Dernière minute
Investing Pro 0
Version Sans-Pub. Améliorez votre expérience sur Investing.com. Économisez jusqu'à 40%. Plus de détails

L'appétit pour le risque soutient le rebond en Europe

Actions 10/05/2022 18:40
Sauvegardé. Afficher les Eléments sauvegardés.
Cet article a déjà été enregistré dans vos Eléments sauvegardés
 
© Reuters. Les Bourses européennes ont terminé en hausse mardi mais Wall Street évoluait dans le désordre à la mi-séance. À Paris, le CAC 40 a gagné 0,51%. Le Footsie britannique a avancé de 0,37% et le Dax allemand de 1,15%. /Photo d'archives/REUTERS/Benoi

par Claude Chendjou

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en hausse mardi mais Wall Street évoluait dans le désordre à la mi-séance, le rebond étant alimenté par des achats à bon compte sur plusieurs grandes valeurs, après un plus bas de deux mois du Stoxx 600 paneuropéen lié aux craintes sur l'inflation et au risque d'un ralentissement de la croissance mondiale.

À Paris, le CAC 40 a gagné 0,51% à 6.116,91 points. Le Footsie britannique a avancé de 0,37% et le Dax allemand de 1,15%.

L'indice EuroStoxx 50 a pris 0,79%, le FTSEurofirst 300 0,78% et le Stoxx 600 0,68%.

Même si les inquiétudes liées à la hausse des taux d'intérêt et au risque à long terme d'une récession mondiale sont loin d'avoir disparu, les investisseurs ont recherché au cours de cette séance volatile des motifs d'espoir, le Stoxx 600 paneuropéen ayant touché lundi un creux depuis le 8 mars et à Wall Street, le Nasdaq et le S&P-500, ayant perdu depuis le début de l'année respectivement 24% et 15%.

Selon plusieurs analystes, outre les achats à bon compte, les investisseurs ont misé sur une agréable surprise concernant les données des prix à la consommation aux Etats-Unis pour le mois d'avril qui seront publiés mercredi. Les chiffres de l'inflation en Allemagne et en Chine seront également connus ce même jour.

"C'est le calme avant les données sur l'inflation demain, donc cela offre du répit aux actifs risqués", commente Joe Manimbo, analyste chez Western Union Business Solutions.

L'actualité des sociétés a également favorisé l'appétit pour le risque en Europe.

VALEURS EN EUROPE

Les grands compartiments de la cote européenne ont tous terminé dans le vert, les plus fortes progressions étant à l'actif de la finance (+1,42%) et des nouvelles technologies (+0,52%), tandis que le rebond de l'énergie (+0,15%) a été limité par les craintes, toujours présentes, quant à la demande mondiale.

BNP Paribas (EPA:BNPP) (+2,14%) a pris la tête des banques sur le CAC 40 et l'italien Unicredit (BIT:CRDI) (+5,46%) s'est distingué sur le Stoxx 600.

SAP (NYSE:SAP), ASML et Stmicroelectronics ont également été recherchés dans les "techs".

En dehors de ces deux secteurs, Airbus (EPA:AIR) (+0,8%) a été soutenu par la publication des chiffres mensuels de ses livraisons et de commandes.

Renault (EPA:RENA), qui a oscillé entre hausse et baisse, a fini dans le rouge malgré l'annonce de l'entrée du chinois Geely au capital de sa filiale sud-coréenne et la présentation des objectifs stratégiques de Mobilize, sa nouvelle marque de services de mobilité.

Dans les fusions-acquisitions, le spécialiste suédois du tabac sans fumée Swedish Match a bondi de 24,9%, Philip Morris (NYSE:PM) ayant entamé des discussions en vue de son rachat.

A WALL STREET

Au moment de la clôture en Europe, le Dow Jones reculait de 0,26%, le Standard & Poor's 500 de 0,12%, tandis que le Nasdaq avançait de 0,17%

La séance est volatile puisque les trois indices ont ouvert en nette hausse, après trois journées consécutives de baisse, à la faveur d'achats opportunistes sur des titres survendus.

Apple (NASDAQ:AAPL), Meta Platforms (NASDAQ:FB), Amazon (NASDAQ:AMZN), Microsoft (NASDAQ:MSFT), Tesla (NASDAQ:TSLA) et Nvidia (NASDAQ:NVDA), qui ont perdu ensemble plus de 1.000 milliards de dollars de capitalisation boursière depuis le relèvement d'un demi-point des taux d'intérêt de la Fed mercredi dernier, ne progressent plus que marginalement. L'indice des "techs" reste cependant en hausse de 0,9%.

Dans les banques, Morgan Stanley (NYSE:MS) recule de 1,7% avec l'indice sectoriel qui cède 1,9% dans le sillage du fort repli des rendements obligataires.

Dans l'actualité des entreprises, l'exploitant des salles de cinéma AMC Entertainment (NYSE:AMC) abandonne 6,5% malgré un chiffre d'affaires trimestriel meilleur que prévu et Novavax chute de 7%, ses livraisons de vaccins contre le COVID-19 au premier trimestre ayant déçu.

Le laboratoire Biohaven s'envole de 70% après l'annonce de son rachat par Pfizer (NYSE:PFE) (+0,8%) pour 11,6 milliards de dollars (11 milliards d'euros)

LES INDICATEURS DU JOUR

Le moral des investisseurs en Allemagne s'est amélioré depuis le début du mois de mai avec un indice remonté à -34,3 après -41,0 en avril, montre mardi l'enquête de l'institut d'études économiques ZEW.

CHANGES

Le dollar , qui a touché lundi un pic de 20 ans, s'apprécie encore, de 0,15%, face à un panier de devises internationales dans la perspective d'une nouvelle hausse des taux de la Fed le mois prochain.

L'euro, en repli de 0,16%, se traite à 1,0539 dollar.

Dans les cryptomonnaies, le bitcoin qui a touché mardi un plus bas de près de dix mois, remonte de près de 4% à 31.268 dollars. En novembre, il se traitait encore à 69.000 dollars.

TAUX

Les rendements obligataires reculent alors que le marché tente d'évaluer les risques en matière d'inflation à la veille de la publication des chiffres des prix à la consommation aux Etats-Unis.

Le taux du dix ans cède 13 points de base à 2,945% mais celui du deux ans est quasiment stable à 2,62%.

En Europe, le rendement du Bund allemand à dix ans et celui de l'OAT française de même échéance ont perdu près de neuf points de base à respectivement 1,003% et 1,549%, les investisseurs ayant choisi de se couvrir après la récente flambée des taux liée aux anticipations de hausses du coût du crédit.

PÉTROLE

Le marché pétrolier est pénalisé à la fois par la vigueur du dollar et les craintes d'une baisse de la demande dans un contexte de restrictions sanitaires en Chine.

Le Brent reflue de 2,26% à 103,62 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) de 1,94% à 101,08 dollars.

(Reportage Claude Chendjou, édité par Jean-Michel Bélot)

L'appétit pour le risque soutient le rebond en Europe
 

Lire Aussi

Ajouter un commentaire

Instructions relatives aux commentaires

Nous vous encourageons à utiliser les commentaires pour engager le dialogue avec les autres utilisateurs, partager votre point de vue et poser des questions aux auteurs et utilisateurs. Toutefois, afin de maintenir un niveau de dialogue de qualité, veuillez garder à l'esprit les éléments suivants:

  • Enrichissez les débats.
  • Restez concentré et évitez les hors-sujets. Ne postez que du contenu lié au sujet abordé.
  • Soyez respectueux. Même les opinions négatives peuvent être appréhendées positivement et avec diplomatie. 
  • Utilisez un style d’écriture standard. Soignez la ponctuation et utilisez les majuscules et minuscules.
  • REMARQUE: Le spam et/ou les messages promotionnels et les liens insérés dans un commentaire seront retirés.
  • Évitez les insultes, la calomnie ou les attaques personnelles dirigées contre un auteur ou un autre utilisateur.
  • Seuls les commentaires en français sont autorisés.

Les auteurs de spam ou d'abus seront supprimés du site et interdits d'inscription à la discrétion de Investing.com.

Exprimez-vous
 
Êtes-vous sûr de vouloir supprimer ce graphique ?
 
Publier
Publier également sur :
 
Remplacer le graphique actuel par un nouveau graphique?
1000
Vous n’êtes momentanément plus autorisé à commenter, en raison de rapports utilisateur négatifs. Votre statut sera examiné par nos modérateurs.
Veuillez attendre une minute avant de soumettre un nouveau commentaire.
Merci pour votre commentaire. Nous vous informons que les commentaires soumis restent en attente jusqu’à ce qu’ils soient validés par nos modérateurs. C’est la raison pour laquelle leur publication sur notre site peut parfois prendre un certain temps.
Commentaires (1)
patrick favennec
patrick favennec 10/05/2022 18:56
Sauvegardé. Afficher les Eléments sauvegardés.
Ce commentaire a déjà été enregistré dans vos Eléments sauvegardés
13 pays de l’UE s’opposent aux projets de modification des traités et d’abandon du vote à l’unanimité dans des domaines clés : “des tentatives irréfléchies et prématurées” 
 
Êtes-vous sûr de vouloir supprimer ce graphique ?
 
Publier
 
Remplacer le graphique actuel par un nouveau graphique?
1000
Vous n’êtes momentanément plus autorisé à commenter, en raison de rapports utilisateur négatifs. Votre statut sera examiné par nos modérateurs.
Veuillez attendre une minute avant de soumettre un nouveau commentaire.
Ajouter un graphique au commentaire
Confirmer le blocage

Voulez-vous vraiment bloquer %USER_NAME% ?

Si vous continuez, vous et %USER_NAME% ne verrez plus vos publications Investing.com mutuelles.

%USER_NAME% a bien été ajouté à votre Liste d’utilisateurs bloqués

Vous venez de débloquer cette personne et devrez attendre 48 heures avant de la bloquer de nouveau.

Signaler ce commentaire comme inapproprié

Je souhaite signaler ce commentaire comme:

Commentaire signalé

Merci

Le commentaire signalé sera révisé par nos modérateurs
Inscription via Google
ou
Inscription via Email