Dernière minute
Investing Pro 0
Version Sans-Pub. Améliorez votre expérience sur Investing.com. Économisez jusqu'à 40%. Plus de détails

L'Europe finit en nette baisse, la perspective d'une récession se renforce

Actions 05/07/2022 18:21
Sauvegardé. Afficher les Eléments sauvegardés.
Cet article a déjà été enregistré dans vos Eléments sauvegardés
 
© Reuters. Les Bourses européennes ont terminé en nette baisse mardi et Wall Street évoluait également dans le rouge à mi-séance. À Paris, le CAC 40 a perdu 2,68%. Le Footsie britannique a reflué de 2,95% et le Dax allemand de 2,91%. /Photo d'archives/REUTER

par Claude Chendjou

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en nette baisse mardi et Wall Street évoluait également dans le rouge à mi-séance, l'envolée du prix du gaz naturel et des indicateurs économiques mitigés ayant ravivé les craintes sur l'inflation et la perspective d'une récession imminente.

À Paris, le CAC 40 a perdu 2,68% à 5.794,96 points. Le Footsie britannique a reflué de 2,95% et le Dax allemand de 2,91%.

L'indice EuroStoxx 50 a abandonné 2,76%, le FTSEurofirst 300 2,14% et le Stoxx 600 2,14%.

Les places boursières en Europe, qui avaient ouvert en hausse à la faveur d'un rebond de l'activité des services en Chine et d'un réchauffement des relations entre Washington et Pékin, laissant augurer une levée des surtaxes douanières sur certains produits chinois, ont été rattrapées en clôture par les tensions sur l'énergie.

Une partie des salariés du secteur norvégien du pétrole et du gaz se sont mis en grève mardi, un mouvement qui risque de faire chuter les exportations gazières du pays de près de 60% dans les prochains jours et d'exacerber la hausse des prix. Sur les marchés, le prix du gaz livrable à 24 heures a bondi de plus de 17% mardi.

Aux inquiétudes sur le gaz se sont ajoutés des indicateurs économiques en Europe jugés décevants: la croissance dans le secteur privé de la zone euro a de nouveau ralenti en juin avec un indice d'activité PMI composite en baisse à 52,0, au plus bas depuis 16 mois, montrent les résultats définitifs de l'enquête de S&P Global qui suggèrent que la région pourrait entrer en récession ce trimestre.

En Grande-Bretagne, la croissance des entreprises s'est avérée un peu plus forte que prévu en juin, mais la flambée des prix a affecté les nouvelles commandes, tandis que la Banque d'Angleterre (BoE) a estimé que les perspectives économiques mondiales s'étaient dégradées depuis le début de l'année.

VALEURS EN EUROPE

Sur le Stoxx 600 paneuropéen, le compartiment de l'énergie (-6,38%) a essuyé sa plus forte baisse en une séance depuis juin 2020. Ce secteur et celui des ressources de base (-5,28%) ont souffert des craintes d'une dégradation de la conjoncture qui pourrait peser sur la demande à moyen terme.

Le compartiment défensif de l'immobilier (+0,7%) a en revanche résisté à la tendance baissière.

Dans l'actualité des entreprises, Rémy Cointreau (EPA:RCOP) a bondi de 4,61%, soutenu par la recommandation de Jefferies à "acheter", l'intermédiaire estimant que le groupe de vins et spiritueux est bien positionné face aux pressions inflationnistes.

Côté baisse, le groupe français de musique en ligne Deezer a chuté de 29,41% pour sa première séance de cotation après son rachat par le véhicule d'investissement I2PO, les analystes soulignant la redoutable concurrence des géants comme Amazon (NASDAQ:AMZN) Prime ou Apple (NASDAQ:AAPL) Music dans le secteur.

Ailleurs en Europe, la compagnie aérienne en difficulté SAS a plongé de 10,21% après avoir engagé une procédure de sauvegarde aux Etats-Unis pour tenter d'accélérer sa restructuration, tandis qu'Uniper, premier acheteur de gaz en Allemagne, a reculé de 9,45%, le quotidien économique Handelsblatt évoquant une possible nationalisation partielle du groupe.

A WALL STREET

Au moment de la clôture en Europe, le Dow Jones recule de 1,89%, le Standard & Poor's 500 de 1,63% et le Nasdaq de 0,55% à la veille de la publication du compte rendu de la dernière réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine.

La banque centrale américaine, qui a relevé depuis le début de l'année ses taux d'intérêt de 150 points de base au total, doit procéder à une nouvelle hausse du coût du crédit de 75 points ce mois-ci, selon le baromètre FedWatch, ce qui pourrait provoquer un coup d'arrêt de l'économie et affecter la demande dans les matières premières.

Exxon Mobil (NYSE:XOM) et Chevron (NYSE:CVX) cèdent respectivement 4,46% et 4,50% avec le repli de 5,4% du compartiment de l'énergie, tandis que dans les métaux, le cuivre se traite à un creux de 17 mois à 7.888 dollars la tonne. L'aluminium, le zinc et le nickel perdent de 1% à 3%.

Tesla (NASDAQ:TSLA) fléchit de 1,91% après une baisse de 17,9% de ses livraisons de véhicules au deuxième trimestre liée aux restrictions sanitaires en Chine.

CHANGES

Aux changes, l'euro, tombé à son plus bas niveau depuis près de 20 ans, se négocie à 1,0252 dollar, la nouvelle envolée des prix du gaz naturel en Europe attisant les craintes d'une récession.

Le dollar, protégé par son statut d'actif refuge, affiche une hausse de 1,49% par rapport à un panier de devises de référence.

Le dollar australien cède 1,35% après l'annonce sans surprise du relèvement de 50 points de base du taux directeur de la banque centrale du pays.

TAUX

Les rendements obligataires en Europe ont fini en baisse après la publication des indices PMI qui pointent vers une récession: celui du Bund allemand à dix ans a cédé près de 16 points à 1,184% et son équivalent français de même échéance a abandonné plus de 13 points à 1,797%.

Aux Etats-Unis, la portion deux ans-dix ans de la courbe des rendements s'est brièvement inversée, signe que les marchés anticipent à la fois une nette remontée des taux directeurs et une augmentation du risque de récession à moyen terme. A la clôture des Bourses en Europe, le taux des Treasuries à dix ans reculait de 10,9 points de base à 2,7945% et celui à deux ans de 6,1 points à 2,7858%.

PÉTROLE

Les cours pétroliers sont fortement affectés par les craintes d'une dégradation des perspectives économiques, qui prennent le pas sur les perturbations de la production en Norvège.

Le Brent perd 9,58% à 102,63 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) 8,53% à 99,18 dollars le baril.

(Rédigé par Claude Chendjou, édité par Jean-Stéphane Brosse)

L'Europe finit en nette baisse, la perspective d'une récession se renforce
 

Lire Aussi

Ajouter un commentaire

Instructions relatives aux commentaires

Nous vous encourageons à utiliser les commentaires pour engager le dialogue avec les autres utilisateurs, partager votre point de vue et poser des questions aux auteurs et utilisateurs. Toutefois, afin de maintenir un niveau de dialogue de qualité, veuillez garder à l'esprit les éléments suivants:

  • Enrichissez les débats.
  • Restez concentré et évitez les hors-sujets. Ne postez que du contenu lié au sujet abordé.
  • Soyez respectueux. Même les opinions négatives peuvent être appréhendées positivement et avec diplomatie. 
  • Utilisez un style d’écriture standard. Soignez la ponctuation et utilisez les majuscules et minuscules.
  • REMARQUE: Le spam et/ou les messages promotionnels et les liens insérés dans un commentaire seront retirés.
  • Évitez les insultes, la calomnie ou les attaques personnelles dirigées contre un auteur ou un autre utilisateur.
  • Seuls les commentaires en français sont autorisés.

Les auteurs de spam ou d'abus seront supprimés du site et interdits d'inscription à la discrétion de Investing.com.

Exprimez-vous
 
Êtes-vous sûr de vouloir supprimer ce graphique ?
 
Publier
Publier également sur :
 
Remplacer le graphique actuel par un nouveau graphique?
1000
Vous n’êtes momentanément plus autorisé à commenter, en raison de rapports utilisateur négatifs. Votre statut sera examiné par nos modérateurs.
Veuillez attendre une minute avant de soumettre un nouveau commentaire.
Merci pour votre commentaire. Nous vous informons que les commentaires soumis restent en attente jusqu’à ce qu’ils soient validés par nos modérateurs. C’est la raison pour laquelle leur publication sur notre site peut parfois prendre un certain temps.
Commentaires (1)
Patrick didi
dubignyp 05/07/2022 19:42
Sauvegardé. Afficher les Eléments sauvegardés.
Ce commentaire a déjà été enregistré dans vos Eléments sauvegardés
C'est incroyable pour un PMI un peu baissé, pas exorbitant et EUR/USD fait -200 pips, pour un PMI. Vous avez déjà vu un résultat PMI plus large en négatif ayant beaucoup de pips de chute ? Bizard.  Car le pétrole et le gaz comparé à l'article a aussi fait une belle chute aujourd'hui.
 
Êtes-vous sûr de vouloir supprimer ce graphique ?
 
Publier
 
Remplacer le graphique actuel par un nouveau graphique?
1000
Vous n’êtes momentanément plus autorisé à commenter, en raison de rapports utilisateur négatifs. Votre statut sera examiné par nos modérateurs.
Veuillez attendre une minute avant de soumettre un nouveau commentaire.
Ajouter un graphique au commentaire
Confirmer le blocage

Voulez-vous vraiment bloquer %USER_NAME% ?

Si vous continuez, vous et %USER_NAME% ne verrez plus vos publications Investing.com mutuelles.

%USER_NAME% a bien été ajouté à votre Liste d’utilisateurs bloqués

Vous venez de débloquer cette personne et devrez attendre 48 heures avant de la bloquer de nouveau.

Signaler ce commentaire comme inapproprié

Je souhaite signaler ce commentaire comme:

Commentaire signalé

Merci

Le commentaire signalé sera révisé par nos modérateurs
Inscription via Google
ou
Inscription via Email