Rejoignez plus de 750.000 investisseurs qui copient les actions des portefeuilles des milliardairesInscription Gratuite

Prudence avant la publication du rapport sur l'emploi américain

Publié le 05/04/2024 13:53
Mis à jour le 05/04/2024 13:55
© Reuters. Des personnes marchent dans le hall du London Stock Exchange à Londres, en Grande-Bretagne. /Photo prise le 30 novembre 2015/REUTERS/Suzanne Plunkett
UK100
-
FCHI
-
DJI
-
DE40
-
STOXX50
-
LCO
-
CL
-
SBF120
-
IXIC
-
STOXX
-
FTEU3
-

par Claude Chendjou

PARIS (Reuters) - Wall Street est attendue en léger rebond technique à l'ouverture vendredi, tandis que les Bourses européennes reculent nettement à mi-séance, corrigeant à leur tour après le net repli la veille à New York, dans un contexte de volatilité accrue et d'incertitudes sur la géopolitique et les taux, avant la publication du très attendu rapport sur l'emploi américain.

Les futures sur indices new-yorkais signalent un rebond de 0,15% pour le Dow Jones, de 0,27% pour le Standard & Poor's 500 et de 0,31% pour le Nasdaq au lendemain d'une séance nettement dans le rouge marquée par des divergences de responsables de la Réserve fédérale américaine (Fed) sur l'évolution des taux directeurs.

À Paris, le CAC 40 abandonne 1,41% à 8.036,57 points vers 11h15 GMT. À Francfort, le Dax fléchit de 1,49% et à Londres, le FTSE cède 0,89%.

L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 recule de 1,07%, l'EuroStoxx 50 de la zone euro de 1,48% et le Stoxx 600 de 1,12%.

Sur l'ensemble de la semaine, le CAC 40 perd à ce stade 2,07% et le Stoxx 600 1,48% dans un contexte de remontée des taux longs en Europe et aux Etats-Unis sur fond de doutes sur le calendrier de l'assouplissement monétaire attendu des grandes banques centrales.

Parmi les responsables de la Fed s'étant exprimés cette semaine, Neel Kashkari a déclaré jeudi que si l'inflation continuait à stagner, une baisse des taux directeurs ne serait pas nécessaire, jetant un froid sur les marchés qui tablent sur trois réductions du loyer de l'argent à compter de juin.

Les chiffres de l'évolution des salaires aux Etats-Unis, contenus dans le rapport mensuel sur l'emploi, prévu à 12h30 GMT, seront à cet égard particulièrement surveillés.

En attendant, la nervosité sur le marché n'est pas retombée puisque l'indice mesurant la volatilité aux Etats-Unis, qui a touché jeudi un sommet depuis le 1er novembre, progresse encore, de 2,01%, à 16,68 points. Son équivalent sur l'Eurostoxx 50 s'envole de 17,28%, à 16,05 points.

"Il y a des inquiétudes sous-jacentes selon lesquelles la Réserve fédérale pourrait ne pas être en mesure de réduire ses taux à trois reprises, comme elle l'a indiqué. Un commentaire des responsables de la Fed (...), qu'ils soient membres votant ou non, allant dans le sens d'une politique restrictive, rend le marché un peu nerveux", commente Fiona Cincotta, stratège chez City Index.

"Ajoutez à cela des tensions géopolitiques, cela perturbe également le marché. L'autre problème concerne les prix des matières premières", a-t-elle également souligné.

VALEURS EN EUROPE

Pratiquement tous les grands secteurs du Stoxx 600 sont dans le rouge, les valeurs de croissance que sont le luxe (-1,58%) et les nouvelles technologies (-1,25%) accusant parmi les plus fortes baisses.

Le secteur des loisirs et du transport (-1,73%) souffre également avec le bond des cours pétroliers.

Le risque géopolitique avec le conflit au Moyen-Orient et entre la Russie et l'Ukraine profite en revanche au secteur de l'énergie (+0,14%), permettant à TotalEnergies (+0,02%) d'être l'une des rares valeurs du CAC 40 dans le vert et à l'opérateur pétrolier Maurel&Prom (+2,68%) de prendre la tête du SBF 120.

Dans l'actualité des entreprises, SoftwareOne recule de 0,95% après avoir annoncé que toutes les sociétés de proxy (conseil en vote) se sont désormais ralliées à la position du conseil d'administration du groupe informatique alors que ses fondateurs souhaitaient un remplacement de ce conseil à la suite du rejet l'an dernier d'une offre d'achat de Bain.

TAUX

Le rendement des bons du Trésor américain à dix ans prend 2,6 points de base, à 4,3335%, et celui à deux ans avance d'environ deux points, à 4,6604%, avant la publication du rapport sur l'emploi américain pour le mois de mars.

"Les marchés seront probablement sensibles à toute surprise dans les données sur l'emploi pour évaluer l'orientation de la politique monétaire", souligne Charu Chanana, stratège chez Saxo.

Les rendements du Bund allemand des mêmes échéances s'affichent respectivement à 2,847% et 2,371%, tous deux pratiquement stables.

CHANGES

Le dollar reste ferme face à un panier de devises de référence, grappillant 0,03% avant le rapport sur l'emploi américain.

L'euro est stable à 1,0835 dollar, tandis que la livre sterling s'échange à 1,2631 dollar (-0,07%).

Le yen se traite à 151,38 pour un dollar alors qu'un responsable japonais, Tatsuo Yamazaki, a prévenu jeudi qu'une intervention des autorités aurait lieu si le cap des 152 était franchi.

PÉTROLE

Les cours pétroliers continuent de monter, s'acheminant vers un deuxième gain hebdomadaire d'affilée, dans un contexte de tensions géopolitiques en Europe et au Moyen-Orient, de crainte de baisse de l'offre et de signes de hausse de la demande.

Le Brent reflue progresse de 0,38% à 90,99 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) de 0,21% à 86,77 dollars.

© Reuters. Des personnes marchent dans le hall du London Stock Exchange à Londres, en Grande-Bretagne. /Photo prise le 30 novembre 2015/REUTERS/Suzanne Plunkett

Les deux indices de référence du pétrole sont à leur plus haut niveau depuis octobre et devraient gagner sur l'ensemble de la semaine plus de 4% chacun.

"Les prix du pétrole devraient encore augmenter à court terme, dans la mesure où un contexte économique plus positif s'accompagne d'un resserrement persistant de l'offre et de risques géopolitiques croissants", écrivent dans une note Daniel Hynes et Soni Kumari, analystes chez ANZ, qui voit le Brent à 95 dollars le baril dans trois mois.

(Rédigé par Claude Chendjou, édité par Sophie Louet)

Derniers commentaires

Installez nos applications
Divulgation des risques: Négocier des instruments financiers et/ou des crypto-monnaies implique des risques élevés, notamment le risque de perdre tout ou partie de votre investissement, et cela pourrait ne pas convenir à tous les investisseurs. Les prix des crypto-monnaies sont extrêmement volatils et peuvent être affectés par des facteurs externes tels que des événements financiers, réglementaires ou politiques. La négociation sur marge augmente les risques financiers.
Avant de décider de négocier des instruments financiers ou des crypto-monnaies, vous devez être pleinement informé des risques et des frais associés aux transactions sur les marchés financiers, examiner attentivement vos objectifs de placement, votre niveau d'expérience et votre tolérance pour le risque, et faire appel à des professionnels si nécessaire.
Fusion Media tient à vous rappeler que les données contenues sur ce site Web ne sont pas nécessairement en temps réel ni précises. Les données et les prix sur affichés sur le site Web ne sont pas nécessairement fournis par un marché ou une bourse, mais peuvent être fournis par des teneurs de marché. Par conséquent, les prix peuvent ne pas être exacts et peuvent différer des prix réels sur un marché donné, ce qui signifie que les prix sont indicatifs et non appropriés à des fins de trading. Fusion Media et les fournisseurs de données contenues sur ce site Web ne sauraient être tenus responsables des pertes ou des dommages résultant de vos transactions ou de votre confiance dans les informations contenues sur ce site.
Il est interdit d'utiliser, de stocker, de reproduire, d'afficher, de modifier, de transmettre ou de distribuer les données de ce site Web sans l'autorisation écrite préalable de Fusion Media et/ou du fournisseur de données. Tous les droits de propriété intellectuelle sont réservés par les fournisseurs et/ou la plateforme d’échange fournissant les données contenues sur ce site.
Fusion Media peut être rémunéré par les annonceurs qui apparaissent sur le site Web, en fonction de votre interaction avec les annonces ou les annonceurs.
La version anglaise de ce document est celle qui s'impose et qui prévaudra en cas de différence entre la version anglaise et la version française.
© 2007-2024 - Fusion Media Ltd Tous droits réservés