😎 Soldes d'été exclusives - Jusqu'à 50 % de réduction sur les choix d'actions par IA d'InvestingProPROFITER DES SOLDES

France/Souveraineté: Kretinsky tente de rassurer les parlementaire

Publié le 03/08/2023 19:08
Mis à jour le 03/08/2023 20:55
© Reuters. Photo d'archives du logo d'Atos à Nantes, en France. /Photo prise le 11 mars 2022/REUTERS/Stephane Mahe
VIV
-
ATOS
-

PARIS (Reuters) - Le milliardaire tchèque Daniel Kretinsky, actuellement en négociations pour acquérir une partie d'Atos (EPA:ATOS), entend maintenir une participation "minoritaire" et "passive" dans le groupe français, a déclaré jeudi son porte-parole.

Plus tôt dans la journée, certains parlementaires français avaient fait part de leur inquiétude concernant une telle vente, estimant que cela pourrait compromettre l'indépendance de la dissuasion nucléaire française.Atos a annoncé cette semaine être en pourparlers avec Daniel Kretinsky dans le cadre d'une vente de 2 milliards d'euros de ses activités historiques, mais déficitaires, qui recentrera l'entreprise en difficulté sur la cybersécurité et l'informatique dématérialisée tout en réduisant sa dette. Un accord accorderait par ailleurs à Kretinsky une participation de 7,5% dans la division qu'Atos conserverait, et qui serait rebaptisée Eviden.

Un groupe de députés et sénateurs Les Républicains a toutefois publié une tribune dans Le Figaro daté de jeudi, dans laquelle ils s'inquiètent d'une cession qui risquerait de faire tomber les supercalculateurs utilisés pour le calcul des essais nucléaires virtuels sous contrôle étranger. "L'hypothèse de voir un acteur étranger si puissant, s'approcher de nos capacités militaires ultra-sensibles, mérite toute notre attention", écrit le groupe dirigé par le sénateur Cédric Perrin, vice-président de la commission des affaires étrangères et de la défense du Sénat. Seul le gouvernement peut bloquer la vente d'entreprises.

"Nous n'accroîtrons pas notre part (dans Eviden) au delà du seuil annoncé et nous ne jouerons aucun rôle actif de quelque nature que ce soit et moins encore exercerons de contrôle", a déclaré le porte-parole de Daniel Kretinsky dans un communiqué adressé à Reuters.

Daniel Kretinsky désire toutefois être un actionnaire de très long terme dans la division Tech Foundation, qui regroupe les activités historiques d'Atos.

"La préoccupation des parlementaires est légitime, mais elle repose sur une hypothèse qui ne se vérifiera pas", a expliqué le porte-parole du milliardaire tchèque.

© Reuters. Photo d'archives du logo d'Atos à Nantes, en France. /Photo prise le 11 mars 2022/REUTERS/Stephane Mahe

"Nous comprenons parfaitement l’importance stratégique des services d'Eviden pour la France et nous entendons respecter absolument la souveraineté nationale en cette matière", a-t-il ajouté.

Ni le ministère de l'Economie et des Finances, ni Atos n'ont souhaité faire de commentaire. Daniel Kretinsky s'est lancé dans une frénésie d'achats en France, jetant son dévolu sur des actifs allant de Casino au groupe d'édition Editis de Vivendi (EPA:VIV). "Il y a un historique qui montre que quand on est minoritaire on peut vite devenir majoritaire. Le vrai problème c'est la souveraineté", explique Cédric Perrin à Reuters. Les parlementaires se sont étonnés que l'offre d'un autre acheteur, un consortium des sociétés françaises Astek et ChapsVision, n'ait pas été davantage pris en considération. Une source proche d'Astek souligne que l'activité cybersécurité d'Atos, qui comprend l'ancienne société Bull qui fabrique les supercalculateurs français, héberge également d'autres actifs sensibles cruciaux pour les intérêts des services de renseignement français.

(Reportage Michel Rose, MathieuRosemain, Sharon Singleton, version française Corentin Chappron, édité par Nicolas Delame et Camille Raynaud)

Derniers commentaires

Installez nos applications
Divulgation des risques: Négocier des instruments financiers et/ou des crypto-monnaies implique des risques élevés, notamment le risque de perdre tout ou partie de votre investissement, et cela pourrait ne pas convenir à tous les investisseurs. Les prix des crypto-monnaies sont extrêmement volatils et peuvent être affectés par des facteurs externes tels que des événements financiers, réglementaires ou politiques. La négociation sur marge augmente les risques financiers.
Avant de décider de négocier des instruments financiers ou des crypto-monnaies, vous devez être pleinement informé des risques et des frais associés aux transactions sur les marchés financiers, examiner attentivement vos objectifs de placement, votre niveau d'expérience et votre tolérance pour le risque, et faire appel à des professionnels si nécessaire.
Fusion Media tient à vous rappeler que les données contenues sur ce site Web ne sont pas nécessairement en temps réel ni précises. Les données et les prix sur affichés sur le site Web ne sont pas nécessairement fournis par un marché ou une bourse, mais peuvent être fournis par des teneurs de marché. Par conséquent, les prix peuvent ne pas être exacts et peuvent différer des prix réels sur un marché donné, ce qui signifie que les prix sont indicatifs et non appropriés à des fins de trading. Fusion Media et les fournisseurs de données contenues sur ce site Web ne sauraient être tenus responsables des pertes ou des dommages résultant de vos transactions ou de votre confiance dans les informations contenues sur ce site.
Il est interdit d'utiliser, de stocker, de reproduire, d'afficher, de modifier, de transmettre ou de distribuer les données de ce site Web sans l'autorisation écrite préalable de Fusion Media et/ou du fournisseur de données. Tous les droits de propriété intellectuelle sont réservés par les fournisseurs et/ou la plateforme d’échange fournissant les données contenues sur ce site.
Fusion Media peut être rémunéré par les annonceurs qui apparaissent sur le site Web, en fonction de votre interaction avec les annonces ou les annonceurs.
La version anglaise de ce document est celle qui s'impose et qui prévaudra en cas de différence entre la version anglaise et la version française.
© 2007-2024 - Fusion Media Ltd Tous droits réservés