanément plus autorisé à commenter, en raison de rapports utilisateur négatifs. Votre statut sera examiné par nos modérateurs.
Veuillez attendre une minute avant de soumettre un nouveau commentaire.
Ajouter un graphique au commentaire
Confirmer le blocage

Voulez-vous vraiment bloquer %USER_NAME% ?

Si vous continuez, vous et %USER_NAME% ne verrez plus vos publications Investing.com mutuelles.

%USER_NAME% a bien été ajouté à votre Liste d’utilisateurs bloqués

Vous venez de débloquer cette personne et devrez attendre 48 heures avant de la bloquer de nouveau.

Signaler ce commentaire comme inapproprié

Je souhaite signaler ce commentaire comme:

Commentaire signalé

Merci

Le commentaire signalé sera révisé par nos modérateurs
Inscription via Google
ou
Inscription via Email