⌛ Avez-vous raté le gain de 13% des ProPicks en mai? Profitez de nos choix d'actions pour juin.Voir actions

EUR/USD : Jusqu'où l'Euro Dollar peut-il encore chuter ? 4 facteurs clés à surveiller

Publié le 26/08/2022 05:13
EUR/USD
-
MRK
-
ROG
-
AIR
-
DX
-
GRFS
-
NGG
-
SHEL
-
BP
-
SNY
-
GSK
-
QGEN
-
STOXX
-
BAESY
-
ADRNY
-
WTKWY
-
GLPG
-
  • L'EUR/USD a cassé le niveau de soutien clé formé en 2016.
  • Les conditions macroéconomiques restent baissières pour la monnaie européenne.
  • Sur les graphiques techniques, les choses ne semblent guère s'améliorer
  • L'une des plus grandes histoires financières de l'exercice est la hausse massive du Dollar américain par rapport aux autres grandes devises, notamment l'euro. En effet, la performance en cumul annuel du EUR/USD est de -12,3%, ce qui fait de la monnaie européenne l'un des plus mauvais élèves de l'année.

    Il y a quatre raisons impérieuses de comprendre pourquoi cela se produit :

    1 : Risques macroéconomiques

    La possibilité d'une récession mondiale stimule la demande d'actifs sûrs, et le billet vert en fait traditionnellement partie.

    D'un point de vue technique, l'économie américaine est déjà entrée en récession après avoir enregistré deux trimestres consécutifs de croissance négative du PIB.

    Toutefois, officiellement, les États-Unis ne considèrent une période économique comme une récession qu'à partir du moment où le NBER (National Bureau of Economic Research) la décrète. La raison en est que l'organisation évalue de nombreux indicateurs de l'activité économique au-delà de la croissance du PIB, tels que {{ecl-227||emploi}, revenu personnel, {{ecl-895||consommation personnelle réelle}, production industrielle et IPM manufacturier - ainsi que les "D" du déclin économique (profondeur, diffusion et durée).

    Actuellement, la plupart de ces indicateurs restent positifs, tandis que le secteur manufacturier est le point le plus faible. Ainsi, selon le NBER, nous ne sommes pas encore en récession.

    2 : Récession européenne

    Pour continuer avec le thème des récessions, l'Union européenne va bientôt en entrer une. La guerre de la Russie avec l'Ukraine affecte davantage la zone euro en raison de sa proximité géographique et de toute la question des exportations de gaz et de matières premières russes vers la région.

    L'activité de la zone euro a atteint son plus bas niveau depuis un an et demi, et les mauvaises perspectives économiques semblent s'aggraver.

    3 : Taux d'intérêt

    La divergence de politique entre la Réserve fédérale et la Banque centrale européenne pousse les carry traders vers le billet vert. La Fed relève les taux d'intérêt plus rapidement et plus intensément que la ECB, et nous savons que les hausses de taux d'intérêt favorisent la monnaie d'un pays.

    N'oubliez pas que la Fed pourrait relever ses taux de 50 et non de 75 points lors de la réunion de septembre si les prochaines données sur l'emploi et l'inflation se révèlent favorables.

    Il est également vrai que la BCE pourrait relever ses taux d'intérêt de 50 points de base le 8 septembre. Mais même si cette divergence entre les deux banques centrales se réduit, elle ne changera pas le ton général de la paire de devises. Même une forte hausse des taux ne stimulerait probablement pas l'euro de manière significative.

    4 : Positionnement vendeur

    Les fonds spéculatifs ont augmenté leurs positions courtes sur l'euro à un niveau record de trois semaines.

    EUR/USD W1

    Sur le graphique technique, le dernier signal baissier se situait à la perte d'un niveau de support clé formé en 2016 autour du niveau de 1,034. Le premier test de ce support a eu lieu en mai dernier, lorsque la paire de devises a rebondi à la hausse à partir de là. Cependant, lorsqu'elle a testé le niveau à nouveau en juillet, la paire n'a plus pu tenir et l'a perdu. En outre, elle a formé un repli avec une marge raisonnable.

    Et jusqu'où pourrait-elle continuer à chuter dans les mois à venir ? Eh bien, elle pourrait tomber à 0,97, car le premier objectif n'est pas exagéré. Et le deuxième objectif serait 0,96.

    Les avantages d'une monnaie dépréciée (comme la compétitivité accrue des exportations) sont éclipsés par la crise énergétique et la menace de récession.

    Comment tirer parti d'un dollar fort ?

    Les entreprises européennes les plus exposées aux États-Unis affichent des performances supérieures cette année, car un euro plus faible améliore le rapport entre les coûts et les revenus. En fait, plus de 50 % des revenus du STOXX 600 proviennent de l'extérieur de l'Europe, les États-Unis étant l'un des principaux marchés.

    Par exemple, Airbus Group (EPA:AIR) vend des avions en dollars et comptabilise ses revenus en euros. Il s'avère qu'une variation de 1 cent du taux de change euro/dollar a eu un impact de 130 millions d'euros sur les bénéfices annuels.

    Dans cette optique, nous avons dressé une liste des entreprises européennes les plus exposées aux États-Unis, ainsi que des entreprises qui s'en sortent généralement bien lorsque l'écart entre les devises se creuse. Elles peuvent constituer un bon investissement pour ceux qui cherchent à tirer parti de la situation macroéconomique actuelle.

    • Grifols (NASDAQ:GRFS)
    • Galapagos (NASDAQ:GLPG)
    • Sanofi (NASDAQ:SNY)
    • BP (NYSE:BP)
    • Wolters Kluwer (OTC:WTKWY)
    • National Grid (NYSE:NGG)
    • Qiagen (NYSE:QGEN)
    • Merck & Company (NYSE:MRK)
    • GlaxoSmithKline (NYSE:GSK)
    • Shell (NYSE:SHEL)
    • Ahold (OTC:ADRNY)
    • BAE Systems (OTC:BAESY)
    • Roche Holding (SIX:ROG)

    Divulgation : L'auteur ne possède actuellement aucun des titres mentionnés dans cet article.

Derniers commentaires

Chargement de l'article suivant...
Installez nos applications
Divulgation des risques: Négocier des instruments financiers et/ou des crypto-monnaies implique des risques élevés, notamment le risque de perdre tout ou partie de votre investissement, et cela pourrait ne pas convenir à tous les investisseurs. Les prix des crypto-monnaies sont extrêmement volatils et peuvent être affectés par des facteurs externes tels que des événements financiers, réglementaires ou politiques. La négociation sur marge augmente les risques financiers.
Avant de décider de négocier des instruments financiers ou des crypto-monnaies, vous devez être pleinement informé des risques et des frais associés aux transactions sur les marchés financiers, examiner attentivement vos objectifs de placement, votre niveau d'expérience et votre tolérance pour le risque, et faire appel à des professionnels si nécessaire.
Fusion Media tient à vous rappeler que les données contenues sur ce site Web ne sont pas nécessairement en temps réel ni précises. Les données et les prix sur affichés sur le site Web ne sont pas nécessairement fournis par un marché ou une bourse, mais peuvent être fournis par des teneurs de marché. Par conséquent, les prix peuvent ne pas être exacts et peuvent différer des prix réels sur un marché donné, ce qui signifie que les prix sont indicatifs et non appropriés à des fins de trading. Fusion Media et les fournisseurs de données contenues sur ce site Web ne sauraient être tenus responsables des pertes ou des dommages résultant de vos transactions ou de votre confiance dans les informations contenues sur ce site.
Il est interdit d'utiliser, de stocker, de reproduire, d'afficher, de modifier, de transmettre ou de distribuer les données de ce site Web sans l'autorisation écrite préalable de Fusion Media et/ou du fournisseur de données. Tous les droits de propriété intellectuelle sont réservés par les fournisseurs et/ou la plateforme d’échange fournissant les données contenues sur ce site.
Fusion Media peut être rémunéré par les annonceurs qui apparaissent sur le site Web, en fonction de votre interaction avec les annonces ou les annonceurs.
La version anglaise de ce document est celle qui s'impose et qui prévaudra en cas de différence entre la version anglaise et la version française.
© 2007-2024 - Fusion Media Ltd Tous droits réservés