Dernière minute
0
Version Sans-Pub. Améliorez votre expérience sur Investing.com. Économisez jusqu'à 40%. Plus de détails

Illustration : Mario Draghi a sauvé l'Euro, mais pourra-t-il sauver l'Italie ?

Economie17/02/2021 09:01
Sauvegardé. Afficher les Eléments sauvegardés.
Cet article a déjà été enregistré dans vos Eléments sauvegardés
 
© Investing.com

Par Geoffrey Smith 

Investing.com -- Après avoir sauvé l'euro d'une attaque spéculative il y a huit ans, Mario Draghi a accepté un défi encore plus grand : sauver l'Italie d'elle-même.

Les actifs italiens sont en ébulition depuis que son nom a été mentionné pour la première fois comme le candidat le plus probable pour remplacer Giuseppe Conte au poste de Premier ministre à la tête d'un gouvernement d'unité nationale. Le FTSE MIB} a augmenté de quelque 9,5% depuis le début du mois, contre 5,7% pour le Stoxx 600 (la surperformance est encore plus importante si l'on exclut les composantes italiennes de ce dernier).

Les actions des banques italiennes ont fait encore mieux, augmentant de 10 à 20 %, car les investisseurs qui se méfiaient auparavant du risque pays italien ont adopté certaines des obligations souveraines les plus performantes d'Europe.

Les rendements à 10 ans sur la dette publique italienne ont fortement diminué, et l'écart tristement célèbre par rapport à son équivalent allemand, une approximation du stress systémique dans la zone euro, s'est effondré à son plus bas niveau jamais atteint.

La foi en "Super Mario" est grande. Mais est-elle justifiée ?

Les défis à relever sont considérables : tout d'abord, il y a la pandémie, qui a fait plus de victimes en Italie que partout ailleurs dans l'Union Européenne (94 000, selon Johns Hopkins) et qui a presque certainement plongé le pays dans une récession à deux chiffres : le produit intérieur brut s'est contracté de 2 % au dernier trimestre et les fermetures semblent devoir le maintenir en territoire négatif pour les trois mois en cours. Le ministre de la santé Roberto Speranza était manifestement l'un des rares ministres à conserver son poste lorsque Draghi a annoncé son cabinet le week-end dernier.

Ensuite, il y a la question des réformes structurelles, que M. Draghi avait l'habitude de réclamer chaque mois lors de ses conférences de presse à Francfort. Selon les analystes, sans elles, ce n'est qu'une question de temps avant que la croissance chroniquement faible de l'Italie et sa dette colossale de quelque 2 500 milliards d'euros ne remettent à nouveau en question la viabilité de la monnaie unique. L'Italie est la troisième économie de la zone euro et un membre fondateur de l'UE. Si elle quittait l'euro, ce serait un désastre bien plus grand que la perte de la Grèce, une perspective qui était déjà suffisante pour faire paniquer les marchés lors de la crise de la dette européenne.

"Comme l'Italie a toujours été l'éléphant dans la salle lors des discussions sur la viabilité du projet d'euro, les performances de cette administration auront un écho bien au-delà de ses frontières", ont déclaré les analystes dirigés par Bruce Kasman dans une note aux clients cette semaine.

La liste des choses à faire de Draghi est longue : les systèmes fiscal et judiciaire restent mûrs pour la simplification, tout comme les règles de planification locale ; le système financier reste engorgé de mauvais actifs en raison de la bureaucratie. Les autorités ont fait preuve d'une ingéniosité remarquable pour tenter d'assainir les bilans des banques au cours des dernières années, mais le problème persistera tant qu'il faudra en moyenne sept ans pour traiter une faillite.

La mesure du succès de Draghi dans ce domaine pourrait bien être la vente de la Banca Monte dei Paschi di Siena (MI:BMPS), la plus célèbre "banque zombie" de la zone euro, qui est menacée de liquidation par la BCE si le gouvernement ne trouve pas d'acheteur pour elle dans les semaines à venir.

Le problème, comme le savent Draghi et tous ceux qui ont essayé de gouverner l'Italie, est que la réforme crée plus de perdants que de gagnants à court terme, et que les perdants potentiels sont habiles à utiliser un système avec de multiples freins et contrepoids pour faire échouer toute tentative de changement du statu quo.

Pour que Draghi réussisse, il faut que les factions de son gouvernement abandonnent collectivement certaines des circonscriptions qui les ont mis au pouvoir. C'est peut-être le plus grand défi de tous. En donnant des postes ministériels à tous les partis qui soutiennent son gouvernement, il a au moins rendu plus difficile pour les partis d'échapper à la responsabilité - et au mécontentement populaire - pour ce qui doit suivre. La question clé, et pour l'instant sans réponse, est de savoir combien de temps Draghi peut maintenir la discipline et l'unité alors qu'il fait avancer les réformes.

Les marchés n'auront pas à attendre longtemps pour voir à quel point Draghi est prêt à prendre des risques : le pays doit présenter à la Commission européenne, d'ici avril, un plan de "relance et de résilience" pour débloquer plus de 200 milliards d'euros de fonds provenant du Fonds de relance de l'UE. Ce plan devra montrer que l'Italie peut finalement se sortir de ses difficultés actuelles. Pour cela, M. Draghi devra mobiliser toute la bonne volonté dont il dispose non seulement en Italie, mais aussi sur les marchés financiers et dans les capitales européennes. Le résultat est loin d'être garanti.

Illustration : Mario Draghi a sauvé l'Euro, mais pourra-t-il sauver l'Italie ?
 

Lire Aussi

Ajouter un commentaire

Instructions relatives aux commentaires

Nous vous encourageons à utiliser les commentaires pour engager le dialogue avec les autres utilisateurs, partager votre point de vue et poser des questions aux auteurs et utilisateurs. Toutefois, afin de maintenir un niveau de dialogue de qualité, veuillez garder à l'esprit les éléments suivants:

  • Enrichissez les débats.
  • Restez concentré et évitez les hors-sujets. Ne postez que du contenu lié au sujet abordé.
  • Soyez respectueux. Même les opinions négatives peuvent être appréhendées positivement et avec diplomatie. 
  • Utilisez un style d’écriture standard. Soignez la ponctuation et utilisez les majuscules et minuscules.
  • REMARQUE: Le spam et/ou les messages promotionnels et les liens insérés dans un commentaire seront retirés.
  • Évitez les insultes, la calomnie ou les attaques personnelles dirigées contre un auteur ou un autre utilisateur.
  • Seuls les commentaires en français sont autorisés.

Les auteurs de spam ou d'abus seront supprimés du site et interdits d'inscription à la discrétion de Investing.com.

Exprimez-vous
 
Êtes-vous sûr de vouloir supprimer ce graphique ?
 
Publier
Publier également sur :
 
Remplacer le graphique actuel par un nouveau graphique?
1000
Vous n’êtes momentanément plus autorisé à commenter, en raison de rapports utilisateur négatifs. Votre statut sera examiné par nos modérateurs.
Veuillez attendre une minute avant de soumettre un nouveau commentaire.
Merci pour votre commentaire. Nous vous informons que les commentaires soumis restent en attente jusqu’à ce qu’ils soient validés par nos modérateurs. C’est la raison pour laquelle leur publication sur notre site peut parfois prendre un certain temps.
 
Êtes-vous sûr de vouloir supprimer ce graphique ?
 
Publier
 
Remplacer le graphique actuel par un nouveau graphique?
1000
Vous n’êtes momentanément plus autorisé à commenter, en raison de rapports utilisateur négatifs. Votre statut sera examiné par nos modérateurs.
Veuillez attendre une minute avant de soumettre un nouveau commentaire.
Ajouter un graphique au commentaire
Confirmer le blocage

Voulez-vous vraiment bloquer %USER_NAME% ?

Si vous continuez, vous et %USER_NAME% ne verrez plus vos publications Investing.com mutuelles.

%USER_NAME% a bien été ajouté à votre Liste d’utilisateurs bloqués

Vous venez de débloquer cette personne et devrez attendre 48 heures avant de la bloquer de nouveau.

Signaler ce commentaire comme inapproprié

Je souhaite signaler ce commentaire comme:

Commentaire signalé

Merci

Le commentaire signalé sera révisé par nos modérateurs
Responsabilité: Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data.

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.
Inscription via Google
ou
Inscription via Email