🚀 Notre IA superforme en mai. PRFT fait +55% en 16 jours ! Les choix de juin arrivent.Voir actions

BCE : taux fermes, mais quand arriveront les premières baisses ? Prévisions des analystes

Publié le 24/01/2024 14:25
© Reuters
ALVG
-
DE10IT10=RR
-

Investing.com - La réunion de la BCE de demain suscite de plus en plus d'attentes. Selon toute vraisemblance, les taux resteront inchangés, mais les marchés surveillent également le ton que Christine Lagarde emploiera dans sa déclaration. La question est toujours la même : quand Francfort sera-t-elle prête à desserrer l'étau monétaire ? Pour tenter de comprendre ce à quoi il faut s'attendre, Investing.com a recueilli les commentaires des analystes sur la prochaine réunion de la Banque centrale européenne et sur les perspectives de la politique monétaire.

Peter Goves, responsable de la recherche sur les dettes souveraines des marchés développés chez MFS IM

Nous ne prévoyons aucun changement dans la politique de la BCE en matière de taux ou de resserrement de la politique monétaire lors de la réunion de cette semaine ; le ton de la conférence de presse devrait rester axé sur le maintien des taux aussi longtemps qu'il le faudra pour que l'inflation revienne durablement à son niveau cible.

Les perspectives de croissance restent faibles et les données entrantes suggèrent qu'un chiffre négatif du PIB au quatrième trimestre est probable, la production industrielle mensuelle, les dépenses de construction et les ventes au détail étant toutes négatives en décembre. Lagarde devrait donc déclarer que les facteurs de risque pour les perspectives de croissance sont à la baisse.

En ce qui concerne l'inflation, malgré une légère hausse de l'IPCH à 2,9 % en décembre et de nouvelles pressions à la hausse en janvier, l'image globale est celle d'une inflation en baisse dans un environnement où la transmission de la politique monétaire se fait fermement. Même les partisans d'une politique restrictive, comme M. Schnabel, l'admettent. La baisse des prix de l'énergie soutiendra également le déclin de l'inflation globale dans les mois à venir.

Selon nous, la faible croissance attendue (avec une activité inférieure au potentiel pour de nombreux trimestres à venir) et la baisse de l'inflation signifient que les réductions pourraient intervenir plus tôt que tard. Compte tenu du resserrement des conditions financières et du refroidissement du marché du travail, une augmentation des taux réels accroît le risque d'un resserrement excessif. Le calendrier exact des réductions dépendra bien sûr des données, qui semblent jusqu'à présent s'aligner sur cette thèse.

Bien que beaucoup de choses aient été anticipées et que l'on puisse s'attendre à une certaine résistance de la part de Lagarde, nous restons positifs sur la durée du noyau dur de la zone euro, avec un biais à la hausse. La politique d'ajustement quantitatif a été mise en œuvre de manière prévisible et transparente et, malgré l'importance de l'offre, les spread des EGB ont en fait été réduits. Il n'y a pas eu de "choc QT" et, dans ce contexte, nous avons du mal à voir un catalyseur pour l'élargissement des spreads à court terme.

Franck Dixmier, Global CIO Fixed Income chez Allianz (ETR :ALVG) Global Investors

À la fin de l'année 2023, la perception par le marché que la Réserve fédérale américaine et la Banque centrale européenne (BCE) avaient fini de relever leurs taux a alimenté un rallye obligataire, les investisseurs devenant de plus en plus confiants dans l'imminence d'une baisse des taux de la banque centrale. Au plus fort de ces attentes, fin décembre, le marché estimait que la BCE procéderait à un peu plus de sept baisses, chacune de 25 points de base (pb), en 2024, avec une probabilité de 72 % d'une première baisse en mars 2024.

Depuis lors, plusieurs membres de la BCE ont plaidé en faveur d'un calendrier de réduction des taux plus long que prévu par les investisseurs.

Ces membres vont des plus optimistes du conseil des gouverneurs, comme Robert Holzmann et Joachim Nagel, au plus modéré, l'économiste en chef Philip Lane. Ces avertissements répétés ont contribué à modérer les attentes du marché. Toutefois, ces attentes restent élevées : le 19 janvier, le marché prévoyait près de six baisses de taux, avec une probabilité de 80 % d'une première baisse de taux en avril.

Nous nous attendons à ce que la réunion de politique monétaire de jeudi confirme l'attitude prudente de la BCE. La BCE devrait réaffirmer qu'elle n'entamera un cycle de réduction des taux que lorsqu'elle sera pleinement convaincue que l'inflation reviendra durablement à son objectif de stabilité des prix de 2 %.

Mais nous n'en sommes pas encore là :

- Après avoir atteint un plancher de +2,4 % en glissement annuel à la fin du mois de novembre, les prix à la consommation ont augmenté de +2,9 % en décembre.

- L'inflation de base a de nouveau augmenté de 3,4 % en glissement annuel en décembre.

Et les risques de hausse demeurent :

- Des hausses de salaires sont encore attendues cette année, après une augmentation de plus de 5% en 2023 dans la zone euro.

- Les tensions géopolitiques, notamment en mer Rouge, et les surcoûts liés aux entraves au trafic maritime.

L'attitude très prudente de la BCE devrait alimenter la correction en cours des rendements obligataires, même si le potentiel de hausse des rendements à long terme reste limité dans un contexte de fort appétit des investisseurs pour les obligations. L'intérêt des investisseurs pour les obligations est attesté par la forte demande d'émissions primaires en début d'année.

Après avoir réduit notre exposition à la duration pendant le rallye de décembre pour revenir à une position neutre sur les taux en euros, nous profitons de toute faiblesse du marché pour ajouter de la duration.

Steven Bell, économiste en chef EMEA chez Columbia Threadneedle Investments

En Europe, l'inflation des prix a considérablement diminué vers la fin de l'année 2023, bien en dessous des prévisions de la BCE. En ce qui concerne l'inflation des salaires, les perspectives restent plus incertaines. Le cycle des salaires vient de commencer, et bien qu'il y ait de bonnes raisons de s'attendre à un fort ralentissement de la croissance des salaires, la BCE voudra attendre de voir les résultats. Bien que la possibilité d'une baisse des taux en avril reste une hypothèse valable, il n'est pas exclu que nous devions attendre la réunion de juin pour voir une première baisse effective.

Laurent Denize et Jan Viebig, tous deux Co-CIOs globaux de ODDO BHF Asset Management

Le début de l'année est un moment privilégié, bien qu'arbitraire, pour établir des budgets et des prévisions. En outre, les investisseurs en actions semblent également avoir changé d'avis en cette nouvelle année après l'impressionnante reprise de la fin de l'année 2023. Par conséquent, les premiers jours de bourse ont été dominés par des prises de bénéfices et des pertes sur les titres gagnants de l'année dernière. Comme tant d'autres, cette "diète" ne devrait pas durer toute l'année. Néanmoins, les marchés des capitaux ont démarré en douceur. Les attentes de réduction des taux d'intérêt qui ont sous-tendu le rallye doivent se concrétiser avant que la fête ne puisse vraiment continuer. La question n'est pas de savoir s'il y aura des baisses de taux, mais plutôt quand et de combien. Avec une croissance solide et de meilleures conditions de financement, la Fed peut attendre une baisse marquée de l'inflation et agir avec prudence. La situation est plus complexe pour la BCE. La récession menace l'Europe, le crédit bancaire est au point mort et le Conseil des gouverneurs est loin d'être unanime sur les mesures à prendre. Il est donc conseillé aux investisseurs de revoir leurs attentes d'une clarté rapide et d'une reprise continue des actions.

Richard Flax, directeur des investissements chez Moneyfarm

L'inflation continue de faire les gros titres de la presse financière, les données de décembre, publiées la semaine dernière, montrant une légère augmentation en glissement annuel par rapport aux chiffres de novembre, dépassant légèrement les attentes des économistes.

Dans le même temps, plusieurs banquiers centraux des États-Unis et de la zone euro ont estimé que les marchés allaient un peu trop vite : les taux baisseront très probablement cette année, mais peut-être pas aussi vite que certains investisseurs le prévoient. Cela a conduit les rendements des obligations d'État à évoluer à la hausse depuis le début de l'année.

Cela nous rappelle que, même si l'inflation doit continuer à se rapprocher de l'objectif de 2 %, le processus ne sera probablement pas facile et le dernier kilomètre jusqu'à la ligne d'arrivée pourrait cacher quelques difficultés. Les attentes du marché en matière de taux d'intérêt peuvent changer très rapidement et il est assurément complexe de déterminer le calendrier de ces mouvements.

Sur le front de l'inflation, les nouvelles de la semaine dernière étaient positives : l'inflation des prix à la production au Royaume-Uni et aux États-Unis s'est avérée plus faible que prévu et une tendance similaire devrait progressivement conduire à une baisse de l'inflation des prix à la consommation.

La différence entre l'inflation annuelle des prix à la consommation et à la production peut être volatile, mais elle reste actuellement bien inférieure à la moyenne de la dernière décennie.

Nous continuons donc à prévoir une baisse de l'inflation, compte tenu des taux plus élevés qui auront un impact sur la demande des consommateurs. Cet impact est déjà visible au Royaume-Uni, où les ventes au détail ont été beaucoup plus faibles que prévu le mois dernier. Toutefois, cela prendra du temps et les banquiers centraux préféreront probablement agir avec prudence. Pour l'heure, nous pensons que les premières baisses de taux interviendront vers le milieu de l'année, mais ces prévisions devront être confirmées au fur et à mesure de l'évolution de l'économie.

Felix Feather, économiste chez abrdn

C'est l'éternel paradoxe de la politique monétaire : plus une modification des taux est attendue, moins elle devient nécessaire.

Les valorisations du marché suggèrent que les investisseurs ont adopté notre prévision d'un cycle de baisse significative en 2024, entraînant un assouplissement des conditions financières.

Un tel assouplissement pourrait accroître le risque d'une résurgence de l'inflation, juste après une période de progrès significatifs réalisés par la Banque centrale européenne dans la lutte contre l'inflation. De plus, avec la perturbation des chaînes d'approvisionnement due au conflit au Moyen-Orient, les décideurs politiques craignent de plus en plus que le cycle hautement désinflationniste des produits de base ne soit sur le point de s'inverser.

Alors que la BCE devrait à nouveau maintenir ses taux inchangés, tous les regards se porteront sur les orientations futures. Nous nous attendons à ce que ces orientations, bien que non contraignantes, soutiennent les attentes du marché quant à l'imminence d'une réduction des taux directeurs. Mais ne nous attendons pas à une confirmation totale des attentes du marché : la BCE suggérera presque certainement que les attentes du marché d'au moins cinq baisses de taux cette année sont excessives.

Tomasz Wieladek, économiste européen en chef, T. Rowe Price

Ce jeudi, la BCE se réunira et décidera de sa politique monétaire. Je m'attends à ce qu'elle maintienne tous les paramètres de la politique monétaire inchangés. Mais en termes de communication, il est probable qu'elle fasse clairement savoir que la trajectoire des taux d'intérêt fixée par les marchés continue d'être trop agressive. Les marchés monétaires évaluent un assouplissement trop important de la politique monétaire. Déjà à Davos, les responsables de la BCE ont tenté d'expliquer aux marchés financiers et au grand public que les baisses de taux interviendraient probablement plus tard que prévu. Une communication qui a fait l'unanimité. Même les membres les plus dovish ont clairement indiqué que les informations nécessaires pour évaluer l'opportunité d'une baisse des taux ne seront pas disponibles avant la réunion de juin de la BCE. En effet, les minutes de la réunion de décembre, publiées la semaine dernière, montrent clairement que le conseil des gouverneurs de la BCE a décidé de s'opposer unanimement à ce que les marchés prédisent. Je m'attends donc à ce que la BCE, tout en continuant à réitérer sa confiance dans les données, insiste fortement sur le fait que les données qui lui permettront d'évaluer si elle peut commencer à réduire les taux ne seront pas disponibles avant le mois de juin.

Dernière chance pour profiter d'un tarif réduit sur InvestingPro ! La plateforme de stratégies d'investissement et d'analyse fondamentale InvestingPro est à -50% pour les fêtes de fin d'année, et nous en rajoutons une couche pour les lecteurs de nos articles, qui bénéficient d'une réduction supplémentaire de 10% sur l'abonnement Pro+ de 2 ans en utilisant le code promo "ACTUPRO" ICI

Derniers commentaires

Installez nos applications
Divulgation des risques: Négocier des instruments financiers et/ou des crypto-monnaies implique des risques élevés, notamment le risque de perdre tout ou partie de votre investissement, et cela pourrait ne pas convenir à tous les investisseurs. Les prix des crypto-monnaies sont extrêmement volatils et peuvent être affectés par des facteurs externes tels que des événements financiers, réglementaires ou politiques. La négociation sur marge augmente les risques financiers.
Avant de décider de négocier des instruments financiers ou des crypto-monnaies, vous devez être pleinement informé des risques et des frais associés aux transactions sur les marchés financiers, examiner attentivement vos objectifs de placement, votre niveau d'expérience et votre tolérance pour le risque, et faire appel à des professionnels si nécessaire.
Fusion Media tient à vous rappeler que les données contenues sur ce site Web ne sont pas nécessairement en temps réel ni précises. Les données et les prix sur affichés sur le site Web ne sont pas nécessairement fournis par un marché ou une bourse, mais peuvent être fournis par des teneurs de marché. Par conséquent, les prix peuvent ne pas être exacts et peuvent différer des prix réels sur un marché donné, ce qui signifie que les prix sont indicatifs et non appropriés à des fins de trading. Fusion Media et les fournisseurs de données contenues sur ce site Web ne sauraient être tenus responsables des pertes ou des dommages résultant de vos transactions ou de votre confiance dans les informations contenues sur ce site.
Il est interdit d'utiliser, de stocker, de reproduire, d'afficher, de modifier, de transmettre ou de distribuer les données de ce site Web sans l'autorisation écrite préalable de Fusion Media et/ou du fournisseur de données. Tous les droits de propriété intellectuelle sont réservés par les fournisseurs et/ou la plateforme d’échange fournissant les données contenues sur ce site.
Fusion Media peut être rémunéré par les annonceurs qui apparaissent sur le site Web, en fonction de votre interaction avec les annonces ou les annonceurs.
La version anglaise de ce document est celle qui s'impose et qui prévaudra en cas de différence entre la version anglaise et la version française.
© 2007-2024 - Fusion Media Ltd Tous droits réservés